AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ET VOILA LA VERSION 3 DU FORUM SOUS VOS YEUX ! VENEZ COMMENTER ♥ ET SIGNER LE RECENSEMENT

Partagez | 
 

 Tu cherches si bien à te faire détester que ça en devient amusant. [TAO ✪ MI RAN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


avatar

Invité


MessageSujet: Tu cherches si bien à te faire détester que ça en devient amusant. [TAO ✪ MI RAN]   Dim 22 Juil - 23:43

C’était vers les coups de dix neuf heures que je m’étais aventuré dans les rues de notre chère petite ville. J’avais passé la matinée à l’université –préférant largement avoir cours le matin et profiter de mes après-midi pour certains clubs et autres activités, j’avais choisi l’emploi du temps le plus pratique pour mes plans-, et un petit verre dans le café du coin ne m’était absolument pas de refus. Alors une bonne heure avant de sortir de l’appartement que je partageais avec ma très jolie et aimable colocataire, je m’étais préparé comme il se devait. Une bonne douche pour ne pas sentir le fauve, de plus que j’avais transpiré comme un gros cochon en voulant aider une gentille dame à porter ses courses jusqu’à son palier, histoire de me faire un petit peu d’argent de poche, puis, j’avais passé plusieurs minutes à me pomponner comme une nana l’aurait fait. Pourquoi ? Parce que je faisais très attention à mon image. Je voulais que l’on me remarque et que l’on parle de moi. Ah, quel prétentieux ! Quoiqu’il en soit, une fois mes légères bouclettes correctement fixées sur le reste de ma chevelure brune, je m’étais maintenant torturé à savoir quels vêtements porter. Une chemise et un pantalon à pince ? Ou bien un t-shirt et un jean assorti, de quoi être décontracté ? Loin de me vanter, j’avais un sens de la mode inné. Quand on y repensait bien, une carrière en tant que mannequin ou styliste m’aurait été très fructueuse, seulement, cela ne m’intéressait pas. L’Edition, je n’avais que ce mot à la bouche. Mais pour revenir à nos moutons, j’avais finalement opté pour un jean foncé, une chemise dont les bords fut rentrés dans mon pantalon, et des chaussures plutôt classes pour ne pas faire tâche. Mon cardigan noir enfilé pour ne pas avoir trop froid, j’avais attrapé mon portable, ainsi que mes papiers et un peu de monnaie que j’avais fourré au fond de ma poche, avant de sortir pour descendre le long des trottoirs de la ville.

Il n’y avait pas beaucoup de monde, quelques personnes par-ci par-là, qui rentraient du boulot, ou bien sortaient des magasins qui annonçaient bientôt leur fermeture. La démarche joyeuse et sûre d’elle, ainsi que les mains au fond des poches et le torse bombé, me donnant l’air d’être fière comme un paon, j’avançais et arpentais les rues de la ville, jusqu’à me retrouver en face du café où je me posais habituellement, pour me relaxer, parfois même manger quand me venait une petite faim, regarder un match de foot avec une petite bière dans la main, ou simplement, pour passer du bon temps en charmante compagnie. L’envie de fumer une cigarette me prit, seulement mon paquet était resté sur la table de chevet près de mon lit, et donc, chez moi. J’avais poussé un bref soupire, avant de passer à autre chose et de m’approcher de la porte du café, plaquant l’intérieur de ma main sur cette dernière pour la pousser. La chaleur et l’odeur des différents plats, boissons, qui s’infiltraient peu à peu dans mes petites narines, se faisaient déjà sentir à l’entrée du lieu où j’allais passer du bon temps. Chaleureux, cet accueil était des plus merveilleux.

Alors que la porte avançait vers l’intérieur, suite à la pression que mon bras exerçait sur elle, la petite clochette accrochée juste au dessus venait de retentir. Ce simple son avait suffit à faire retourner plusieurs personnes, qui retournaient finalement à leurs occupations. Se sentir dévisager ainsi, c’était tellement bien. J’avais l’impression de me sentir puissant, alors qu’à ce moment, dans leur tête, c’était plutôt l’inverse. Tout le monde ici était rabaissé au même niveau. Riche ou pas, important personnage ou l’inverse, nous étions finalement tous des personnes venues boire un verre, manger, rien de plus. Le petit écran accroché au petit mur qui se trouvait juste à côté du comptoir faisait défiler les informations et les événements passés dans la journée. On entendait certaines personnes râler, d’autres rire, certains parler très fort. Il y avait aussi les plus silencieux, un journal à la main, ou ceux qui mangeaient en compagnie de leur conjoints, conjointes. Une délicieuse odeur de nourriture saine ou non-équilibrée, comme une senteur de différentes boissons, incluant celle du café, de la bière ou encore de simples jus de fruit, flânait dans l’air, ravissant mon olfaction.

C’était seulement maintenant, que l’on se rendait compte que beaucoup de monde avait besoin de se relaxer après une longue journée de travail et de dur labeur. Chacune des tables étaient prises, et le comptoir était plein, du moins, de là où j’étais, ma vue ne me faisait pas de cadeau. Je m’étais alors rapproché, d’abord des plusieurs tables. C’était un petit café, pas comme ces restaurants prestigieux à deux étages, alors le nombre de place était limité. Pour les tables, c’était décidément fichu. Alors, j’optais pour le comptoir. Je longeais ce dernier, jusqu’à trouver une petite place entre une silhouette féminine, fine et droite, et celle d’un homme plutôt baraqué, qui sirotait tranquillement sa chopine de bière. Je posais alors mes fesses sur le tabouret, levais le bras pour interpeler le barman.

« Un diabolo menthe s’il vous plait ! » déclarais-je sur un ton joyeux, et assez fort. Je ne passais jamais inaperçu, et j’avais déjà réussi à me faire remarquer. Ayant croisé les bras contre le bois du comptoir, j’avais fais tapoté le bout de mes ongles contre ce dernier, agaçant la femme à côté de moi qui...Qui n’était rien d’autre que la personne que j’avais rencontré plusieurs fois, et qui avait eu beaucoup de mal à me supporter. Je t’avais lancé un de ces regards négatifs, peut-être même provoquant, alors que je remontais bien vite sur mes grands chevaux, me croyant plus fort, plus meilleur que tout le monde. Plus meilleur que toi. J’attrapais mon verre que je portais à mes lèvres, buvant plusieurs gorgées, avant de me tourner vers le monsieur à côté de moi et de me plaindre avec lui des affaires économiques du pays, avant de rapporter toute la conversation à moi et à mes opinions. Bien sûr, je ne faisais ça rien que pour te taper sur le système. Niveau provocation, on ne pouvait pas faire mieux. Et pourquoi ? BECAUSE I’M THE BEST.
Revenir en haut Aller en bas

Mang Mi Ran
Voir le profil de l'utilisateur


http://takeyourbreakfast.tumblr.com/
avatar

❧ AUTORITÉ

HUMEUR : bonne.
MESSAGES : 200
LOCALISATION : sur mon rocher.

MessageSujet: Re: Tu cherches si bien à te faire détester que ça en devient amusant. [TAO ✪ MI RAN]   Dim 29 Juil - 17:17

« - Un paquet de Benson Gold longues s'il vous plait. »

La jeune femme sortit du tabac pour retourner dans sa voiture, les lunettes de soleil sur le nez. Ses cheveux étaient attachés en un élégant chignon ce qui lui permettait d'avoir moins chaud. Elle portait une robe et des talons. Elle avait l'habitude maintenant des chaussures hautes elle en porte quasiment tout le temps. Au début quand vous portez ces chaussures vous pouvez avoir du mal mais vous prenez l'habitude au bout d'un moment. Mi Ran n'avait pas eu de mal et ce dés le début c'était comme si elle en avait toujours porté.
A présent elle roulait en direction inconnue, cherchant un lieu où se poser tranquillement. Mais ce n'était décidément pas son jour. Elle était tout d'abord prise dans embouteillages et dieu sait qu'elle hait ça. De toute façon aucune personne qui tient un volant entre les mains ne trouves son plaisir dans les embouteillages. Elle avait un peu de patience, comme tout le monde mais au bout d'un moment ça allait commencer à devenir drôlement agaçant. Ses doigts tapotaient le volant et son regard était perdu vers l'horizon derrière ses lunettes. Son visage n'affichait aucune expression elle tentait d'être patiente. Mais c'est qu'elle aimerait bien boire quelque chose de frais et être au calme avant d'aller au travail. Et quand elle tournait la tête lorsque ça avançait un peu pour voir les quelques cafés ou bar qu'il y avait ils semblaient bien pleins. La métisse soupira, elle avait vraiment besoin de boire quelque chose de rafraîchissant avant d'aller travailler. La file de voiture se déboucha enfin et la circulation fut moins perturbée. Mais un problème persistait : trouver un lieu où se poser tranquillement. Ce n'était pas gagné.

Après un petit moment elle finit par trouver un endroit où il restait quelque places. Vraiment les lieux de consommation étaient remplis comme jamais ils ne l'avaient été. Mi Ran se gara alors – ce qui fut étrangement simple, étrange – puis sortit du véhicule avec son sac à main pour entrer dans le bar. Les bars n'étaient pas vraiment ce qu'elle préférait. Les cafés, salon de thé ou simple restaurant lui allaient mieux. Mais dans le cas présent ce n'était pas vraiment le moment de chipoter comme on dirait. Elle entra alors de son pas gracieux en enlevant ses lunettes de soleil et balaya le lieu du regard : aucune place exceptée au comptoir. Tant pis, si il ne restait plus que ça allons-y du moment qu'il y a toujours de quoi boire. Elle s'assied doucement sur la chaise en croisant ses belles jambes quand le bar man vint lui demander sa commande.

« - Un grand verre de limonade avec glaçons s'il vous plait. »

L'alcool à cette heure-ci il n'en était pas question. Et puis avec la temperature qu'il faisait il serait stupide d'en prendre ça n'arrangerait rien.
Dans le bar, principalement des hommes. De « toute sorte ». Des hommes d'affaires seul à une table, une ou deux bande d'amis, des jeunes, de grossiers personnages et quelques minettes par ci par là mais pas en grosse quantité. Mi Ran haïssait les endroits si plein. C'était bruyant. Et chez elle, le boxon additionné à la chaleur ça ne donne rien de bon. Bien sûr elle était assez mature pour prendre sur soi, ce n'était pas une enfant. Mais là il fallait avouer qu'il y régnait un brouhaha assez énorme ici.
Une fois que le verre fut entre ses mains elle le porta directement à ses lèvres pour une prendre une petit gorgée. La liquide frais coulait dans sa gorge, lui décrochant un frisson. Elle aimait profiter quand elle se tenait dans des lieux similaires – dira t on – mais là ce n'était pas réellement le cas.

Un moment plus tard, elle entendit une voix qui lui était familière. La belle femme tourna son visage vers celui de la personne qui était à côté d'elle et qui venait de passer sa commande. Il ne manquait plus que ça. Est ce que ça allait être comme d'habitude ? Allait-elle l'entendre parler de sa petite personne jusqu'à qu'elle parte ? Leur regard se croisèrent, et chacun montra la sympathie qu'il éprouvait envers l'autre à l'aide de celui-ci. Puis chacun retourna à ses « occupations ». On lui servit alors la boisson qu'il avait commandait puis c'est là qu'on entra dans le jeu pitoyable de monsieur. Il se mit à parler avec un de ses voisins – qui n'était donc pas Mi Ran – puis enchaîna avec ses opinions personnelles sans laisser son interlocuteur en caser une. Mi Ran y vit assez clair, et trouvait ça assez immature à vrai dire. Mais bon, chacun s'occupe comme il le peut. Tout en portant son verre à elle pour en boire une gorgée, elle murmura de façon inaudible avec un léger sourire en coin :

« - Pathétique... »
Revenir en haut Aller en bas
 

Tu cherches si bien à te faire détester que ça en devient amusant. [TAO ✪ MI RAN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
summer ☁ cloud ::  :: ϟ centre ville :: ❝ les restaurants :: » peaberry-