AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ET VOILA LA VERSION 3 DU FORUM SOUS VOS YEUX ! VENEZ COMMENTER ♥ ET SIGNER LE RECENSEMENT

Partagez | 
 

 Why I Am There ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


avatar

Invité


MessageSujet: Why I Am There ?   Lun 23 Juil - 13:47



Muzicons.com
Ian & Tae Hwan

Tenue


La France, Paris, un pays très touristique, avec sa tour Effel, son Arc de Triomphe, le Louvre, la place de la Concorde, les Invalides, Notre-Dame et encore pleins d’autres lieux qui faisaient une bonne partie de la réputation de la ville, son histoire y jouait un peu aussi … Enfin bref, je ne suis pas là pour faire du tourisme, si je sais tant de chose sur la capitale française ce n’est pas parce que je m’y intéresse, mais parce que je me sers du guide que mon père m’a donné, pour trouver quelque chose à faire ou à visiter. Je ne suis même pas là de mon pleins gré, si je pouvais rentrer en Corée avec le premier avion croyez-moi je le ferais et sans hésiter. Mon père parcours le monde sans arrêt, je le vois maximum une fois tous les trois ou quatre mois, parfois plus … Et là dans un trop pleins d’amour paternel il a décidé de me faire venir en France –pays où il réside pour l’instant, à cause de son travail- d’habitude ça ne le gêne pas de me laisser plus de six mois seul et sans nouvelle, mais là non monsieur avait décidé de me faire débarquer à l’étranger pour une semaine et demi. Je n’avais aucune envie de venir ici, ni de voir mon père, mais il avait envoyé un homme qui travaille pour lui, afin de s’assurer que je fasse bien mes bagages et que je prenne bien l’avion direction l’Europe. Je n’ai jamais été en très bons termes avec mon père et depuis la mort de ma mère, c’est limite pire. Il n’a jamais accepté que je fasse des études de musique, au départ il me l’interdisait catégoriquement. Il a finit par céder et me laisser m’inscrire dans la fac que je voulais, mais je vois bien que ça le gène toujours. Son fils chéri –ou pas, ouais même loin de là- ne prendra pas la suite des affaires familiales, c’est bête. Je n’ai aucune envie de travailler dans le commerce et tout le bazar, il n’y que la musique qui m’intéresse. Même s’il a consentit à ce que je fasse les études qui me plaisent, je lui reproche toujours de me l’avoir longtemps formellement interdit et d’avoir voulu contrôler ma vie. D’un il m’a fait venir ici pour qu’on passe du temps ensemble alors que c’est bien la première fois qu’il me dit ça et de deux, ça fait six jours que je suis ici et nous avons passé qu’une malheureuse petite soirée tous les deux. Ça ne me dérange pas, je n’ai pas envie de passer du temps avec lui je le répète il m’a forcé à venir ici, si je n’étais pas venu j’en aurais entendu parler pour les décennies venir. « Ta mère aurait voulu qu’on passe plus de temps ensemble », « Ta mère aurait été attristée de voir que nous sommes en si mauvais termes, tu sais ? », j’aurais eu le droit à pleins de phrases dans ce genre. Pour m’obliger à faire quelque chose, il sait très bien s’y prendre … En parlant de ma mère, il sait qu’il touche un point sensible. Je sais que lui aussi a souffert de ça et c’est toujours le cas, mais je n’ai pas envie de partager ma peine avec lui, même si officiellement c’est mon père. Il m’a venir ici soit disant pour passer du temps ensemble, mais plus la semaine s’écoule plus j’en doute. Enfin bref, maintenant que je suis-là j’en ai profité pour visiter. J’ai vu la tour Effel, l’Arc de Triomphe, j’ai visité le Louvre en compagnie de mon très cher père … J’ai été au musée national des arts asiatiques –ou musée Guimet- et j’ai aussi fait un tour à la cité de la musique. Je ne déteste pas visiter ce genre d’endroit, au moins ça m’occupe et je sors un peu. J’en ai marre de tourner comme un lion en cage dans l’appartement que loue mon père. Il part très tôt le matin et rentre tout aussi tard, donc je peux bien faire ce que je veux, ce n’est pas lui qui s’en soucie. Aujourd’hui je ne sais pas encore ce que je vais faire, ce matin je suis resté à l’appartement pour une fois et je me suis reposé un peu, mais cette après-midi hors de question de resté enfermé. J’ai mangé à la terrasse d’un restaurant près de la Seine et maintenant je marche dans les rues parisiennes, sans vraiment savoir ce qui occupera mon temps … Il fait beau, presque trop chaud, le soleil est au rendez-vous en tout cas et les rues sont très animées. Je ne parle pas le français, mais heureusement j’ai un bon niveau en anglais qui me permet de me débrouiller. Le premier jour que j’ai passé dans la capital, j’avais l’habitude de parler coréen et les personnes à qui j’adressais la parole –il n’y en avait pas beaucoup, mais genre pour un renseignement ou autres choses banales- me regardaient bizarrement, avant que je ne bascule sur l’anglais et qu’on finisse enfin par se comprendre. Maintenant je m’adresse à eu directement en anglais, enfin pour le peu que je parle à quelqu’un de toute manière … Ce n’est pas comme-ci j’étais le plus bavard du monde, c’est même totalement le contraire … Mon portable vibre dans ma poche, je sors l’appareil de ma poche et les yeux rivés sur l’écran lumineux, je ne regarde pas vraiment où je vais. C’est un texto de mon père, il me dit que ce soir encore il ne pourra pas rentrer tôt, car son travail le retient. D’un côté j’ai envie de sauter de joie, je n’aurais pas à le supporter pour ce soir et de l’autre, je peste mentalement contre lui de m’avoir fait déplacé ici de force –bien que je n’y ai opposé aucune résistance car c’était peine perdue de toute façon- alors qu’il est sans cesse trop occupé par son travail, pour accorder ne serait-ce qu’un tout petit peu d’attention à son unique fils. Je soupire.

- Idiot … Ces mot sortent de ma bouche en coréen.

Je ne m’adresse à personne alors pourquoi m’embêter à parler anglais … Les yeux toujours baissés sur l’écran tactile, je lis la suite du message. Demain il par contre il a réussis à bloquer son après-midi et il veut m’emmener à la cité de la musique. J’ai envie de le rembarre en lui disant que j’y ai déjà été, mais s’il fait un effort pour s’intéresser à la musique … D’ailleurs ça m’étonne de lui, il a toujours détesté ma passion … Mouais, je verrais bien, s’il essaie de se faire pardonner ou je ne sais trop quoi il peut arrêter les efforts tout de suite, c’est mort. Je bouscule quelqu’un assez brutalement. C’est ça quand on ne regarde pas où on va. Je lève les yeux, c’est un jeune homme, asiatique c’est le seul détail que je retiens.

- Excuse-moi, dis-je assez fort pour qu’il m’entende, mais toujours en coréen peu importe s’il ne comprend pas je m’en fiche.

Puis je ramasse mon téléphone, qui a fini sa chute au sol, mais visiblement n’a subi aucun dommage. Un dernier regard furtif au jeune homme et je continu ma route …


Dernière édition par Kim Tae Hwan le Mar 24 Juil - 12:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Byeon Ian
Voir le profil de l'utilisateur


http://phey-p.tumblr.com/
avatar

❧ JOKER OF YOUR WISHES

HUMEUR : licornanisé.
MESSAGES : 392
LOCALISATION : sur la Lune avec une chèvre verte et ' INSUSUSU '.

MessageSujet: Re: Why I Am There ?   Lun 23 Juil - 21:18

MESSAGES ENVOYÉS

FROM ; Ian
TO ; Jun hei
MESSAGE ; bouge tes petites fesses mon mignon et viens avec moi faire une ballade en France !

J'étais posé sur le sofa de la chambre d'hôtel que j'avais réservé avant d'arriver. Mon portable à la main, je regardais les messages que je recevais et ceux que j'avais envoyé. En tombant sur celui que j'avais envoyé à mon meilleur ami, je me mis à faire une immonde grimace en fronçant les sourcils. C'était pas possible, il avait osé me dire non, abandonner une nouvelle aventure dans un pays inconnu, jouer à Indiana Jones en France ... tout ça pour ... en fait, je ne connaissais même pas la réponse. Il m'avait tout simplement envoyé balader avec un 'non' bien ferme lors de son appel. C'est pas grave, il m'avait dit non, je n'ai pas apprécié et je ne risque pas de l'oublier. Rancunier comme je suis, je trouverai un moyen de me venger. Certes il ne m'avait fait aucun coup de pute comme on dit, mais moi je l'ai pris comme tel. Je vis mon portable vibrer, un appel entrant. C'était lui, s'il croyait que j'allais répondre c'est qu'il n'a rien compris. À cet instant je me cru presque diabolique même si rien ne l'était, je me suis mis à décrocher et le balancer sur le sofa, histoire qu'il parle seul, sans doute comme la plupart du temps. Bref, après avoir bien glandouiller dans ma chambre et en voyant le soleil de Paris, il m'était obligé de sortir de ce trou et partir à la rencontre -ou pas - des français. Voyager seul c'est cool, surtout que je suis quelqu'un d'assez solitaire et je n'aime pas me mélanger aux autres. Non pas que je sois trop hautain ou encore supérieur aux autres, c'est juste que je ne sais pas m'y faire et je n'ai pas envie qu'on vienne me casser les couilles pour des broutilles, les entendre parler jusqu'à m'en péter les tympans. Si je voyage, c'est soit seul ou avec Jun Hei, ma soeur ... pour l'instant il n'y a qu'eux à qui je pense. Le soleil tapait et je déteste ça. Je pris donc ma paire de lunette de soleil favorite et les mis délicatement. Je n'avais pas encore mangé et il devait être midi passé. Je n'avais aucunement envie de manger au restaurant de l'hôtel. Si je suis venu c'est pour me balader et changer d'horizon.

« mhm, sorry can you ...» cela ne servait à rien de continuer. Vu l'expression que ces gamines abordaient, ce n'était plus la peine. C'est bien connu, les habitants de la France ne sont pas très fort en ce qui concerne les langues étrangères. Je me mis à regarder de haut en bas mes interlocutrices et fis un petit ' mhm mhm ' vous savez, ce genre de bruit que l'on fait lorsque nous ne sommes pas satisfait ou que quelque chose cloche, et bien c'était exactement ça. On nous bombarde le crâne en nous disant que Paris est une des villes les plus cotées niveau mode, or ce que j'avais sous les yeux me donné tout simplement envie de prendre mes jambes à mon cou et de prendre le premier avion direction Incheon. Il semblerait que je devais me débrouiller seul si je voulais un bon restaurant. Compter sur moi-même comme à mon habitude. Mon portable se mit à sonner encore et encore, c'était toujours cette même personne, ce petit saligaud. Pour tuer mon ennui en cherchant un restaurant digne de la cuisine française, je décidais enfin à décrocher et lui parler. D'habitude je fais attention où je mets les pieds, mais là j'étais tellement absorbé par les conneries que mon interlocuteur débitait que je ne cessais de rire en bousculant chacune des personnes qui venait vers moi, sans le vouloir. Alors que toutes ces petites bousculades pouvaient être qualifiées de " douce " celle-ci fut bien plus " sauvage " qui me fis appuyer sur le bouton rouge pour raccrocher. La seule chose que j'ai pu faire sur le moment fut un haussement de sourcil. Alors que je m'apprêtais à rappeler Jun Hei je l'entendis 's'excuser ' en coréen.

Immédiatement je raccrochais au nez de mon meilleure ami, encore une fois. En voyant qu'il parlait coréen je me sentis quelque peu soulagé. J'allais enfin me faire comprendre. Allais-je lui demander s'il était coréen ? Et bien il avait la gueule oui, il n'avait pas d'accent et maîtrisait parfaitement la langue, j'en jugeais donc que c'était inutile. « grâce à toi, je vais enfin pouvoir me faire comprendre.» Certes je m'étais adressé juste à une bande deux gamines mais c'était suffisant, je n'avais pas envie de perdre mon temps. « dis moi, tu connaîtrais pas un bon restaurant dans le coin ? » lançais-je en passant ma main sur ma nuque, fronçant les sourcils à cause du soleil. « et un pas trop loin si possible, je suis paumé je crois. De plus j'ai pas très envie de marcher. » C'était trop demandé ? N'importe quoi.