AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ET VOILA LA VERSION 3 DU FORUM SOUS VOS YEUX ! VENEZ COMMENTER ♥ ET SIGNER LE RECENSEMENT

Partagez | 
 

 Why I Am There ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


avatar

Invité


MessageSujet: Why I Am There ?   Lun 23 Juil - 13:47



Muzicons.com
Ian & Tae Hwan

Tenue


La France, Paris, un pays très touristique, avec sa tour Effel, son Arc de Triomphe, le Louvre, la place de la Concorde, les Invalides, Notre-Dame et encore pleins d’autres lieux qui faisaient une bonne partie de la réputation de la ville, son histoire y jouait un peu aussi … Enfin bref, je ne suis pas là pour faire du tourisme, si je sais tant de chose sur la capitale française ce n’est pas parce que je m’y intéresse, mais parce que je me sers du guide que mon père m’a donné, pour trouver quelque chose à faire ou à visiter. Je ne suis même pas là de mon pleins gré, si je pouvais rentrer en Corée avec le premier avion croyez-moi je le ferais et sans hésiter. Mon père parcours le monde sans arrêt, je le vois maximum une fois tous les trois ou quatre mois, parfois plus … Et là dans un trop pleins d’amour paternel il a décidé de me faire venir en France –pays où il réside pour l’instant, à cause de son travail- d’habitude ça ne le gêne pas de me laisser plus de six mois seul et sans nouvelle, mais là non monsieur avait décidé de me faire débarquer à l’étranger pour une semaine et demi. Je n’avais aucune envie de venir ici, ni de voir mon père, mais il avait envoyé un homme qui travaille pour lui, afin de s’assurer que je fasse bien mes bagages et que je prenne bien l’avion direction l’Europe. Je n’ai jamais été en très bons termes avec mon père et depuis la mort de ma mère, c’est limite pire. Il n’a jamais accepté que je fasse des études de musique, au départ il me l’interdisait catégoriquement. Il a finit par céder et me laisser m’inscrire dans la fac que je voulais, mais je vois bien que ça le gène toujours. Son fils chéri –ou pas, ouais même loin de là- ne prendra pas la suite des affaires familiales, c’est bête. Je n’ai aucune envie de travailler dans le commerce et tout le bazar, il n’y que la musique qui m’intéresse. Même s’il a consentit à ce que je fasse les études qui me plaisent, je lui reproche toujours de me l’avoir longtemps formellement interdit et d’avoir voulu contrôler ma vie. D’un il m’a fait venir ici pour qu’on passe du temps ensemble alors que c’est bien la première fois qu’il me dit ça et de deux, ça fait six jours que je suis ici et nous avons passé qu’une malheureuse petite soirée tous les deux. Ça ne me dérange pas, je n’ai pas envie de passer du temps avec lui je le répète il m’a forcé à venir ici, si je n’étais pas venu j’en aurais entendu parler pour les décennies venir. « Ta mère aurait voulu qu’on passe plus de temps ensemble », « Ta mère aurait été attristée de voir que nous sommes en si mauvais termes, tu sais ? », j’aurais eu le droit à pleins de phrases dans ce genre. Pour m’obliger à faire quelque chose, il sait très bien s’y prendre … En parlant de ma mère, il sait qu’il touche un point sensible. Je sais que lui aussi a souffert de ça et c’est toujours le cas, mais je n’ai pas envie de partager ma peine avec lui, même si officiellement c’est mon père. Il m’a venir ici soit disant pour passer du temps ensemble, mais plus la semaine s’écoule plus j’en doute. Enfin bref, maintenant que je suis-là j’en ai profité pour visiter. J’ai vu la tour Effel, l’Arc de Triomphe, j’ai visité le Louvre en compagnie de mon très cher père … J’ai été au musée national des arts asiatiques –ou musée Guimet- et j’ai aussi fait un tour à la cité de la musique. Je ne déteste pas visiter ce genre d’endroit, au moins ça m’occupe et je sors un peu. J’en ai marre de tourner comme un lion en cage dans l’appartement que loue mon père. Il part très tôt le matin et rentre tout aussi tard, donc je peux bien faire ce que je veux, ce n’est pas lui qui s’en soucie. Aujourd’hui je ne sais pas encore ce que je vais faire, ce matin je suis resté à l’appartement pour une fois et je me suis reposé un peu, mais cette après-midi hors de question de resté enfermé. J’ai mangé à la terrasse d’un restaurant près de la Seine et maintenant je marche dans les rues parisiennes, sans vraiment savoir ce qui occupera mon temps … Il fait beau, presque trop chaud, le soleil est au rendez-vous en tout cas et les rues sont très animées. Je ne parle pas le français, mais heureusement j’ai un bon niveau en anglais qui me permet de me débrouiller. Le premier jour que j’ai passé dans la capital, j’avais l’habitude de parler coréen et les personnes à qui j’adressais la parole –il n’y en avait pas beaucoup, mais genre pour un renseignement ou autres choses banales- me regardaient bizarrement, avant que je ne bascule sur l’anglais et qu’on finisse enfin par se comprendre. Maintenant je m’adresse à eu directement en anglais, enfin pour le peu que je parle à quelqu’un de toute manière … Ce n’est pas comme-ci j’étais le plus bavard du monde, c’est même totalement le contraire … Mon portable vibre dans ma poche, je sors l’appareil de ma poche et les yeux rivés sur l’écran lumineux, je ne regarde pas vraiment où je vais. C’est un texto de mon père, il me dit que ce soir encore il ne pourra pas rentrer tôt, car son travail le retient. D’un côté j’ai envie de sauter de joie, je n’aurais pas à le supporter pour ce soir et de l’autre, je peste mentalement contre lui de m’avoir fait déplacé ici de force –bien que je n’y ai opposé aucune résistance car c’était peine perdue de toute façon- alors qu’il est sans cesse trop occupé par son travail, pour accorder ne serait-ce qu’un tout petit peu d’attention à son unique fils. Je soupire.

- Idiot … Ces mot sortent de ma bouche en coréen.

Je ne m’adresse à personne alors pourquoi m’embêter à parler anglais … Les yeux toujours baissés sur l’écran tactile, je lis la suite du message. Demain il par contre il a réussis à bloquer son après-midi et il veut m’emmener à la cité de la musique. J’ai envie de le rembarre en lui disant que j’y ai déjà été, mais s’il fait un effort pour s’intéresser à la musique … D’ailleurs ça m’étonne de lui, il a toujours détesté ma passion … Mouais, je verrais bien, s’il essaie de se faire pardonner ou je ne sais trop quoi il peut arrêter les efforts tout de suite, c’est mort. Je bouscule quelqu’un assez brutalement. C’est ça quand on ne regarde pas où on va. Je lève les yeux, c’est un jeune homme, asiatique c’est le seul détail que je retiens.

- Excuse-moi, dis-je assez fort pour qu’il m’entende, mais toujours en coréen peu importe s’il ne comprend pas je m’en fiche.

Puis je ramasse mon téléphone, qui a fini sa chute au sol, mais visiblement n’a subi aucun dommage. Un dernier regard furtif au jeune homme et je continu ma route …


Dernière édition par Kim Tae Hwan le Mar 24 Juil - 12:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Byeon Ian
Voir le profil de l'utilisateur


http://phey-p.tumblr.com/
avatar

❧ JOKER OF YOUR WISHES

HUMEUR : licornanisé.
MESSAGES : 392
LOCALISATION : sur la Lune avec une chèvre verte et ' INSUSUSU '.

MessageSujet: Re: Why I Am There ?   Lun 23 Juil - 21:18

MESSAGES ENVOYÉS

FROM ; Ian
TO ; Jun hei
MESSAGE ; bouge tes petites fesses mon mignon et viens avec moi faire une ballade en France !

J'étais posé sur le sofa de la chambre d'hôtel que j'avais réservé avant d'arriver. Mon portable à la main, je regardais les messages que je recevais et ceux que j'avais envoyé. En tombant sur celui que j'avais envoyé à mon meilleur ami, je me mis à faire une immonde grimace en fronçant les sourcils. C'était pas possible, il avait osé me dire non, abandonner une nouvelle aventure dans un pays inconnu, jouer à Indiana Jones en France ... tout ça pour ... en fait, je ne connaissais même pas la réponse. Il m'avait tout simplement envoyé balader avec un 'non' bien ferme lors de son appel. C'est pas grave, il m'avait dit non, je n'ai pas apprécié et je ne risque pas de l'oublier. Rancunier comme je suis, je trouverai un moyen de me venger. Certes il ne m'avait fait aucun coup de pute comme on dit, mais moi je l'ai pris comme tel. Je vis mon portable vibrer, un appel entrant. C'était lui, s'il croyait que j'allais répondre c'est qu'il n'a rien compris. À cet instant je me cru presque diabolique même si rien ne l'était, je me suis mis à décrocher et le balancer sur le sofa, histoire qu'il parle seul, sans doute comme la plupart du temps. Bref, après avoir bien glandouiller dans ma chambre et en voyant le soleil de Paris, il m'était obligé de sortir de ce trou et partir à la rencontre -ou pas - des français. Voyager seul c'est cool, surtout que je suis quelqu'un d'assez solitaire et je n'aime pas me mélanger aux autres. Non pas que je sois trop hautain ou encore supérieur aux autres, c'est juste que je ne sais pas m'y faire et je n'ai pas envie qu'on vienne me casser les couilles pour des broutilles, les entendre parler jusqu'à m'en péter les tympans. Si je voyage, c'est soit seul ou avec Jun Hei, ma soeur ... pour l'instant il n'y a qu'eux à qui je pense. Le soleil tapait et je déteste ça. Je pris donc ma paire de lunette de soleil favorite et les mis délicatement. Je n'avais pas encore mangé et il devait être midi passé. Je n'avais aucunement envie de manger au restaurant de l'hôtel. Si je suis venu c'est pour me balader et changer d'horizon.

« mhm, sorry can you ...» cela ne servait à rien de continuer. Vu l'expression que ces gamines abordaient, ce n'était plus la peine. C'est bien connu, les habitants de la France ne sont pas très fort en ce qui concerne les langues étrangères. Je me mis à regarder de haut en bas mes interlocutrices et fis un petit ' mhm mhm ' vous savez, ce genre de bruit que l'on fait lorsque nous ne sommes pas satisfait ou que quelque chose cloche, et bien c'était exactement ça. On nous bombarde le crâne en nous disant que Paris est une des villes les plus cotées niveau mode, or ce que j'avais sous les yeux me donné tout simplement envie de prendre mes jambes à mon cou et de prendre le premier avion direction Incheon. Il semblerait que je devais me débrouiller seul si je voulais un bon restaurant. Compter sur moi-même comme à mon habitude. Mon portable se mit à sonner encore et encore, c'était toujours cette même personne, ce petit saligaud. Pour tuer mon ennui en cherchant un restaurant digne de la cuisine française, je décidais enfin à décrocher et lui parler. D'habitude je fais attention où je mets les pieds, mais là j'étais tellement absorbé par les conneries que mon interlocuteur débitait que je ne cessais de rire en bousculant chacune des personnes qui venait vers moi, sans le vouloir. Alors que toutes ces petites bousculades pouvaient être qualifiées de " douce " celle-ci fut bien plus " sauvage " qui me fis appuyer sur le bouton rouge pour raccrocher. La seule chose que j'ai pu faire sur le moment fut un haussement de sourcil. Alors que je m'apprêtais à rappeler Jun Hei je l'entendis 's'excuser ' en coréen.

Immédiatement je raccrochais au nez de mon meilleure ami, encore une fois. En voyant qu'il parlait coréen je me sentis quelque peu soulagé. J'allais enfin me faire comprendre. Allais-je lui demander s'il était coréen ? Et bien il avait la gueule oui, il n'avait pas d'accent et maîtrisait parfaitement la langue, j'en jugeais donc que c'était inutile. « grâce à toi, je vais enfin pouvoir me faire comprendre.» Certes je m'étais adressé juste à une bande deux gamines mais c'était suffisant, je n'avais pas envie de perdre mon temps. « dis moi, tu connaîtrais pas un bon restaurant dans le coin ? » lançais-je en passant ma main sur ma nuque, fronçant les sourcils à cause du soleil. « et un pas trop loin si possible, je suis paumé je crois. De plus j'ai pas très envie de marcher. » C'était trop demandé ? N'importe quoi.



jun: ian pooped and it was funny ! ♥️


Dernière édition par Byeon Ian le Mer 1 Aoû - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

Invité


MessageSujet: Re: Why I Am There ?   Mar 24 Juil - 13:42

Je range mon téléphone dans ma poche. Je m’apprête à reprendre ma route, comme-ci de rien étais. Je me suis excusé, je ne vois pas pourquoi je m’attarderais dans le coin. Mais l’inconnu que je viens de percuter, m’adresse la parole en me disant que grâce à moi il pourra enfin se faire comprendre. Il parle en coréen, j’en conclus qu’il doit être lui aussi originaire de Corée, du moins il semble très bien maîtriser la langue. Je ne me formalise pas de ce détail, il parle coréen ça me suffit. Habituellement je ne suis pas très loquace avec les autres, voir je ne parle pas du tout. Cependant depuis quelques jours j’en ai un peu ma claque de ne parler qu’anglais et ne rien capter quand on me répond en français. Parler dans ma langue maternelle, même avec un parfait inconnu me ferait le plus grand bien, si on oublie le fait que je ne sois pas l’exemple même de la sociabilité. Après tout je peux bien faire un effort et puis il me demande juste de le conduire à un restaurant, ce n’est pas demander la lune. Nous échangerions quelques mots, je le conduis-là où il veut et puis voilà … En soit ce n’est pas un gros effort, même pour moi qui rechigne soixante pour cent du temps toute forme de compagnie. Je connais plusieurs endroits où ils servent de la bonne nourriture, après six jours paumé dans ce pays, j’ai eu un peu de temps pour faire le tour des rues à proximités de l’endroit où je loge avec mon père. Il ajoute qu’il ne veut pas un restaurant trop loin, car il se croie paumé et qu’il en a marre de marcher … Rien que ça. D’autres conditions peut-être ? Il me prend pour son majordome ou quoi ? Enfin bref … Il me donne une occasion de m’exprimer en coréen, occasion que je ne louperais pas. Même mon père se borne à s’adresser à moi en anglais, car soit disant il faut que je m’entraîne à parler cette langue qui peut être très utile et aussi, car c’est la langue qu’il parle avec tous ses associés dans ce pays, alors moi ou eux, il ne fait pas tellement de différence. Je vais donc l’emmener à son restaurant, au moins ça occupera mon début d’après-midi. Enfin quelques minutes à tout casser, mais c’est déjà ça de gagner …

- Hum … Oui, je connais un endroit sympa, pas très loin, me contentai-je de répondre.

Enfin sympa ... C'est vite dit, je n'y ai mangé que ce midi et la cuisine n'y est pas mauvaise, donc ... Comme il me l’a demandé, je ne vais pas l’emmener à l’autre bout de Paris. Juste au restaurant dans lequel j’ai déjeuné il y’a un quelques minutes. Il n’est pas loin. Je dirais … Cinq minute à pieds, un peu moins si on se dépêche, un peu plus si on prend notre temps … D’un côté j’ai envie de lui parler un peu plus, car parler de nouveau coréen après ces six jours ne me déplait pas, de l’autre je ne le connais ni d’Eve, ni d’Adam alors pourquoi je lui ferais la conversation … Finalement laissant mon caractère froid et méprisant de côté, je lui adresse la parole.

- Tu es coréen ? demandai-je tout simplement.

Enfin je n’ai pas laissé ma personnalité totalement de côté, car je me suis adressé à lui d’un ton assez froid et neutre, qui montre ou laisse penser, que je n’ai aucune envie de faire ami-ami avec lui … Ce qui n’est pas tellement faux dans le fond, mes amis se compte sur les doigts d’une main et en général les autres n’apprécie pas façon de me comporter. Qu’ils jugent trop froide, distante ou encore hautaine. J’agis comme je veux, ils ne sont pas contents ? Et bien ils vont voir ailleurs ce n’est pas mon problème. Puis je me rappelle du pourquoi il m’a adressé la parole en premier.

- Suis-moi, c’est à cinq minutes environ … Ce n'est pas trop loin pour toi j’espère ? ajoutais-je sur un ton qui laisse trahir mon sarcasme.

Je suis adressé à lui d’un ton un peu moqueur, qu’il le prenne bien ou mal, m’importe bien peu, entre nous. S’il n’est pas content personne ne l’oblige à me suivre, après tout … Il peut toujours aller demander à quelqu’un d’autre, ça ne me pourrira pas ma journée, loin de-là. Enfin, même si pouvoir me faire comprendre sans avoir besoin de faire d’effort, ne me déplais pas … Ce n’est pas une raison suffisante pour que je devienne brusquement amical et sympathique alors que je ne le connais pas. Je lève les yeux vers lui en attendant une quelconque réaction de sa part. Mon portable vibre de nouveau dans ma poche, mais je n’y prête pas attention. Si c’est mon père il peut attendre et si c’est quelqu’un d’autre … Il peut bien attendre aussi.
Revenir en haut Aller en bas

Byeon Ian
Voir le profil de l'utilisateur


http://phey-p.tumblr.com/
avatar

❧ JOKER OF YOUR WISHES

HUMEUR : licornanisé.
MESSAGES : 392
LOCALISATION : sur la Lune avec une chèvre verte et ' INSUSUSU '.

MessageSujet: Re: Why I Am There ?   Mer 25 Juil - 10:06

Quel petit fainéant je pouvais faire parfois. Cela ne devait faire qu'une dizaine de minutes que j'étais sorti de l'hôtel et que je venais de faire quelques pas pour arriver là où je suis. Mais tout ça, c'est à cause du soleil, c'est vrai quand le soleil se met à taper aussi fort que cette journée je n'ai rien envie de faire et surtout pas envie de réfléchir ou encore de marcher. Je déteste l'été, ces rayons de soleil qui vous brûle la peau pour ensuite vous faire transpirer comme un porc, no mercy. En plus, on a l'impression de mourir à chacun de nos mouvements, on se sent compressé et une quelconque petite chose peut nous mettre en rogne. L'été, c'est tout simplement à bannir de ma vie. Bon, c'est vrai qu'il y a toujours des côtés positifs: les filles. Mais bon, je n'y prête pas tellement attention donc je peux m'en passer. Je ne vais pas tomber sous leurs charmes parce que mesdemoiselles ont décidé de montrer leur petite gambette fraîchement rasée. J'étais donc là, les sourcils froncés au max - d'ailleurs je prendre toujours cet air lorsque le soleil est là - face à un étranger qui allait donc me sauver la vie, m'épargner le malheur de la marche vers l'inconnu sous un soleil presque ardant. Il me la sauva encore plus en me répondant qu'il connaissait un endroit sympa, qui plus est n'était pas loin ! Sur ce coup, j'étais satisfait. Il allait enfin pouvoir m'apporter ce que je lui ai demandé. L'avais-je pris pour mon majordome ? Non, je ne suis pas comme ça. Quoique s'il pouvait me mettre une cigarette dans la bouche et l'allumer, je serais certainement encore plus satisfait. Je repris mes esprits et arrêtait de ' fantasmer ' sur ce qu'il pouvait bien m'apporter de bon. Par la suite il me demanda si j'étais coréen, quoi je ressemblais à un français ? Je lui fis un léger signe de la tête pour lui affirmer que oui. « d'Incheon plus précisément. » D'accord, il m'avait pas demandé d'où je venais mais qui s'en préoccupe ? Je veux juste apporter un peu plus précision à ce qu'on me demande et je préfère que les choses soient clairement nettes dès le début. En y repensant, j'aurai du jouer à un petit jeu. Mentir. J'ai tendance à me noyer dans les mensonges que je sors sans cesse. Dommage, je lui ferai certainement le coup plus tard, si on se rencontre de nouveau, peut-être en Corée. Je lui fis de nouveau un signe de la tête qui pouvait s'interpréter par un ' à ton tour '. Je ne voulais pas tellement savoir s'il était réellement coréen ou non, disons que je faisais ça juste par simple politesse. « Suis-moi, c’est à cinq minutes environ … Ce n'est pas trop loin pour toi j’espère ?» oh oh oh, laissez moi rire. Et c'est quoi ce ton quelque peu moqueur ?

À qui avais-je à faire ? À un petit rigolo ? On avait beau s'échanger quelque mot je n'avais pas encore posé un visage sur sur ce dernier. Je me mis donc à l'ombre histoire de mieux l'apercevoir. J'avais envie de faire descendre mes lunettes le long de mon nez mais en baissant la tête de haut en bas, ma tête avait faut le boulot, fainéant jusqu'au bout. « je sais pas, il faut demander à ma jambe si elle peut tenir le coup. Ma jambe droite a quelque problème depuis peu, parfois elle s'arrête de bouger et je tombe.» Réponse totalement conne et nulle ? Je le savais mais il avait décidé de lancer le jeu. Quel jeu ? Celui de me prendre pour un imbécile avec son ton moqueur. Je fis hausser mes sourcils en le regardant l'air complètement blasé. « tu fais quoi ici ? tu es venu chercher une petite française pour t'amuser ou tu es juste de visite ?» oui allez, tout le monde ne vient pas pour fricoter au moins une fois avec européenne mais vu comme monsieur se comporte,il devait certainement des allés-retour pour s'adonner aux plaisirs charnel des françaises. « ou ... tu reviens de Pigalle non ? Alors, comment sont-elles ?» lui fis-je en marchant à ses côté jusqu'au restaurant, tout en lui donnant un coup de coude comme font chaque gamin qui veut découvrir le secret de l'autre.

Une fois arrivée à destination, je pris la première table sans plus attendre pour m'affaler sur la chaise en passant ma main dans mes cheveux. Bien évidemment, je pris la table qui était à l'abri des rayons de soleil. Je pris une cigarette et posais mon paquet sur la table. Je fis signe au serveur de venir et pointais, par fainéantise, du doigt une crêpe au sucre, une petite salade de fruit ainsi qu'un grand verre d'eau. Qui a dit que j'avais faim et que je voulais commander un plat ? Je ne mange presque jamais et pas la peine de dépenser inutilement de l'argent. « tu restes en France combien de temps ? Ça te dit pas de rester, histoire que je puisse tuer le temps.» étant de nature solitaire, je n'ai pas besoin de a compagnie. Mais là, mon meilleur ami m'avait abandonné et partir à l'aventure dans un autre pays, seul, n'était pas amusant.



jun: ian pooped and it was funny ! ♥️


Dernière édition par Byeon Ian le Mer 1 Aoû - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

Invité


MessageSujet: Re: Why I Am There ?   Jeu 26 Juil - 13:07

Je lui ai demandé s’il était coréen, comme ça, histoire d’avoir quelque chose à dire même si la réponse semble évidente. Il me confirme qu’il vient de Corée et précise même la ville : Incheon. Je n’en demandais pas tant, mais je relève quand même un sourcil. Incheon ? Quand on dit que le hasard fait bien les choses, sur le coup je veux bien le croire. Je viens exactement du même endroit, je souris légèrement, mais reprend bien vite mon air indifférent. Il m’adresse un signe de tête, comme pour me dire que maintenant c’est à mon tour de parler. Il me retourne la question sans doute par politesse, je dois juste le conduire à un restaurant et après nos chemins se séparerons inévitablement, alors je ne vois pas vraiment où nous mènera cet échange de banalité, mais je réponds tout de même. Habituellement ce n’est pas la politesse qui m’étouffe, mais s’il habite aussi Incheon, nous serons peut-être amenés à nous revoir alors …

- Je viens également d’Incheon, répondis-je.

J’aurais pu dire une phrase du style « Ah c’est amusant, je viens aussi d’Incheon ». Je ne l’ai pas fait pour plusieurs raisons … Premièrement je ne veux pas paraître sympathique, deuxième je ne trouve pas ça amusant du tout, c’est juste une jolie coïncidence. Je lui ai demandé d’un ton moqueur si ce n’est pas trop loin pour lui et il me sorti une excuse complètement … Stupide ? Oui, c’est sans doute le bon adjectif. J’ai commencé à le prendre pour un idiot et il continu sur le même chemin. Il n’est peut-être pas dénué de toute intelligence après tout. J’ai juste la fâcheuse tendance à mettre tous les gens dont j’ignore tout, dans le même panier. Celui qui porte l’étiquette de « dénué de tout intérêt », j’ai tendance aussi à considérer tout le monde comme légèrement sot et les regarder de façon méprisante. Ce qui m’attire souvent les foudres des personnes en question, s’ils veulent me détester, libre à eux je m’en moque de toute manière. D’après lui sa jambe droite s’arrête parfois sans crier gare et il tombe. Mais bien sûr … Enfin, après tout c’est ma faute, je me suis engagé dans ce « jeu » le premier, je ne peux m’en prendre qu’à moi. Le fait qu’il me réponde sur ce ton, ne me déplais pas au final, au moins il a un peu de répartie.

Il hausse les sourcils et me demande la raison de ma venue en France. En quoi ça le regarde ? Il émet les hypothèses que je sois là pour m’amuser avec les petites françaises, comme il dit si bien, ou que je sois ici pour une simple visite. N’y l’un, ni l’autre … Je visite, car je n’ai rien d’autre à faire. C’est que je m’apprête à lui répondre, mais il me devance en disant que je viens de Pigalle. Je connais la réputation de ce coin de Paris et je n’y ai jamais mis les pieds, je n’en ai même pas été tenté. Il accompagne sa phrase d’un coup de coude. Je le regarde comme-ci il venait de parler de la venue des extraterrestre sur Terre, soit bizarrement. Quand bien même ça aurait été le cas, admettons que je sois réellement venu pour ça. En quoi ça le concerne ? Je fais ce que je veux de ma vie non ? Si je veux aller « m’amuser » avec les française, j’ai le droit. Enfin bref … Je vais quand même mettre les choses au clair, il serait bien capable de s’imaginer des choses encore plus farfelues ou de confirmer son hypothèse, si je garde le silence et je ne suis pas le genre de mec qui saute sur tout ce qui bouge ou qui vient dans un pays étranger juste pour se payer les services d’une prostituée.

- Si tu veux tout savoir, à la base je ne suis pas là de mon pleins gré et comme je n’ai rien d’autre à faire de mes journée je visite, répondis-je d’un ton un peu plus sympathique que celui que j’ai employé jusqu’à présent, et non je ne viens pas de Pigalle, ajoutais-je en retrouvant un ton plus froid.

Je passe sous silence mon père et tout ce qui va avec. Ça ne le regarde pas, je n’ai pas envie d’en parler et il doit certainement s’en foutre royalement. Comme ça, j'ai trouvé trois raison de ne rien dire. Nous arrivons enfin devant le restaurant, dans lequel j’ai déjeuné plus tôt et je le signale à ma nouvelle connaissance.

- Voilà c’est ici … J’espère que ta jambe droite n’a pas trop souffert, dis-je avec le même ton sarcastique que précédemment.

Considérant ma tâche comme accomplis, je m’apprête à prendre congé du jeune homme et de repartir à mes occupations, à supposer que j’en trouve, mais il reprend la parole. Il s’installe à une table à l’ombre et sort un paquet de cigarette. Il commande de quoi manger et me demande combien de temps je reste encore en France.

- Encore cinq jour, répondis-je sans vraiment d’enthousiasme, et toi ? demandais-je machinalement.

Visiter ne me déplais pas mais j’ai hâte de retrouver la Corée et mes cours de musique. Dans la précipitation, je n’ai pas pris ma guitare, ni mon violon, mon synthétiseur est beaucoup trop encombrant et il doit avoir pris la poussière depuis le temps que je n’y ai pas touché. Je préfère jouer sur le grand piano qui trône dans le salon, c’est plus agréable et je trouve la mélodie plus jolie. Ça fait donc six jours que je n’ai pas touché un seul instrument de musique, un record pour moi, vous pouvez me croire. Ensuite il me demande de rester avec lui. J’hésite … Mais finalement je m’installe en face de lui à la table, après tout je n’ai rien d’autre de plus intéressant à faire aujourd’hui alors …

- Et toi alors ? Tu fais quoi ici ? C’est bien de parler des autres, mais qui me dis que ce n’est pas toi qui as fait un détour par Pigalle ? demandais-je d’un air plein de sous-entendus.

Ce ne serait peut-être pas si désagréable que ça de discuter avec quelqu’un … D’autant plus qu’il n’avait pas l’air d’être le dernier des abrutis. Je relève, que j’ignore toujours son nom. Tant pis je verrais ça plus tard … J’attends une réponse de sa part avant.
Revenir en haut Aller en bas

Byeon Ian
Voir le profil de l'utilisateur


http://phey-p.tumblr.com/
avatar

❧ JOKER OF YOUR WISHES

HUMEUR : licornanisé.
MESSAGES : 392
LOCALISATION : sur la Lune avec une chèvre verte et ' INSUSUSU '.

MessageSujet: Re: Why I Am There ?   Jeu 2 Aoû - 10:01

Au moins c'était clair, il venait également d'Incheon. Si cette journée allait mal se passer, s'il se mettait à faire un pas de travers, je savais désormais où le trouver. Qu'allais-je lui faire ? Rien, je ne me salis jamais les mains. Disons que j'ai une connaissance, un bon ami répondant au nom de Il Keun, prêt à me rendre n'importe quel service, donc pourquoi pas en profiter quelques fois ? Mais en y repensant, il doit certainement avoir assez de problèmes comme ça et possède une réputation peu joyeux - qui ne lui correspond pas du tout, au bout du compte. Mais il faut dire que ce petit corps à grosse tête ne fait strictement rien pour démentir cette réputation, à croire que ça l'arrange, donc on va lui épargner les problèmes - pour cette fois. Avec du recul, je trouvais que mon interlocuteur me répondait assez froidement, sans grande conviction, comme s'il voulait que je lui foute la paix. De toute façon, j'estime qu'à partir du moment où vous restez avec moi et que vous me répondez, c'est que vous avez envie d'être en ma compagnie, chose totalement compréhensible. Si cela se trouve, on est sans doute voisin ? Peut-être que c'est lui le voyeur que Ae Sook m'avait parlé la dernière fois ? Celui qui prend des jumelles pour mieux la voir se mettre en sous-vêtements ? Ah, il faut se méfier de ces gens-là, on ne sait jamais qui peut jouer un double jeu. Avec cette idée en tête, je fis une légère grimace en le regardant de haut en bas. Certes, je n'avais pas de preuves contre lui, mais la méfiance est quelque chose en moi que je ne peux dissimuler. Monsieur n'était donc là à contre coeur ? C'est quoi ça encore ? Il venait peut-être d'épouser une française et cette dernière lui aurait forcé la main à revenir dans son pays natale ou elle divorcerait ? Oui, mon imagination me perdra un de ces quatre. Bon, il semblait que lui et moi avions juste envie de visiter un nouveau pays, changer d'air frais, voir de nouvelles têtes.

Il n'était là que pour cinq jours, bien. Plus sérieusement je m'en foutais pour combien de temps il allait rester, je haussais les épaules comme signe de réponse. Ce geste que vous faites lorsque vous n'en avez aucune idée. « je suis parti sur un coup de tête, j 'ai voulu voyager un peu et me voici ...» je posais mon index sur la table et commençais à faire de léger rond avec ce dernier. Je lui montrais mon agacement et mon extrême ennui. Était-ce sa présence la cause ? Non, il pouvait bien partir cela me serait égal, j'étais juste agacé d'être là seul, sans savoir quoi faire de ma journée. « ... seul.» fis-je sur un petit ton. Rancunier jusqu'au bout. Après quelques minutes d'attentes, le serveur pointa enfin son nez en me rapportant ma commande. Je jetais me dévolu sur la salade de fruit. Je lâchais un petit bruit de soulagement, il n'y a rien de mieux que la fraîcheur des fruits en été. Je piquais un morceau d'ananas avec ma fourchette en la pointant vers le jeune homme, debout, face à moi . « mhm, je n'en reviens pas mais ça peut être une idée ça après tout ... » il serait étonné de savoir ce que je fais de la vie. Je n'allais quand même pas lui balancer ' viens, je vais acheter des filles ' Je poussais la chaise en face de moi avec mon pied, toujours en pointant cet inconnu avec mon bout d'ananas. Je lui fis donc signe de s’asseoir avec moi. « je ne sais pas qui tu es mais je te propose un truc ... » je n'attendais pas qu'il s'assit pour le la lui raconter. Juste avant de reprendre la conversation, je décidais enfin à manger ce bout de fruit qui allait bientôt dessécher à force de la gigoter dans tout les sens et la faire perdre tout son délicieux jus.

« tu n'as rien à faire et moi non plus, tu sembles t'ennuyer ? de même pour moi. Tu ne reviens pas de Pigalle ? Nous sommes deux .» Je tirais quelques conclusions un peu trop vite, but who cares ? Je lui fis un léger sourire, certainement plus sympathique les précédents. « et si tu m'accompagnais là où les filles sont en petites culottes et où les hommes sont au repos ? » J'ai toujours cette façon de détourner les situations que certains trouveront " gênants ". Dire aussi directement ' viens on va voir des stripteaseuses ' ou encore ' des putes ' n'étaient vraiment pas marrant et puis cela permettait de mesurer l'imagination de son ' adversaire '. « à prendre ou à laisser mon petit » c'était comme si je lui avais posé un dilemme. On ne refuse pas ce genre de propositions n'est-ce pas ? À moins que cet homme ne soit qu'un pseudo-joueur et que ce genre de chose n'était pas du tout son style ? Mais en y repensant ça pourrait être marrant, d'accompagner un ' inculte '. Dans le cas présent, je doutais fort que c'en était un , après tout l'apparence est parfois trompeuse. « à moins que tu préfères aller te promener dans les musées avec papa et maman ? » Qu'avais-je contre les musées ? Rien, strictement rien. C'était juste pour montrer le contraste entre les deux choses.



jun: ian pooped and it was funny ! ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

Invité


MessageSujet: Re: Why I Am There ?   Sam 4 Aoû - 23:06

Je n’y suis pas allé par quatre chemins pour lui dire que je viens également d’Incheon. Ça sert à quoi de tourner autour du pot ? À rien, on est d’accord. Je n’aime pas mâcher mes mots, ni y aller avec le dos de la cuillère. Puis ce n’est pas comme-ci je lui avais confié une information ultraconfidentielle … La ville où j’habite, super ! Incheon ce n’est pas si petit … Enfin bref je n’ai pas envie de me triturer les méninges sur ce sujet, qui ne mérite pas mon attention et je la reporte sur mon interlocuteur. Il me regarde des pieds à la tête, d’une manière … Étrange ? Je ne sais pas à quoi il pense et entre nous, je ne veux pas le savoir. Maintenant que j’y pense … Si nous venons de la même ville peut-être que nous nous sommes déjà croisés, peut-être que nous n’habitons pas si loin l’un de l’autre. Mais ça encore ce sont de détails sans intérêt, qui ne me font, ni chaud, ni froid. Sa tête ne me dit rien donc … Je le conduit à la terrasse de ce restaurant où il commande une salade de fruit et pour s’adresser à moi, il me pointe du bout de sa fourchette. Je lui dis que je ne suis pas là de mon propre chef, quand il commence à échafauder des hypothèses étranges, comme quoi je viendrais de Pigalle … Pfff, si lui aime ce genre de chose ce n’est pas mon cas, ce genre de quartier je n’y traîne pas volontairement, il faudrait qu’on m’y embarque. Je lui retourne alors sa question, elles sont biens jolies ses hypothèses sur mon compte, mais et lui ? Un coup de tête ? Monsieur voulait voir du paysage … OK. Ce n’est pas que je m’en fous, mais … Quand même un peu, si. Je lui ai retourné sa question, comme ça, dans la foulée. Il aurait bien pût me dire qu’il venait ici pour « charmer » les françaises, je n’en aurais pas eu grand-chose à faire. Il fait bien ce qu’il veut de sa vie, ce n’est pas moi qui vais m’en inquiéter … Il ajoute qu’il est seul. Et alors ? Enfin au moins sur ce point, c’est pareil, ce n’est pas mon père qui me tient compagnie et Ha Ni est restée en Corée. Oui, c’est peut-être une chienne et alors ? La compagnie animale est parfois bien plus agréable que la compagnie humaine … Elle au moins ne parle pas pour rien dire, vu que c’est un chien. Le seul point négatif c’est qu’elle ne tient pas en place … Mais c’est une autre histoire. Si j’avais pu je l’aurais embarqué avec moi à Paris, mais elle est restée chez des amis à mes parents …

Il mange son assiette avec appétit et me fait part, d'une idée qu'il aurait … Ah oui ? Quoi ? Je lève un sourcil, prêt à l’écouter, tout en me demandant ce qu’il va bien pouvoir me sortir … Je m’assois quand il pousse la chaise en face de lui et me fait signe de m’assoir. Après tout, je n’ai rien à perdre. Peut-être que la compagnie de ce gars occupera mon après-midi. Il ajoute qu’il ne sait pas qui je suis, mais qu’il a un truc à me proposer. Oui, bon vas-y balance, on ne va pas y passer la journée … Il mange son bout d’ananas, comme pour me faire patienter encore un peu et déclare finalement, qu’il n’avait rien à faire, moi non plus. Hum … Oui ok, et ? Je le regarde en attendant la suite de ses paroles. Il sous-entend, qu’il ne revient pas lui non plus de Pigalle … J’ai peur de savoir où il veut en venir … Il veut vraiment me trainer jusqu’à ce genre d’endroit sordide ? Oui, oui … J’ai bien dit sordide. Je n’aime pas les clubs de ce genre où les filles exhibent leur corps et tout le bazar … Non, ce n’est pas que les filles ne me font aucun effet … De toute manière gars ou filles, j’ai déjà eu des aventures avec les deux, alors … Enfin bref, tout ça pour dire que je ne suis pas du genre à trainer là-bas … Mais la phrase qu’il ajoute m’aide à me décider, alors que j’allais refuser. Si je préfère faire la visite des musées avec papa et maman ? … Parler de mes parents est une mauvaise idée, mais il n’est pas censé être au courant, je grimace légèrement à cette pensée. S’il savait que depuis le début de mon « séjour », je n’ai fait que ça … Visiter des musées et autres monuments. Mais ce n’est pas à contre cœur, ça m’intéresse, mais s’il préfère regarder des filles en petites culottes chacun sont trip, cependant je ne lui ferais pas le plaisir de lui dire que je préfère les musées, je sens la moquerie fuser. Alors je vais rentrer dans son jeu, même si j’ai peur de savoir où tout ça va m’emmener … Il avait parlé de filles en petite culotte alors je lui réponds au tac au tac :

- Et si je te dis que les filles en petite culotte ne font ni chaud ni froid ?

Ma phrase est ironique et sous-entendu, il la prendra comme il voudra, s’il croit que je suis gay, j’en ai rien à faire puisque dans un sens ce n’est pas totalement faux … En étant bi’ je peux très bien avoir des relations hétéro, comme gay … Et puis sa proposition sonne comme un dilemme … Non ça lui ferait trop plaisir que je me défile …

- Si j’accepte tu comptes m’emmener où exactement ?

Comme je ne suis pas un habitué de ce genre d’endroit, je pourrais peut-être paraitre novice, mais à mes yeux il y a d’autres manières de s’amuser que de voir des filles bouger leurs fesses … Enfin bref … Je vous défend de penser que je suis complètement coincé et que je passe ma vie entre bouquin d’étude et bibliothèque … Je sors m’amuser plus souvent que vous ne pouvez le croire, sauf que je m’amuse de d’autres façons …
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Why I Am There ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Why I Am There ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
summer ☁ cloud ::  :: ϟ le monde :: ❝ europe-