AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ET VOILA LA VERSION 3 DU FORUM SOUS VOS YEUX ! VENEZ COMMENTER ♥ ET SIGNER LE RECENSEMENT

Partagez | 
 

 angel without wings;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Seo Lelia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTRANGER

HUMEUR : joyeuse, toujours!
MESSAGES : 116

MessageSujet: angel without wings;   Lun 30 Juil - 15:23

Un ange. C'était comme ça que beaucoup de gens la percevait. C'était aussi le petit surnom affectif que ses idiots d'ex-copains lui donnait systématiquement. A croire qu'ils s'étaient tous refilé le mot, ces débiles de la vie...Ceci dit, elle espérait tout de même que non. Sa trop grande gentillesse se révélait aussi être son plus grand défaut. Ajoutez à cela son incapacité à être grossière ou sa force de midinette qui ne la défendait en rien des gros balourds qui avaient le chic de lui tourner autour... Oui c'était l'envers du décors d'être trop accessible. Il allait p'tete falloir qu'elle songe un jour à prendre des leçons d'auto-défense. Mais cela reviendrait à commettre certains sacrifices... Comme par exemple, ses week-end au club qui en soi, ne lui apportait rien de plus que du divertissement. Elle gagnait bien sa vie mais elle faisait tout de même attention à ne pas faire trop d'écarts. Surtout inutiles. Lelia savait tout autant qu'en cas de pépin, ses parents l'aideraient financièrement même s'ils se trouvaient à l'autre bout du monde. La belle s'estimait suffisamment grande pour s'assumer seule. Ils en avaient fait assez pour elle durant toute sa jeunesse. Dans une juste logique, elle voulait continuer d'être indépendante et fière d'elle-même. « Temps mort. On fait une pause ! » s'écria le photographe en croisant les mains par-dessus la tête. « Lelia tu es féerique ! Angélique ! Enfile la dernière tenue et ça sera notre dernier shoot de la journée. ». Tah. Voilà que lui aussi il s'y mettait... Mais la belle ne laissa rien transparaitre, un sourire commercial pour la bonne renommée. Cela faisait plusieurs heures en incluant le temps de maquillage et le temps passé sur ses boucles qu'elle se tuait au travail, dans ce studio. De ce fait, la mignonne fut bien ravie d'apprendre que cette séance serait la dernière.

De retour dans les coulisses, une employée lui présenta la prochaine robe qu'elle allait porter et notre jolie rousse ne tarda pas à se dévêtir. Elle avait hâte que ça se finisse. Hâte de se changer les idées et de revoir une fameuse personne... Pour en revenir à l'éventualité de boycotter ce club, Lelia restait peu avenante. Cela voulait dire qu'elle ne reverrait plus Jun Hei. Ce bellâtre sans intérêt qui la faisait se tordre de rire par ses pitreries ! Oui bon... elle ne le pensait pas sérieusement. Juste un tout petit peu ! Imaginer la tête qu'aurait son host en la voyant ce soir l'amusait déjà intérieurement. A cause du travail, elle n'avait pas pu se libérer le week-end passé. Cela voulait donc dire qu'ils ne s'étaient pas vus depuis deux semaines ! Elle espérait donc lui faire la surprise en débarquant à l'improviste. Dans le cas contraire, il allait une nouvelle fois devoir la supporter. Ce qui en soi, n'était pas un réel calvaire car elle n'était pas méchante. Un ange, on le répètera jamais assez. « Tae Kyung-sshi je peux vous emprunter cette robe ? Je vous la rendrait demain, c'est promis ! ». Son regard fut implorant lorsqu'elle alla faire de ses courbettes auprès de son supérieur. C'était qu'elle venait d'avoir un réel coup de cœur pour cette tenue. Elle époussetait bien ses formes. Que demander de plus ? « C'est d'accord. A condition que tu me la rende en bon état. Mais c'est bien parce que c'est toi ! ». Si respectueuse d'elle-même et des autres qu'on ne doutait à aucun moment de son sens de la responsabilité. Si facile.

De retour à son appartement, Lelia s'autorisa une bonne douche et elle veilla à bien suspendre ses cheveux sur sa tête pour ne pas perdre l'intensité de ses boucles. Il était hors de question que ses cheveux redeviennent plats à cause du jet d'eau. Elle adorait les avoir comme ça, mais elle avait peu la patience pour se les boucler elle-même. De plus, sa nouvelle coloration était encore récente. Elle ne se souvenait pas s'être déjà présenté à Jun avec une tête rousse. Allait-il avoir un choc ? Haha. Une nouvelle fois, elle s'imagina sa réaction.
Fin prête, il était 23 heures passé lorsqu'elle quitta son immeuble pour se rendre jusqu'à son lieu de prédilection. Elle serait bien venue un peu plus tôt mais elle avait terminé tard. Elle n'était pas non plus la plus rapide pour se faire belle ! Rendue dans le club, Lelia ne tarda pas à le repérer d'une inspection circulaire. Il se tenait près du bar, en pleine discussion sans doute, et lui tournait inconsciemment le dos. Un sourire plein de malice sur ses lèvres, la jolie italienne se posta derrière Jun et lui bâillonna les yeux. A cela, le fatidique « Devine qui c'est ? » aurait du s'en suivre. Mais trop prévisible dans le genre, la belle s'aventura plutôt à un autre registre. Pensant bien garder son identité secrète, Lelia chantonna cet air si connu qu'était le background commun à celui de Dark Vador ! Après tout, une reine ne se devait-elle pas d'être intimidante ? Elle se doutait bien que son intervention le ferait plus rire qu'autre chose, mais avait-on déjà dit qu'elle était une fille sérieuse ? « Maintenant que tu es mort de trouille, je t'autorise à me faire face. » N'était-elle pas mignonne ? Elle lui accordait le face à face. Quelle noblesse, aah. Une fois encore, son sourire si rayonnant démontra à quel point elle était ravie de le voir. C'était qu'il lui avait manqué... Deux semaines, c'était long. Étrangement long. Elle ne rechercha même pas à le lui cacher. A quoi bon ? Il ne devait pas prendre ce job fictif très à cœur, mais la voir aussi enthousiasme ne pouvait que le motiver à faire de son mieux. C'était tout du moins ce qu'elle pensait. L'air faussement critique, la jeune femme croisa des bras contre sa poitrine et le gratifia d'un regard outré. « Dans mon pays, les hommes se mettent à genoux pour saluer les dames. Même qu'ils leurs baisent la main... ». Un appel à la provocation, sans aucun doute. Lelia était une bonne actrice, mais elle n'était en rien crédible dans son interprétation pour peu que cela sonnait pour de la simple taquinerie. Elle était quand même curieuse de voir sa réaction. « Ça faisait longtemps. » Son doux sourire était revenu sur ses lèvres et elle laissa entrevoir durant l'ombre d'une seconde un petit bout de sa langue. Elle aurait pu lui dire quelque chose comme « Tu m'as manqué ! ». Mais pitié... ça sonnait beaucoup trop puéril ! Le coup de la langue avait sûrement compensé la chose. Puis elle ne comptait pas lui faire ce plaisir. La femme aussi avait son orgueil.






Dernière édition par Seo Lelia le Sam 4 Aoû - 13:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Noh Jun Hei
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTUDIANT

HUMEUR : caliente
MESSAGES : 124

MessageSujet: Re: angel without wings;   Lun 30 Juil - 23:25

La psychologie désigne à la fois l’étude scientifique des faits psychiques et des comportements. Divisée en de nombreuses branches d’étude aussi bien théoriques que pratiques, la psychologie possède des applications thérapeutiques individuelles ou collectives, sociales, et parfois politiques ou morales. Ayant pour objectif l’investigation du psychisme en termes de structure et de fonctionnement, elle s’attache donc à décrire, évaluer et expliquer les processus mentaux dans leur ensemble, en prenant en compte les manifestations de la subjectivité. Dans un sens plus générale, le terme psychologie désigne la connaissance empirique ou intuitive des sentiments, des idées, des comportements d’une personne et des manières de penser, de sentir, d’agir qui caractérisent un individu ou un groupe. C’était simple, jun hei ne faisait pas des études dans le but et l’unique but d’être psychologue carcéral, certes c’était une roue de secours, certes, mais pas sa priorité. Il avait toujours eu des facilités, ça rentrait par une oreille et restait ancré dans son esprit, à défaut d’être né dans une sorte d’appartement version déchetterie, il avait eu la chance de naître intelligent. Majeur de sa promo, chouchou des professeurs, il n’y avait rien à dire jun avait tout du parfait élève, de l’intello et c’est encore le cas. Voyez-vous être intelligent ne se cantonne pas qu’aux cours c’est aussi savoir s’organiser pour que tout concorde pour que tout le monde pense que vous êtes parfait. Cela expliquait qu’il assiste à tous ses cours, révisait une heure par jour à la bibliothèque universitaire et passait ses nuits au nightclub. Il n’y avait pas de jours précis pour le nightclub, bien sûr les clients se faisaient plus fréquents à partir du jeudi, soirée étudiante oblige mais là, encore il ne s’agissait que des clients du nightclub « légalement parlant », les clients plus pervertis eux étaient présent qu’importe les jours de la semaine. Et jun ne laissait jamais ses protégées seules, il prenait l’entière responsabilité pour les avoir embarquées dans ce sale commerce, car oui vendre son corps n’avait rien d’agréable. Pourtant il n’éprouvait aucun remord à le faire, si il n’avait pas accepté de suivre Ian dans cette aventure jamais il n’aurait quitté le 15m² pitoyable et miteux dans lequel il vivait avec ses parents. Après avoir trafiqué de la drogue pendant cinq bonnes années, ce n’était pas vendre le corps de femmes qui allait l’empêcher de dormir, bien au contraire. Il n’avait jamais été suspecté de quoi que ce soit et pourtant il en avait des choses à se reprocher, mais encore une fois le jeune étudiant prônait la discrétion. Pourtant ce n’était pas rare qu’il commette des erreurs comme prendre des champi avant un partiel de psychopathie, entretenir une relation relativement proche avec une prostituée et la voir débarqué à l’université ou même frapper un étudiant alors qu’il est censé passer pour un intello. Mais en général tout ça passait crème, personne n’en tenait compte après tout jun était champion nationale de takwendo, il était connu à l’université et il aurait été stupide de le vouloir parmi ses ennemis histoire de popularité, encore cette mentalité d’adolescent pré pubère qu’il ne comprenait guère.

Refermant son dossier de psychologie, le jeune asiatique se releva délicatement repositionnant la chaise sur laquelle il était précédemment assis, le dossier sous le bras il quitta la bibliothèque tout en cherchant ses clés de voiture dans la poche de son jean. Tous ses actes étaient calculés et minutieusement organisés, il savait à quelle heure il devait quitter la bibliothèque, combien de temps il mettait pour rentrer à son appartement, pour se préparer puis pour se rendre au club. Tout était minutieusement préparé, comme toujours. Pénétrant dans son loft, l’asiatique posa son dossier avant de se dénuder tout en se dirigeant vers sa salle de bain. Il raffolait de ce seul et unique moment de détente. La douche. Il en prenait environs trois par jour, trop carré sur l’hygiène sûrement mais aussi parce qu’il s’agissait probablement du seul moment où il pouvait respirer, se reposer un peu. Pénétrant dans la cabine de douche, il soupira de satisfaction lorsqu’un filet d’eau chaude vint caresser son corps. Ce que c’était bon. Passant une main dans ses cheveux, il soupira une nouvelle fois mais cette fois-ci d’agacement. Lelia. Penser ne serait-ce qu’une fraction de seconde à elle l’énervait au plus haut point. Plus sérieusement de un il jouait sa petite pute et de deux elle lui foutait des lapins. Théoriquement parlant jun n’avait pas à jouer la pute pour une quelconque cliente, lui c’était le traqueur, il s’occupait de ramener les putes aussi bien féminines que masculines mais en être une […]. Mais voilà, la jeune fille était une récente actrice bien friquée et lorsqu’elle lui avait demandé d’être son host, le jeune noh n’avait pu refuser, pourquoi ? Ian et l’argent. Son meilleur ami avait osé faire pression, cette femme allait leur rapporter du fric puis si jamais il devait coucher avec elle disons que ce ne serait pas une tâche repoussante bien au contraire. De toute manière il n’avait pas le choix, l’appât du gain bien trop important. Une fois par semaine le samedi soir, en soit ce n’était rien cependant la jeune femme payait relativement cher pour ses services après tout il ne se prostituait que pour elle. Il était en colère à chaque fois qu’il imaginait son visage, en colère qu’elle ne soit pas venus à leur rendez-vous, fatigué de ne pas l’avoir vu depuis deux semaines et ça c’était mauvais. Quittant la cabine de douche, il enfilant lentement un ensemble noir relativement classe et simple. Il était en congés aujourd’hui enfin il n’était pas censé travailler disons que servir d’host à la jeune actrice revenait à faire des heures supp. sur ses congés. Se faisant rapidement de quoi manger, le jeune homme zieuta sa montre tout en soupirant une énième fois. Déjà 22hoo, il se retrouvait généralement aux alentours de 22h30 et ce n’était pas dans ses habitudes d’être en retard bien trop irrespectueux. Tant pis pour le repas, il mangerait mieux demain. Un coup de brosse à dent, du parfum et un dernier coup d’œil dans le miroir. Il était fin prêt.

Il y avait du monde, beaucoup de monde après tout c’était le week end, le nightclub tournait et les clients influaient. Pénétrant dans l’antre du club, le jeune homme adressa un petit signe de la main aux vigiles de la main avant de se diriger vers le bar. Il fallait qu’il boive pour oublier qu’il n’avait même pas eu le temps de fumer un petit joint, la poisse. « un sky sans glaces s’il te plait ! » lança-t-il à son collègue tout en regardant ce qu’il possédait encore dans la poche intérieur de sa veste. De la mdma, mon dieu il était béni. S’enfilant deux cachetons de md , il bu son verre cul sec avant d’en redemander un, quitte à devoir s’amuser seul autant commencer de suite. Il n’avait pas vu la jeune femme depuis qu’il avait pénétré dans les lieux, elle devait encore lui poser un lapin et ça c’était mauvais pour ses affaires, merde. Sans s’y attendre on lui bâillonna les yeux, geste qui lui parut aussitôt enfantin et il n’eut même pas à prêter attention à la petite mélodie fredonnée par la fillette pour savoir qu’il s’agissait de sa cliente. Tiens elle se montrait enfin. Oh et puis qu’elle était mignonne à l’autorisait à lui faire face , bien sûr qu’il allait lui faire face et aussi lui faire comprendre qu’il ne se la jouait pas pute pour qu’elle oublie de le prévenir de ses absences. Cependant il perdit tout son courage lorsqu’il posa enfin les yeux sur elle. Deux semaines, comment avait-elle pu changer autant en deux semaines. De longs cheveux roux soyeux, une élégante robe noire et une poitrine.. Depuis quand était-elle aussi bien formé ? Ce n’était pas la md qui le faisait halluciner de toute manière elle n’agissait qu’après digestion soit sous trente minutes, non ce n’était ni la drogue ni l’alcool. Juste elle, et grand dieu ce qu’elle était belle. Il déglutissait. « Dans mon pays, les hommes se mettent à genoux pour saluer les dames. Même qu'ils leurs baisent la main... ». Il buvait carrément ses paroles, oui ça faisait longtemps d’ailleurs il avait l’impression que ça faisait des lustres maintenant qu’il l’avait en face de lui. Mais il ne devait pas perdre la face, même si il jouait l’host il devait conservait les cartes en mains, toujours. Mais pour cela il devait aussi entrer dans le jeu de la jeune femme. S’abaissant délicatement il s’agenouilla devant la jeune femme, saisissant la main droite de celle-ci tout en plongeant son regard dans le sien. Puis sensuellement il posa ses lèvres légèrement humides sur le dessus de sa main. Elle sentait si bon. « J’ai bien cru que vous ne désiriez plus m’avoir comme host. » Sous-entendre qu’il avait été vexé de son absence le week end précédent non pas réellement. Se relevant, le jeune coréen passa délicatement un bras autour de la hanche de sa compagne, la guidant ainsi vers une table privé à proximité de la piste de dance. Tournant la tête vers son collègue, il commanda vivement une bouteille de champagne puis invita la jeune femme à s’asseoir. « que me vaut un tel changement, je ne reconnais plus la jeune enfant qui me faisait face il y a deux semaines, y aurait-il un jeune homme caché derrière tout ça ou votre carrière a éclaté au point qu’il vous en offre un relooking complet ? » Soit êtes-vous toujours célibataire ou avez-vous encore plus d’argent qu’avant. Monsieur Noh vous devriez apprendre à vous mêler de vos affaires. Saisissant la bouteille de champagne que venait de leur apporter le serveur, Jun l’a déboucha avant de remplir les deux coupes qui lui faisaient face. « A nos retrouvailles, j’espère que je saurais vous satisfaire ce soir, jolie lelia. »



Ian: " jun, your hand smells like poo "
women are so stupid:
 

Revenir en haut Aller en bas

Seo Lelia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTRANGER

HUMEUR : joyeuse, toujours!
MESSAGES : 116

MessageSujet: Re: angel without wings;   Mar 31 Juil - 12:38

Il y avait du monde - rien d'étonnant pour un samedi soir - mais ce simple détail avait de quoi enchanter notre jeune actrice, car un club avec juste quelques rescapés suffisait à lui ruiner le moral jusque dans ses chaussettes ! C'était aussi pour cette raison qu'elle aimait venir ici. Même en sachant l'envers du décors, l'ambiance était excellente, la musique à la pointe de la tendance et forcément c'était toujours blindé. En plus de ça, on lui promettait toujours son petit host d'exception. Ou trouverait-elle ailleurs un tel service ? On était à ses petits soins et en tant que cliente, elle était donc une reine. Vraiment, la belle italienne n'avait aucune raison de passer son chemin pour fréquenter un autre endroit, même plus clean. L'instant de vérité allait sonner lorsqu'elle libéra le beau coréen de sa légère emprise. Grand dieu, elle fut rassurée en découvrant son regard. Ce qui renforça d'autant plus sa bonne humeur et son sourire aux anges. Malgré l'absence, Jun Hei ne semblait pas lui en vouloir. C'était une bonne chose. La satisfaction aurait pu s'arrêter là, sauf qu'il alla même jusqu'à jouer le jeu en posant un genou à terre. Tel un gentleman, il lui offrit le dit baise main sans rechigner, si bien que la jolie rousse sentit son visage s'empourprer très légèrement ! Aurait-elle mieux fait de se taire ? Zut. Elle ne s'était pas attendu à ce qu'il le fasse réellement. Il n'était pas stupide après tout. Tout le monde savait depuis des années que cette manière de saluer était plus que démodée, même en Europe... Néanmoins flattée par ce geste, Lelia fit de son mieux pour ne pas laisser voir sa fulgurante joie. Elle espérait tout de même dans un petit coin de sa tête que la faible intensité de l'éclairage serait de son côté. Ce n'était pas avec cette teinte rosée sur les joues qu'elle allait rester crédible, la mignonne !

« J’ai bien cru que vous ne désiriez plus m’avoir comme host. ». Sur ces belles paroles pleines de finesses, Lelia arqua d'un sourcil. Tiens donc, lui aurait-elle fait une fausse frayeur ? Ou une fausse joie... Elle finit bien par lui répondre quelque chose, toujours munie de son délectable sourire à faire fondre la banquise. Elle pencha légèrement la tête sur le côté et eut une moue innocente. « Ça n'arrivera pas. Sauf si tu me déçois énormément... ». Sa réponse pouvait laisser sous-entendre beaucoup de choses... comme pas. Non, pour l'instant il n'avait rien à se reprocher. Pas à ce qu'elle sache. La jeune femme se laissa donc entrainer par son hôte lorsqu'il la conduisit à leur table habituelle. Par ailleurs, elle apprécia cette proximité entre eux, ainsi que cette main sur sa hanche. Mais veillant à ne pas le lui montrer, notre italienne baissa prudemment le regard comme l'aurait fait n'importe quelle lady dans un contexte qui l'obligeait à fendre la foule. En si bonne compagnie, il se fallait de rester digne et discrète. Se faire passer pour une femme que l'on pense timide valait mieux que la deuxième option qui se résumait en deux mots par ; potiche et bavarde. Elle n'était ni timide, ni potiche ou bavarde... Juste normale, mais bon. Combien de fois sa mère lui avait-elle appris ça ? Elle en soupira à cette pensée. A peine avait-elle pris place sur le divan que Jun Hei lui passa un interrogatoire particulièrement étonnant. S'il n'était pas forcé de lui tenir la conversation, elle l'aurait trouvé bien curieux à son sujet... Mais il n'avait pas tort de l'être. Ces deux dernières semaines avaient effectivement été riches en rebondissements. Elle n'était pas du tout contre en parler, bien au contraire. Qui plus est, une de ses remarques – plus qu'une autre – la rendit bien espiègle. Le regard fixe, la belle se rapprocha si près du jeune homme qu'elle en oublia un instant d'être bien élevée ! Comme si elle pouvait découvrir la réponse sans avoir au préalable posée la question. Ce qu'elle fit, suite à un élégant papillonnement de cils comme elle savait si bien les faire. Elle pouvait dire merci à ses précieux cours de théâtres. On ne pouvait pas dire qu'elle avait le charisme d'une moule ! « Une jeune enfant ? C'est ce que j'étais à tes yeux pendant tout ce temps ? » Elle parut un peu déçue mais son sourire habituel ne tarda pas à revenir au galop.

Instaurant une distance plus raisonnable entre eux, la demoiselle s'adossa plus confortablement dans son siège et elle se passa une main dans les cheveux. Le serveur avait choisi ce juste moment pour leur apporter le champagne. Un classique. Ou comment bien débuter la soirée avec un petit pétillant inoffensif mais qui coûte la peau des fesses... Il n'innovait pas sur ce point là. Alors que le garçon s'apprêtait à partir pour les laisser seul à seul, Lelia se leva subitement pour l'interpeller. Jun allait sûrement se demander ce qu'elle lui voulait tout à coup... mais ça, c'était pas tellement ses affaires ! Pendant que Monsieur débouchonnait la bouteille, la jolie rousse se pencha sur le serveur pour lui susurrer quelques mots à l'oreille. Ben quoi ? Qui a dit qu'elle ne pouvait pas ? Il y avait deux titres qu'elle avait particulièrement envie d'entendre au cours de la soirée [i love you des 2ne1 et la-di-da-di des cross gene]. Ces gentils serveurs pouvaient tout aussi jouer les intermédiaires avec le dj. C'était courant chez elle en tout cas. Acquiesçant à la demande de la jeune femme, le gentil garçon se courba et prit congé. Elle n'en avait pas oublié Jun, loin de là. C'est l'air de rien qu'elle se saisit de sa coupe de champagne et qu'elle trinqua avec son host. Une fois encore, elle le fixa d'un regard intense et particulièrement taquin. « A nos retrouvailles. Mais je songe sérieusement à te donner du fil à retordre... Jusqu'ici j'étais indulgente, puisque je suis ta première fois. » De cliente, s'entend. La jeune femme but une légère gorgée, toujours sans le quitter des yeux, et elle abandonna son verre sur le bord de la table. Il n'empêche qu'il était temps qu'elle songe sérieusement à lui répondre. Il n'avait probablement pas oublié non plus, pour peu qu'il soit vraiment intéressé par ce dit relooking. Rien n'avait véritablement changé à part ses cheveux. « J'étais sur Séoul le week-end dernier. Mon agence a su me décrocher un nouveau contrat avec la marque bean pole et on m'a imposé cette coloration. C'est pas trop vilain, hein ? Et il y avait bien un homme oui. Mon partenaire de la journée. Il s'appelle Shin Won Ho. Lui aussi il débute dans l'industrie. Aah... Mon dieu. Il était vraiment trop craquant avec ses aeygos ! ». Elle en avait des étoiles plein les yeux tandis qu'elle vantait les mérites de ce jeune artiste qui semblait bien faire parti de ses bias de la k-pop. Le pire, c'est qu'elle ne disait pas du tout cela dans le but de le rendre jaloux. Non, elle était simplement et encore sur son nuage. Le sujet avait d'ailleurs l'air de l'émerveiller. « Quand je pense que j'avais passé les auditions pour le rôle de Mari, tu sais pour le drama Big... Je regrette pas d'avoir été recalée. J'aurai été un boulet avec lui durant toutes nos scènes ! Surtout qu'en plus, je l'ai trouvé vraiment médiocre ce drama. » Zieutant un instant son compagnon, la belle réalisa à quel point elle était devenue plus bruyante tout d'un coup. Un peu gênée, elle se ressaisit de son verre et le sirota timidement. « Euh... tout ça pour dire que t'as pas intérêt à zapper les pubs à partir de maintenant. Pas si tu veux me voir en bikini ! ». Son sourire était réapparu. Question de crédibilité. L'excuse du bikini c'était bien pour l'inciter à rester devant l'écran, sinon elle savait qu'il ne le ferait pas ! « Oh ! J'ai faillis oublier. » Elle en avait complètement zappé cette petite chose coincée à l'intérieur de son soutien-gorge. C'était une habitude qu'elle avait prise depuis longtemps. Lorsqu'elle sortait en boîte elle évitait de prendre son sac à main au risque qu'on le lui vole. Elle gardait de ce fait toujours un peu de liquide sur elle. Véridique, la jolie rousse ressortit alors un minuscule bout de papier de son décolleté qu'elle tendit à Jun Hei, le plus normalement au monde. « Mon nouveau numéro. C'est pour ça que j'ai pas pu te prévenir, désolée. Un fan se l'est accaparé je ne sais trop comment et ma messagerie n'arrêtait pas d'exploser... J'avais plus trop le choix. » La vie de star, ça n'avait pas que du bon non plus!






Dernière édition par Seo Lelia le Sam 4 Aoû - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Noh Jun Hei
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTUDIANT

HUMEUR : caliente
MESSAGES : 124

MessageSujet: Re: angel without wings;   Mer 1 Aoû - 19:29

« Deep low when I feel loco Don’t trip, make a dip like a lolo Uh, make a dip like a lolo Then I roll on, roll on Uh I love that dirty bass, uh, uh I love that, uh, uh I love that, I love that dirty bass, uh I love that, I love that ». Il y avait ce côté déplaisant, ce sentiment de ne pas être à sa place, ici, dans le nightclub. Jun n’appréciait que très peu la musique que diffusait le dj, encore moins le volume de celle-ci, se forçant limite à ne pas se boucher les oreilles. Oui, cela n’avait rien de plaisant, devoir hurler pour pouvoir parler avec qui que ce soi et ne même pas s’entendre. La plupart du temps, le jeune homme se contentait d’hocher la tête, laissant paraître qu’il avait compris le sujet de la conversation et qu’il était en accord avec celui-ci, mais ce n’était rien de tel. Il se contentait juste de clore la conversation pour ne pas avoir à demander une répétition, pour ne pas avoir à réduire sa distance avec son interlocuteur, pour ne pas subir en plus d’une attaque auditive, une attaque odorante. Car oui, les clients n’avaient pas tous une bonne hygiène, ils dansaient, suaient et puaient. Et ça le jeune homme ne le supportait pas. Voyez vous-même sans être à proximité de ceux-ci, l’odeur lui parvenait toujours, peut-être avait-il un odorat sur développé qui sait... Toutefois ce n’était pas encore le cas, il était encore bien trop tôt pour que les jeunes gens suent sur la piste de danse bien qu’une vingtaine d’entre eux commençaient à s’y mouvoir. C’était relativement risible, à force il avait comme l’impression de voir les mêmes personnes tous les soirs, les mêmes mouvements, comme si toutes les femmes débutaient par la danse timide, mouvant légèrement leur hanche, stagnant toujours au même endroit avant de débuter sur des mouvements plus sensuels, cherchant ainsi à chauffer les hommes de la piste. S’en suivait rapidement la danse de l’homme saoul, les femmes passaient plus souvent par cette étape que les hommes et cela n’avait rien de macho, c’était tout bonnement véridique et alarmant. Quand est-ce que les femmes comprendront que les hommes n’aiment pas voir une jolie créature complétement ivre ? Bizarrement les femmes ne pouvaient s’empêcher d’agir comme des gamines lorsque le taux d’alcool était que trop présent dans leur sang ou alors elles avaient cette fâcheuse manie de toujours vouloir écraser leurs lèvres contre les vôtres. Cela était tellement fatiguant. Toutefois la femme qui lui faisait face, n’avait rien de tout cela. Bien plus distingué, plus respectueuse de l’image qu’elle donnait d’elle-même et même si il n’était qu’un simple host pour la jeune femme, il appréciait ce comportement. Jouer la petite pute ne lui plaisait pas, d’ailleurs il ne travaillait pas dans le nightclub pour cela mais voyez-vous, quitte à le faire, il préférait satisfaire une femme pure et innocente plutôt qu’une femme vulgaire et nymphomane, non qu’il n’aime pas entretenir des rapports sexuelles mais plutôt qu’il préférait sans abstenir lorsqu’il s’agissait de s’y adonner dans le seul but de récolter un salaire. La jeune asiatique était relativement franche et sincère avec lui ce qui la rendait plaisante à fréquenter. Lui, la décevoir ? Ce n’était pas dans ses attentions. Premièrement parce qu’elle ne lui demandait rien de particulièrement dur à effectuer et deuxièmement parce qu’elle lui rapportait que trop d’argent pour qu’il envisage de se séparer de celle-ci.

Il la laissa s’approcher de lui, bien plus près qu’elle n’avait l’habitude de le faire, mais il était curieux, curieux de savoir ce qu’elle allait faire. De toute manière, il n’avait pas son mot à dire, il était son objet pour la soirée, comme toujours. Elle était mignonne, ses yeux papillonnant tout en s’adressant au jeune homme. Bon, il devait aussi avouer que le décolleté de sa cliente attirait beaucoup plus son attention que le regard de la jeune femme mais que vous voulez-vous ? C’est un homme. Relevant les yeux pour plonger son regard dans celui de sa jeune femme, il esquissa un sourire taquin tout en s’humectant les lèvres d’un coup de langue. « Disons juste que jusqu’à présent je ne vous avez jamais vu aussi séduisante, je ne me rappelais pas que dieu vous ai offert un corps aussi sublime, je comprends mieux vos employeurs à présent. » Quel agence de mannequinat aurait pu cracher sur la jeune femme, quiconque saint d’esprit savait que cette jeune femme était une perle, une beauté beaucoup plus naturelle que 9o% de la population. Jun se demandait sérieusement pour quelle raison elle avait parlé au serveur, pas qu’il soit jaloux mais cela l’intriguait, le coréen lui appartenait certes pour la soirée mais il n’accepterait guère qu’elle aille voir ailleurs durant celle-ci, il n’aimait pas jouer le pantin, la roue de secours ou encore l’homme parmi tant d’autres. Il trinqua avec sa cliente, lui souriant avec charme avant de porter la flute à ses lèvres. Comment débuter calmement une soirée avant de sortir les alcools forts. « A nos retrouvailles. Mais je songe sérieusement à te donner du fil à retordre... Jusqu'ici j'étais indulgente, puisque je suis ta première fois. » Sa première fois, il avait tilté sur l’expression utilisé par la jeune femme, si seulement elle pouvait être sa véritable première fois, au moins il aurait de quoi se vanter. Oh oui le jeune homme était narcissique et il aimait se vanter de ses partenaires. Il était bien tout de même bien curieux de savoir en quoi elle aller lui donner du fil à retordre. Soudainement elle commença à parler de son absence, répondant ainsi à ses questions. Elle enchaina parlant de son nouveau contrat mais aussi de son partenaire, ce qui ennuya royalement le jeune host. Elle était émerveillé, une vraie gamine fan de k-pop, c’est fou elle qui lui paraissait parfaite ne l’était peut-être pas tant que cela. Arrf, ce qu’il pouvait détester l’intérêt que les femmes portaient aux « stars » masculines, comme si il s’agissait de dieu, des dieux dénués d’intelligence, la plupart du temps complétement inculte et qui ne gagnaient leur vie que par le biais de leur physique. Il les plaignait. Toutefois il continua à l’écouter cachant son désintérêt pour ce qu’elle disait. En bikini dans une pub ? hmm, le jeune asiatique était partagé entre le déplaisir procuré par le fait que des milliers voir des millions de personnes allaient la voir en petite tenue ce qui soyons clair effaçait toute image de la femme distingué qu’elle représentait à ses yeux, et le plaisir de voir que sa carrière prenait son envol et qu’elle réalisait parfaitement bien son rêve. Portant sa flûte à ses lèvres, il la termina d’une gorgée, saisissant sans grande classe la bouteille afin de se resservir. En fait, peut-être bien que cette soudaine popularité de la jeune femme l’énervait. Lui lançant un léger coup d’œil, il faillit s’étouffer avec sa propre salive lorsqu’il la vit plonger sa main dans son soutien-gorge. Certes, il avait l’habitude qu’elle y glisse son argent afin de ne pas se trimballer un quelconque sac à mains mais avec un tel décolleté, ce geste bénin prenait tout un autre sens aux yeux de l’host. Saisissant le petit bout de papier que lui tendait la jeune femme, il le glissa dans la poche de son pantalon sans commenter les paroles de la jeune femme, ou plutôt devait-il dire, de la jeune star. Faisant craquer ses phallanges, il saisissait sa flûte qu’il descendit cul sec avant de lever la main droite, claquant des doigts pour interpeller le serveur. « Apportes moi une bouteille de whisky avec des diluants veux-tu ? » Reportant son regard, vers sa cliente, il pianota du bout des doigts sur la table qui les séparait avant de s’adresser à sa partenaire, le regard fixe. « Je me demandes sérieusement pourquoi vous continuez à venir ici ? Sans vouloir vous offenser mais une femme de votre grade aussi demandé et actuellement de plus en plus populaire, prend des risques en venant dans un nightclub. Cela pourrait facilement nuire à votre carrière .. ainsi qu’à votre relation avec ce Wonho bidule. » La quittant du regard, il décala délicatement la bouteille de champagne et leurs flûtes afin de faire place au serveur, qui déposa sur la table une bouteille de jack daniel’s ainsi qu’un bac à glaçon et deux pichets de diluant. « Mais, cela ne me regarde point, je ne suis qu’un simple host. » Se servant un fond de whisky, il y trempa les lèvres , fermant les paupières pour mieux en déguster le goût. Divin. « Par contre, il me tarde de voir en quoi vous allez me donner du fil à retordre .. maîtresse. » Oh oui ça l’avait agacé de l’entendre vanter sa popularité , de l’entendre parler d’un homme mais il n’avait encore une fois rien à dire et la conversation avez tout intérêt à changer de direction.



Ian: " jun, your hand smells like poo "
women are so stupid:
 

Revenir en haut Aller en bas

Seo Lelia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTRANGER

HUMEUR : joyeuse, toujours!
MESSAGES : 116

MessageSujet: Re: angel without wings;   Jeu 2 Aoû - 13:20

Elle s'en voulait déjà. Elle s'en mordrait peut-être les doigts... Voilà qu'elle avait trop parlé. Brisant de manière considérable les règles tellement élémentaires que sa mère lui avait tant dictées. Elles n'étaient pas dénuées de sens. La belle italienne en avait maintenant la preuve. Même si Jun Hei ne laissait rien transparaitre – par galanterie ou par respect qui sait - Lelia savait pertinemment qu'elle s'était faite passer pour une vraie greluche ! Une greluche hystérique. Sa spontanéité n'avait pas que du bon. Et s'il était assez gentil pour ne pas penser ça d'elle, il n'en était pas de même pour la jeune actrice qui continuait de faire profil bas. Tête baissée, elle avait bien ressentie la pointe d'agacement sur le visage du jeune homme et son intérêt soudain pour la boisson alcoolisé éveilla en elle bien des soupçons. L'avait-elle froissée en une quelconque façon ? Il avait l'air bien remonté... Ou bien s'était-elle montrée si déplaisante qu'il en avait déjà assez d'elle et de ses longs discours ? L'alcool faisait oublier bien des soucis, même si cela n'était que de manière momentanée. L'alcool était un efficace échappatoire face à la dure réalité. Vraiment... elle regrettait. La jeune femme sentait déjà que son estomac était en train de se nouer à lui en faire mal. Au mot « whisky » ses sourcils se arquèrent d'incrédulité, si bien qu'elle se demanda un instant ce qu'il allait advenir de la première bouteille... Était-il si pressé que ça de se bourrer la gueule ? Et quelque part, cela la rendait tout de suite moins tolérante. Oui elle était un peu vexée, mais elle ne le montra pas. La colère n'amenait jamais à rien de bon... Et puis elle se demandait pour quelle raison il se montrait aussi dur, tout d'un coup. Elle pensait au moins le faire sourire avec cette histoire de bikini. Et vu sa réaction, elle redoutait maintenant l'instant où il se rendrait compte que cette pub ne faisait pas dans la légèreté mais plutôt dans les jean's. On était très loin de l'exhibitionniste. Visiblement il avait pris la chose au pied de la lettre et n'y montra pas le moindre intérêt. Le regard vrillé en sa direction, Lelia fut bien forcée de le regarder. L'angoisse de l'entendre soudain se prononcer à elle fit qu'elle en oublia même de respirer. Elle en avait la gorge sèche. « Je me demandes sérieusement pourquoi vous continuez à venir ici ? Sans vouloir vous offenser mais une femme de votre grade aussi demandé et actuellement de plus en plus populaire, prend des risques en venant dans un nightclub. Cela pourrait facilement nuire à votre carrière .. ainsi qu’à votre relation avec ce Wonho bidule. ». Alors là, elle ne sut quoi répondre. Estomaquée et complètement prise au dépourvue, la belle italienne profita du moment où il ne la regardait plus pour étouffer un soupir encore bien audible. Elle ne s'était pas attendue à ça, mais en même temps, cela aurait pu être pire. C'était qu'il n'avait pas tout à fait tort non plus. Mais comment devait-elle répondre à ça ? Dans sa tête, tout n'était encore qu'un méli-mélo. Il y avait beaucoup de choses qui s'entrechoquaient, si bien qu'elle faisait attention désormais, à ce qu'elle allait dire. Il fallait croire qu'elle n'avait plus droit à l'erreur. Plus, si elle daignait remonter la pente pour restaurer le peu de dignité qu'il se doit.

Le champagne jeté aux oubliettes, le serveur fit place à la nouvelle artillerie du Monsieur. A croire qu'il comptait réellement se souler au plus vite possible. Il se servit un verre sans même daigner s'occuper du sien – ce qui l'importait peu en soit mais qu'elle retenait néanmoins – elle ne le relâcha pas du regard lorsqu'il ingurgita une nouvelle gorgée de son élixir. Les lèvres pincées par l'envie et la crainte de se prononcer, elle se demanda à son tour ce qui la rendait aussi nerveuse, au juste. Il n'était qu'un simple host, exactement. Alors pourquoi prenait-elle tout cela à cœur ? Quel était ce fichu renversement de situation qui faisait chier des bulles ! Elle n'était pas venue ici pour se prendre la tête. Il ne devrait pas non plus si abrupt... Si franc. Même si cela ne lui faisait pas plaisir, il aurait du se montrer flatteur, hypocrite. Bien sûr, elle préférait avoir quelqu'un d'honnête avec elle... Mais si c'était pour flanquer une pareille ambiance, mieux valait y réfléchir à deux fois avant de se lancer. Cela faisait parti du jeu des hosts, non ? D'être tendre et mielleux. Certes, il n'en était pas réellement un. Mais avait-il conscience de ses prises de risques ? Elle l'avait peut-être sollicité mais elle pouvait tout aussi bien s'en défaire et ne plus jamais revenir. Cela ne pouvait pas faire du mal à son compte en banque, sauf que bien sûr... elle en était incapable. Malgré la tension ambiante et son envie d'achever ce fiasco pour rejoindre les draps de son lit, la belle ne parvenait pas à se résoudre de le perdre, comme host. Finalement, la seule chose qu'elle parvint à glisser sur ses douces lèvres furent un silencieux : « Pardonne-moi... ». Oui parce qu'elle s'en voulait vraiment d'avoir réagit comme une gamine. Comme une groupie. Si Won Ho l'avait d'ailleurs vu à l'œuvre, il aurait sûrement été aussi rebuté que lui... C'est alors que la chanson des 2ne1 brisa le silence installé entre eux. Ce n'est qu'en entendant la voix de la sublime CL que le cœur de la jeune italienne fit un bond dans sa poitrine. Instinctivement, elle leva les yeux au ciel et un sourire illumina ses lèvres jusqu'à alors inanimées. Le serveur avait bien fait la commission. Qui plus est, elle avait le droit à la version originale du titre I love you et non à un remix pourri comme ils savaient si bien les passer en boîte. « Ça commence maintenant. » Oui, puisqu'il lui tardait de savoir... Elle ne lui laissa pas le temps de se resservir un autre fond qu'elle lui attrapa le poignet et l'entraina sur la piste de danse. Sa volonté de faire table rase avait ressurgi à l'appel de la musique comme d'un déclencheur. Elle ne laissa donc pas le choix à son host et se rapprocha sensuellement de ce dernier pour y glisser furtivement ses mains autour de son cou. Le tempo de la chanson lui permettait d'alterner les moments où elle pouvait se permettre d'être plus douce ou entreprenante avec Jun Hei. Elle en profitait par la même occasion pour lui déballer ce qu'elle avait sur le cœur. Le courage lui avait manqué un peu plus tôt. Elle était plus sûre d'elle maintenant que la musique prenait possession de son corps. « Sans vouloir t'offenser... je ne suis pas si populaire que ça. D'une, j'aime bien cet endroit... Et de deux, j'apprécie ta compagnie même si ce n'est pas très réciproque... ». Le rythme était redevenu un peu plus calme et la jolie rousse revint vers le coréen pour danser plus sensuellement devant lui. Elle se retourna et lança un furtif regard en arrière, s'assurant qu'il l'écoutait toujours malgré le son de la stéréo qui recouvrait partiellement sa voix. « Si ça ne tient qu'à toi, je peux abréger tout ça. Venir moins souvent tout en payant le double... Tu t'en sortirais gagnant dans cette affaire. ». Puis elle lui refit face et enroula délicatement ses bras autour de son cou. Lelia faisait preuve de douceur dans ses gestes. Même sa façon de danser n'avait rien de déplacé, en soi. C'était un peu l'unique façon de scruter sa réaction et elle put ainsi le regarder droit dans les yeux. « Mais ça ne me plairais pas. ». Évidemment, elle n'aimerait pas payer plus juste pour ses beaux yeux. Encore moins se faire à l'idée qu'elle le verrait de moins en moins souvent. Elle esquissa alors un petit sourire, intimidée. « Quoi qu'il en soit, je te remercie de te soucier de moi. ». Oui parce qu'il y avait un peu de ça aussi ? C'était un peu l'avertir ou la mettre en garde que de lui faire savoir qu'un tel milieu ne lui apporterait rien de bon pour plus tard.




Revenir en haut Aller en bas

Noh Jun Hei
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTUDIANT

HUMEUR : caliente
MESSAGES : 124

MessageSujet: Re: angel without wings;   Sam 4 Aoû - 22:24

C’était simple, le jeune homme n’aimait pas se sentir dépendant d’autrui comme il l’était de l’argent. Le coréen avait cette hantise de s’attacher à qui que ce soit et de se voir abandonner par la suite. Ce pourquoi il faisait en sorte de ne pas fréquenter sérieusement les femmes, de ne pas coucher avec elle de manière régulière. Il agissait toujours de manière à ne pas se retrouver dans une situation qu’il finirait par regretter. Une situation dans laquelle il finirait par faire souffrir sa partenaire ou à souffrir par lui-même. Jun détestait tous les sentiments qu’engendrait l’amour, ces sentiments si désagréables, jalousie, peur, colère. Il était très jaloux, trop jaloux c’était d’ailleurs la raison pour laquelle son ex petite amie l’avait quitté, il en était devenu violent et possessif, frappant le moindre mec s’approchant de celle-ci. Il ne supportait pas ça. Peut-être avait-il un manque de confiance en soi qui le poussait à être ainsi. Il n’en savait rien et ne cherchait pas à comprendre, la seule solution étant de ne pas s’intéresser sérieusement aux femmes, cela lui évitait ainsi tout désagréments. Toutefois il ne pouvait décider de ses attirances et celles-ci se révélaient aller bien au-dessus de la simple attirance physique. L’être humain est un être social qui a besoin du contact avec les autres mais également de se sentir aimer : ce qui signifie que chacun est quelque part un peu dépendant affectivement. Le dépendant affectif est dans l’idéalisation du partenaire et dans l’angoisse permanente d’être abandonné par l’objet d’amour, ce qui le conduit à être dans la négation de lui-même, en devenant sourd à ses propres désirs. On peut observer chez lui une attitude sacrificielle comme l’abandon d’un emploi, de sa famille, de ses amis et de ses activités…Du fait d’une très faible estime de soi, il n’arrive à s’estimer qu’au travers du regard du partenaire. Le conjoint devient le centre du monde et tout est focalisé autour de lui. Cela renvoie à la relation initiale où le nourrisson ne voit qu’au travers de la mère. Il s’agit le plus souvent de personnes immatures ou vulnérables. Cette fragilité narcissique trouverait ses origines dans la petite enfance notamment dans les expériences objectales. Cependant il arrive que cela soit plutôt dû à une expérience que l’individu aurait vécue dans une relation passée. Le dépendant affectif a un besoin permanent d’étayage et il est dans la recherche constante de preuves d’amour pour rassurer son angoisse d’abandon. Tout cela va mobiliser beaucoup d’énergie ce qui avec le temps peut épuiser les ressources psychiques de l’individu.
Ici ce n’est pas le désir qui prime mais bien le besoin de l’autre pour remplir un vide intérieur et combler une insécurité interne. Or on ne peut satisfaire ce type de besoin intimement personnel à travers l’attente de reconnaissance de l’autre. Il avait autrefois, était ce dépendant affectif, cet homme prêt à tout abandonner pour une personne, il ne voulait plus que cela se reproduise et bien qu’extrême comme choix, jun avait décidé de ne plus éprouver de sentiments pour les femmes.

Quelle foutaise ! Regardez-le, il agissait stupidement, se vexait pour des choses complétement stupide et prenait son boulot trop au sérieux. Qu’avait-il le droit de reprocher à cette jeune femme ? Elle était encore en droit de faire sa vie, être host ne lui laissait pas la possibilité d’intervenir dans la vie de sa clientèle. Qu’il la ferme pour de bon. Encore une fois l’alcool réglait ses problèmes, finissant son verre de whisky, il porta une main à son front fixant un point invisible. Il finirait mal ce soir, il le sentait venir, il buvait trop vite. « Pardonne-moi... ». La pardonner ? Si seulement elle avait fait quelque chose de répréhensible … « Non, c’est moi, je ne sais pas pourquoi, mais je suis de sale humeur ce soir. » Menteur. Il savait très bien pourquoi. La musique changea soudainement, pour un morceau plus doux. Pour de la pop coréenne et ce fut sans grande surprise qu’il distingua le sourire se dessiner sur les lèvres de sa partenaire. Cependant cette fois-ci il ne dirait rien, cette fois-ci il garderait son avis pour lui et cette fois-ci, il se comporterait tel un host, ce qu’il devait être aux yeux de la jeune asiatique. Le coréen ne rechigna donc pas lorsqu’elle l’entraina sur la piste. Il savait pertinemment l’avoir précédemment vexé et espérer pouvoir se rattraper même si l’alcool ingurgité de l’aiderait point. Les bras de sa cliente autour de son coup, jun la fixait amusé de la voir agir ainsi, elle si réservé habituellement. D’ailleurs elle se débrouillait plutôt bien en danse ou du moins lorsqu’il s’agissait de séduire un homme. Son bassin se tortillant sensuellement, son regard cherchant à l’apprivoiser. Elle était décidemment une très bonne actrice. « Sans vouloir t'offenser... je ne suis pas si populaire que ça. D'une, j'aime bien cet endroit... Et de deux, j'apprécie ta compagnie même si ce n'est pas très réciproque... » pas très réciproque.. Si seulement elle pouvait ne serais-ce qu’imaginer. Jun hei était attaché, beaucoup trop. Dire qu’il avait des sentiments, serait mentir, il ne la connaissait pas suffisamment pour cela mais cela n’empêchait qu’elle n’était pas une simple cliente à ses yeux. « Si ça ne tient qu'à toi, je peux abréger tout ça. Venir moins souvent tout en payant le double... Tu t'en sortirais gagnant dans cette affaire. » Il la regardait se mouvoir au rythme de la musique, ses yeux pétillants, un sourire gêné sur le visage. Gêné qu’elle pense cela et gêné de ne pas être capable de danser avec elle pourtant le jeune homme savait danser mais pas sur ça, c’était juste trop mielleux, trop romantique trop ce qu’il haïssait. Pourtant il aimait savoir les bras de lelia l’enlacer, il aimait la voir danser sensuellement pour lui comme si elle jouait l’hostess. Posant délicatement ses mains sur les hanches de la jeune femme, il l’attira contre lui, posant sa tête sur l’épaule de la jeune femme comme s’il s’agissait de la seule chose qu’il était capable de faire. Comme si ce geste pouvait répondre à toutes les questions muettes de la jeune actrice. « Je ne veux pas que tu me payes plus, juste que l’on continus à se voir, qu’on apprenne à se connaitre, pourquoi pas même en dehors du boulot. » Une de ses mains se glissant dans l’une des mains de la danseuse, il l’a fit tourner sur elle-même avant de la ramener de nouveau contre lui. Sa main droite se posant sur le visage de celle-ci pour replacer une mèche.

« Je vous emprunte cette jolie jeune femme ! » Et voici, qu’on lui arrachait la demoiselle sans même qu’il ne puisse intervenir que trop perdu dans ses pensées. Vous voyez, si il y a bien une chose à ne pas faire, c’est couper jun lorsqu’il parle, agis ou même réfléchis. Passant une main dans ses cheveux, il souffla de sorte à ne pas partir au quart de tour, jetant un léger coup d’œil à sa compagne, il se rendit compte que la situation ne lui était pas non plaisante. Il aurait supporté de la voir danser avec un autre homme si cela avait été de son désir, cependant ce n’était pas le cas. Les mains dans ses poches, tentant de paraitre détendu, il s’avança vers le « couple », fixant la demoiselle. Lui tendant la main, il s’adressa à son partenaire imposé sans même lui jeter ne serait-ce qu’un coup de l’œil. « Cette demoiselle étant mienne, permettez que je la récupère » Il insista sur le « mienne » avant de saisir délicatement la main de sa compagne. « Dégages tu veux, ce soir elle n’est pas tienne comme tu le dis si bien mais mienne. » Jun fut éjecté tandis que sa douce disparaissait de nouveau dans les bras de l’inconnu. Merde. Lançant un regard au barman, le coréen s’excusa du regard avant de faire craquer ses phalanges. Putain Ian allait le tuer. Junhei était connu pour ne pas être violent, il craquait rarement et il était difficile de l’énerver mais ça c’était lorsqu’il était sobre. Sa main gauche se posant sur l’épaule du jeune homme, il le retourna violemment, son poing droit venant s’écraser violemment sur le visage de son adversaire. Bravo. La jeune femme allait être heureuse de voir son host agir ainsi. Junhei, tu es tout sauf distingué, quel honte de te fréquenter.



Ian: " jun, your hand smells like poo "
women are so stupid:
 

Revenir en haut Aller en bas

Seo Lelia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTRANGER

HUMEUR : joyeuse, toujours!
MESSAGES : 116

MessageSujet: Re: angel without wings;   Lun 20 Aoû - 22:01

Le souffle coupé, Lelia sentit son rythme cardiaque disjoncter au moment où son host s'empara de ses hanches pour l'attirer contre lui. Il n'avait encore rien dit depuis tout son speech mais elle sentait que les mots allaient bientôt venir. Elle sentait qu'il allait se passer quelque chose maintenant qu'il avait déposé sa tête sur sa frêle épaule ; une chose qui la faisait intimement sourire. Et si ses émotions trahissaient son regard, la belle italienne était bien contente qu'il ne puisse pas le découvrir. Elle ignorait pourquoi elle était si frustrée et à la fois si reconnaissance d'être à ses côtés. La compagnie de Jun Hei n'était en rien un privilège. Pas plus que sa petite personne. Elle ne savait même pas ce qui la poussait au juste à le fréquenter. Non, la seule certitude qu'elle pouvait formuler, c'était qu'elle en avait simplement envie. Elle souhaitait juste rester auprès de lui. Mais pour cela, elle devait éviter toutes les erreurs possibles et rester la maîtresse du jeu. Danser comme elle le faisait était en autre, un moyen de rectifier le tir. Si elle perdait la partie, elle finirait par le perdre pour de bon. Selon elle, il n'y avait pas d'autre moyen possible de le voir, à part l'excuse de s'en faire son host. Ce n'était pas par hasard si elle l'avait choisi. Au début, elle l'avait surtout désigné pour rire, mais elle ne s'était pas attendue à l'apprécier autant. En fait, malgré la situation et cette proximité quelque peu embarrassante, Lelia était simplement ravie. Ravie qu'il la tienne ainsi contre lui. Les gestes valaient souvent bien plus que des mots, et elle préférait cette alternative à une réponse qui aurait pu la blesser. Après tout, elle n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait sincèrement bien penser d'elle. La jeune femme n'était pas naïve au point de se noyer dans un océan d'illusions... Néanmoins, depuis qu'il l'avait retenu, elle avait senti quelque chose de différent. Ce n'était pas juste elle. Ça ne pouvait pas juste être elle. Probablement qu'il n'existait pas de mot, ni de terme suffisamment exact pour définir la relation les liant l'un à l'autre.

« Je ne veux pas que tu me payes plus, juste que l’on continus à se voir, qu’on apprenne à se connaitre, pourquoi pas même en dehors du boulot. » Sur l'instant, elle pensa avoir tout imaginé. Les yeux grands écarquillés par la surprise, Lelia sentit ses joues s'empourprer d'une teinte nouvelle lorsque le jeune homme replaça l'une des mèches de son visage. Qu'avait-il dit ? Qu'il voulait continuer de la voir ? Même en dehors du boulot ? Il voulait mieux la... connaître ? Ce geste avait fini par la déstabiliser pour de bon. Au risque de paraître stupide et de bégayer quelque chose d'aussi grammaticalement incorrect, Lelia baissa la tête pour ne pas qu'il voit ça. La suite des imprévus s'enchaina de manière si fulgurante qu'elle n'eut même pas le temps de dire ou de faire quoi que ce soit. Elle se retrouva brusquement dans les bras d'un autre homme ! Bon dieu. Pourquoi est-ce que ce genre de chose arrivait dans un moment pareil ? C'était dans cette situation présente que la jolie rousse réalisait à quel point elle était devenue dépendante de son host. La chaleur qu'émanait cet imbécile n'étant en rien la même à celle que lui procurait Jun Hei. Dans les bras de celui-ci, elle se sentait surtout très étroite et mal à l'aise. Tant bien que mal, la jeune actrice tenta de se séparer de son emprise. Elle eut beau essayer de le repousser, aussi bien avec des mots, il lui semblait que ce goujat la retenait encore plus fermement à chacune de ses ripostes. Non mais il se prenait vraiment pour qui, celui-là ? D'un regard implorant, elle rechercha son ancien compagnon et le soulagement traversa ses lèvres lorsqu'elle le vit intervenir pour la délivrer de l'autre boulet. Oui sauf que... le soulagement fut bien trop court. A peine s'était-il saisi de sa main qu'on l'envoya paitre quelques mètres plus loin. Morte d'inquiétude, Lelia s'apprêta à le retrouver mais Mr Boulet l'emprisonna avec une telle ferveur entre ses bras qu'il ne vit pas Jun Hei revenir, et qu'il réalisa encore moins le coup qu'il venait de se prendre en pleine tronche ! Les mains plaquées sur sa bouche, un petit cri lui échappa contre sa volonté au moment où l'autre tomba raide à terre. Elle n'y avait pas prêtée attention jusqu'alors, mais un attroupement s'était formé tout autour d'eux, si bien qu'elle sentait les ennuis surgir d'un instant à un autre. Jun Hei était peut-être le second gérant du club, cela ne lui donnait pas forcément le droit de tabasser la clientèle, bien qu'il l'eut bien mérité. Quelle pagaille avait-elle encore commise ? Ce n'était même pas pour elle qu'elle s'inquiétait, mais bien pour lui.

Son host n'était pas en état lucide pour rester calme et surtout digne. Pas avec tous ces regards posés sur eux. Pour autant, elle préféra les ignorer et contourna sans aucun remord la dite victime qui poussait d'affreux geignements au sol. De manière naturelle, elle glissa une main autour du bras à Jun Hei et s'assura qu'il n'allait pas tomber lui aussi. Un geste surtout préventif, mais plus intimement, solidaire. Elle aurait voulu le remercier, mais la situation ne l'amenait pas à le faire. Du coup, elle espérait se faire comprendre autrement. Son regard plongé dans le sien, elle lui chuchota quelques mots évidents qui ne demandaient pas spécialement de réponses. « Est-ce que ça va ? ». Bien sûr que ça n'allait pas. Mais cette simple interrogation prouvait toute son angoisse. Il avait tout de même créé un événement majeur dans sa propre boite. Ce n'était pas comme si elle était innocente dans l'affaire... Qui plus est, s'il avait bu et s'était comporté ainsi, ce pouvait être que par sa faute... Oui elle se sentait plus mal pour lui que pour elle. Rester au milieu de tous ces gens lui était insupportable. « Allons dans ton bureau. Je pense que c'est le mieux à faire. Montre-moi où c'est.. ». Parce qu'elle ne comptait pas le relâcher comme ça, ni tout de suite. Un videur allait de toute évidence se charger de ressortir le gars à défaut de le virer, lui. Lelia l'accompagna alors jusqu'à son bureau, toujours soucieuse de son état physique comme mental. Elle avait fini par le relâcher sur son fauteuil et posait à présent une main sur son visage pour s'assurer qu'il n'était pas malade. De son autre main libre, elle vint mesurer son propre degré de température à son front, l'air la plus sérieuse et la plus sotte au monde, tout à la fois. « Hm. Tu as un peu de fièvre ou c'est moi ? » Sa peau était un peu plus chaude qu'à la normale, mais peut-être était-ce juste son imagination. Elle angoissait un peu, beaucoup, trop, pour lui. Elle s'en rendait elle-même compte et se trouvait tout aussi stupide. D'ailleurs, elle ne put s'empêcher de lui dire ce qu'elle pensait maintenant qu'ils étaient seul à seul. « Imbécile... Tout le monde avait les yeux rivés sur toi... C'était plaisant ce petit moment de gloire ? T'étais obligé d'aller aussi loin ? Qu'est-ce qu'on va dire de toi maintenant ? Et si.. le club fermait... ». Et si lui, était obligé de partir ? Elle n'avait pas réfléchit et comme toujours elle avait tout déballé d'une voix très mal assurée. La Lelia distinguée n'aurait jamais osé lui dire tout cela au risque de perdre la partie et de le perdre, en définitive. Oui, sauf que le jeu ne comptait plus à ce stade précis. C'était une réflexion de sa part à prendre hors contexte. C'était juste la Lelia chamboulée qui s'exprimait à Noh Jun Hei. Non pas à son host, mais à l'être humain qu'elle avait devant les yeux.




Revenir en haut Aller en bas

Noh Jun Hei
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTUDIANT

HUMEUR : caliente
MESSAGES : 124

MessageSujet: Re: angel without wings;   Ven 24 Aoû - 23:14

L'ivresse (ou l'ébriété) correspond à un état d'exaltation correspondant à une excitation intellectuelle et physique, un trouble de l'humeur ou une incoordination des mouvements généralement dû à une ingestion massive d'alcool (éthanol) ou d'une autre substance toxique, pouvant entraîner à terme une inconscience prolongée. L'ivresse alcoolique est à distinguer de l'ivresse des profondeurs avec laquelle elle est souvent confondue, mais qui est due à un excès d'azote dans les tissus. Jun n’était pas ivre, d’ailleurs il ne l’était que très rarement et une si petite quantité d’alcool ne pourrait excuser son acte. Oui, il avait conscience de tout, certes l’adrénaline procurait par l’alcool l’aidait à agir. Il n’aurait jamais frappé qui que ce soit dans son propre club, il n’était pas fou au point de mettre en danger la boîte mais visiblement ce soir la réflexion avait quitté son esprit. Il ne comptait en aucun cas réfléchir, en aucun cas se demander ce qui était bien et ce qui était mal, juste faire la peau à ce fils de pute qui osait toucher sa compagne. Il fallait savoir que malgré son air détaché jun était un homme extrêmement possessif avec les personnes qu’il estimait importante et visiblement cette cliente ne lui était pas indifférente. Bien sûr que non, elle ne l’était pas, pourquoi se salirait-il les mains pour une femme sans importance ? Il avait vu les mains de ce porc se poser sur les hanches de la demoiselle ainsi que le sourire qu’il avait affiché en se collant à elle. L’envie de vomir s’était révélé inférieur à celle de lui éclater la tête. Il ne comprenait pas cette manière de draguer les femmes, le simple fait de se mettre derrière elle à frotter son zgeg contre le doux fessier de sa partenaire l’avait mis hors de lui. Il en tremblait et n’arrivait d’ailleurs pas à s’arrêter d’ailleurs si la jeune Leila n’avait pas glissé une main autour de son bras, il n’aurait pas hésité une seconde avant de lui ressauter dessus. Le pire dans tout cela c’est qu’il ne pensa pas à l’impact de son acte sur la boîte bien que dans tous les cas il n’en tienne pas compte.

Junhei avait des contacts beaucoup, après tout, ses clients, ceux qui payaient pour goûter aux courbes de ses filles, n’étaient pas que jeunes riches. Bien au contraire, avocat, docteur, professeur ... de quoi être entouré lorsque cela était nécessaire. Un simple coup de fil à son avocat et l’histoire serait bâclé sans même qu’un murmure n’en sorte de la discothèque. Il était perdu dans ses pensées, tremblant tout en fixant l’homme qu’il venait d’agresser. Il ne saignait pas suffisamment, ne gémissait pas suffisamment. Toutefois il ne ferait rien de plus du moins pas à l’intérieur du club, pas devant sa cliente. Des murmures lui parvinrent aux oreilles tous plus ou moins intéressé pas son identité. « Ce ne serait pas le bras droit du patron ? », « je n’aimerai pas me frotter à lui mais c’est moi ou le directeur adjoint est ivre ? », « quel fils de pute, tout de suite parce qu’il est soit disant patron tout le monde le laisse agir comme bon lui semble ». Il avait mal à la tête, trop de vacarme, ça l’énervait et le consoler sur son envie de continuer à frapper encore et encore. « Allons dans ton bureau. Je pense que c'est le mieux à faire. Montre-moi où c'est.. ». Quelque chose dans l’intonation de la jeune femme le laissa penser qu’elle le pensait bourrer. A moins qu’elle ne fut naturellement attentionné ce qui rajoutait encore plus de charme à celle-ci. Il était bourré oui probablement mais pas suffisamment pour ne pas se rendre compte de ses faits et gestes. Elle le fit s’asseoir sur le fauteuil de son bureau, posant sa main sur le front du jeune homme, prenant sa température. Les cachetons faisaient leur effet, il était à l’ouest là. Merde pourquoi il en avait pris deux et avait ingérer autant d’alcool. Deux de tensions, il avait énormément de mal à réagir, le simple fait d’envisager de parler était impossible. Juste rester assis et se calmer. « Hm. Tu as un peu de fièvre ou c'est moi ? » Il porta sa propre main à son front avant d’hausser les épaules, quelle fièvre ? Il n’avait plus mal à la tête, il tremblait juste comme si l’énervement n’était toujours pas dissipé pourtant il n’éprouvait plus aucun sentiment de colère. « Imbécile... Tout le monde avait les yeux rivés sur toi... C'était plaisant ce petit moment de gloire ? T'étais obligé d'aller aussi loin ? Qu'est-ce qu'on va dire de toi maintenant ? Et si.. le club fermait... ». Le coréen expira comme pour montrer son ennui, avant de faire craquer ses phalanges tout en passant un coup de langue sur sa lèvre inférieure. C’est comme ça qu’elle le remerciait de l’avoir débarrasser de ce bouseux ? Moment de gloire, qu’est-ce qu’il en avait à battre qu’on l’ai regardé sérieux ? Saisissant le poignet de la jeune femme, il la tira délicatement vers lui, la faisant s’asseoir sur ses genoux tandis qu’il soupirait. Elle était bien mieux, là sur ses genoux à lui. Posant une main sur le bas de la robe de la jeune actrice, il cacha un peu plus les cuisses de celle-ci en repositionnant le fin bout de tissus. « Qu’aurais-tu préféré lelia, que je le laisse te tripoter comme une vulgaire actrice de porno ? Ne crois pas que l’alcool me rends stupide, j’ai totalement conscience de ce que je viens de faire. » C’était fou comme il arrivait à parler correctement pour un homme dont les drogues précédemment ingurgité faisaient tout juste leur effet. La jeune femme sur ses genoux, il enlaça sa taille, tout en respirant délicatement son doux parfum. « Tu apprendras que je me moque de l’opinion d’autrui et surtout que le club ne risque strictement rien, cet homme risque bien plus que moi, no worries. » C’est vrai qu’elle ne s’inquiète pas pour rien et qu’elle profite un peu du moment présent qui sait ce que l’avenir leur réservait puis là maintenant, il avait tout sauf envie qu’elle lui prenne la tête pour une histoire aussi banale. Resserrant son emprise sur la jeune femme, il déposa un baiser dans la nuque de celle-ci. « À moins que tu n’aies eu peur pour moi.. » murmura-t-il contre sa peau. Ce serait-elle inquiété pour son host ? Il en doutait fortement mais qui sait ce que la jeune femme lui réservait. La relevant délicatement, il se leva, se dirigeant vers son bureau afin d’en ouvrir un tiroir. Il n’avait aucunement l’intention de finir la soirée maintenant encore moins ainsi. En sortant un paquet de cartes, le jeune homme les extrayait avant de les trier en deux piles distinctes. Faisant légèrement signe à la jeune femme de s’approcher, il lui saisissait la main afin de l’avoir plus près de lui. « Je me dois de vous divertir donc action ou vérité ». Il lui montra délicatement les deux tas de cartes l’un affichant action, l’autre vérité. Les cartes étaient à présent entre ses mains soit elle décidait de rentrer chez elle, soit elle jouait avec lui afin d’oublier l’épisode précédent. La cliente est reine.



Ian: " jun, your hand smells like poo "
women are so stupid:
 

Revenir en haut Aller en bas

Seo Lelia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTRANGER

HUMEUR : joyeuse, toujours!
MESSAGES : 116

MessageSujet: Re: angel without wings;   Sam 25 Aoû - 10:22

Oui elle le pensait ivre. Certes, il était loin du coma éthylique, mais ce n'était pas une chose qu'elle cherchait non plus à voir. Il était dans le mal, point. Bien sûr qu'elle s'inquiétait pour lui. Elle avait tout intérêt de s'inquiéter tant elle se sentait responsable. Ses gestes étaient naturels et bienveillants. Lelia ne pouvait s'empêcher de se montrer douce et prévenante envers une personne en difficulté. Encore plus, s'il s'agissait d'une personne qui lui tenait à cœur. Ça semblait un peu disproportionné pour un host, mais cela faisait bien longtemps qu'elle avait cessé de le considérer comme tel. Il était avant tout un homme. Un être vivant. Il avait aussi des sentiments. Si cela n'avait pas été le cas, il n'aurait jamais réagit ainsi auprès de l'autre abruti. De toute façon elle se fichait bien de ce gros tas à présent qu'il était loin derrière elle. Seul Jun Hei comptait. D'une certaine manière, la jeune actrice se sentait plus sereine dans son bureau. Il n'y avait plus tous ces regards posés sur eux, plus aucune nuisance en soi. La belle se serait volontiers passé de tous ces commentaires. Cela n'avait pas l'air d'atteindre son compagnon et c'était tant mieux. La concernant, elle n'avait guère appréciée ces commérages. C'était juste dans sa nature ; elle ne supportait pas l'hypocrisie et l'intolérance. Parler des autres dans leurs dos, et sans un brin de fondement, l'exaspérait. Elle se rappelait encore de sa toute première apparition télévisée, dans un sitcom italien. A l'époque elle débutait tout fraichement et les avis qu'elle avait lu sur un forum ne l'avait pas vraiment encouragée. « C'est quoi cette chintok ? Elle se croyait belle ? », « J'ai pas trop compris là... elle servait à quoi la gamine sur cette scène ? », « On aurait dit une traînée. Pourquoi elle s'accrochait au bras d'Enrique ? ». Bref. Tout cela pour dire que cette situation lui avait rappelé de mauvais souvenirs. Désormais elle se sentait bien plus à l'aise, loin de cette agitation.

Le regardant faire, Lelia arqua ses sourcils en le voyant hausser des épaules. Ah. Donc c'était bien elle... La jolie rousse ne put cependant refréner ses paroles. Elle craignait quand même un peu sa réaction. Pour quelqu'un dans le mal, elle ne s'était pas exprimée de manière très claire, si bien que son cœur manqua un battement lorsqu'elle reconnut en lui, cet air qui se voulait désintéressé. La coréenne déglutissait d'angoisse et c'est sans dire qu'elle se laissa embarquer sans rouspéter lorsqu'il la déposa sur ses genoux. Les yeux grands écarquillés, la jeune femme baissa prudemment le visage lorsqu'il tira un peu sur le bas de sa robe. Étrangement, elle trouva ce geste très noble et respectueux de sa part. D'une certaine façon il préservait aussi sa pudeur bien que la robe fusse courte à l'origine. Ce genre de tenues n'étaient pas attribuées qu'aux traînées qui souhaitaient vendre du rêve. Non, sur une personne distinguée elles avaient l'atout de rendre classe. Enfin, c'était du moins ce qu'elle espérait. Jun Hei la traitait bien dans tous les cas. « Qu’aurais-tu préféré lelia, que je le laisse te tripoter comme une vulgaire actrice de porno ? Ne crois pas que l’alcool me rends stupide, j’ai totalement conscience de ce que je viens de faire. » Instinctivement, elle avait relevé la tête au mot « conscience ». Non, il ne pouvait pas avoir toute sa conscience. Elle n'était pas naïve à ce point. Néanmoins, elle se garda tout commentaire et se perdit même pendant un instant à le regarder dans les yeux. Il était doué, elle se devait de l'avouer. Son host avait une bonne maîtrise de lui-même. Mais son regard n'était pas comme d'habitude, et ça c'était une chose indiscutable. L'important au final c'était qu'il aille mieux, peut importe sa sobriété ou non. En sentant l'étreinte du jeune homme autour de sa taille, la belle eut un léger sursaut et un minuscule sourire. Bon dieu. Elle sentait son rythme cardiaque s'accélérer sans raison. Enfin si, la raison... elle s'en doutait un peu. Mais elle se demandait toutefois ce qui la rendait si contente. Ce n'était pas grand chose et pourtant, elle appréciait chaque geste de tendresse qu'il lui versait. C'était vraiment plaisant. « Tu apprendras que je me moque de l’opinion d’autrui et surtout que le club ne risque strictement rien, cet homme risque bien plus que moi, no worries. » Effectivement, elle s'était inquiétée pour rien. Soulagée, un soupir d'aise se faufila entre ses lèvres. Pour autant, cet homme qui l'avait un peu écœuré, elle ne voulait pas le savoir en garde à vue, ni que l'affaire traine au pire des cas jusqu'en justice. Non, Lelia était trop bonne pour vouloir le malheur des autres. C'était là bien son genre de pardonner. Et même si Jun Hei se montrait sous un autre jour devant elle, probablement qu'elle trouverait une excuse pour le blanchir...

Sa peau frissonna au contact des lèvres de son host contre sa nuque. Elle ne s'y était pas attendue. A vrai dire, elle n'avait rien fait depuis qu'il l'avait déposé sur ses genoux. A croire que sa cervelle s'était vidée de sens et pourtant bien, elle l'écoutait avec toute son attention. Lelia mémorisait le moindre de ses mouvements, comme si tout cela n'était qu'un rêve. Un rêve qui pouvait prendre fin si elle avait le malheur de l'ouvrir pour tout briser. Malgré tout, Jun Hei avait fini par la faire se relever au moment où elle voulut prendre la parole. Comme si cette supposition n'était pas concevable... Pourquoi n'y croirait-il pas ? Sans dire un mot, Lelia observa son dos jusqu'à l'instant où il revint vers elle avec un jeu de cartes. Tout de même intriguée par ce qui allait s'en suivre, la jolie rousse le regarda faire, espérant dans un petit coin de sa tête qu'il n'allait pas lui proposer une partie de taro ou que sait-elle encore ? « Je n'y connais rien en cartes... ». Elle se sentait un peu nulle à dire ça et pourtant, c'était la stricte vérité. Mais elle n'avait aucune envie de partir. Pas déjà. Elle avait l'impression de n'avoir encore rien fait de la soirée. De ce fait, elle allait tout de même se prendre au jeu. Action ou vérité ? Ça elle connaissait par contre. « Action ! » Et sans lui demander son avis, elle se réinstalla sur ses cuisses et lui offrit un petit regard espiègle. C'était entièrement de sa faute si elle avait fini par y prendre goût... Sa réaction, elle ne préféra pas le savoir. Le regard bien tourné en direction des deux piles, Lelia avait repris la parole d'un ton calme et détachée, un peu comme si elle s'était parlée à elle-même. « Et pourquoi je n'aurai pas eu peur ? C'est dénué de sens ? » Elle se le demandait vraiment... Avec prudence, elle jeta un léger regard en arrière et lui sourit, une nouvelle fois. « Ça compte peut-être pour une vérité ? ». Il allait falloir qu'elle se décide... Lequel des deux commenceraient aussi ? Elle n'attendait plus qu'il la guide. « C'est quand vous voulez mon cher host. ». L'air faussement impatiente, Lelia cherchait désormais à le taquiner maintenant que l'épisode précédent était passé. Elle ne comptait plus revenir dessus, à présent.




Revenir en haut Aller en bas

Noh Jun Hei
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTUDIANT

HUMEUR : caliente
MESSAGES : 124

MessageSujet: Re: angel without wings;   Mar 28 Aoû - 18:40

Junhei n’aimait pas que l’on s’inquiète pour lui, le fait même qu’autrui veuille prendre soin de lui, le mettait mal à l’aise. Il n’avait pas la place de l’être faible que l’on aidait, c’est lui qui aidait autrui, lui qui avait aidé ses parents toutes ces années pour les sortir de la misère, lui qui aidait ses prostitués en leur trouvant un travail afin qu’elle puisse se nourrir et encore lui qui aidait ian dans la gestion de la boîte. Alors non, il ne supportait pas ce genre de renversement de situation aussi plaisant cela puisse-t-il être, aussi plaisante puisse t’être Lelia. Le coréen n’avait pas l’habitude que l’on prenne soin de lui, que l’on ait peur pour lui ou encore qu’on lui fasse la morale, encore une fois c’était son rôle. Cela ne le mettait pas en colère, bien sûr que non, il trouvait cela tellement adorable de la part de sa cliente. Il voulait la rassurer, la prendre dans ses bras, l’embrasser, sentir son corps chaud contre le sien. Il la voulait et les pastilles de md qu’il avait pris en début de soirée n’y étaient pour rien. C’était ainsi depuis leur première rencontre. Cela pouvait paraître ridicule après tout le coréen pouvait avoir n’importe quelle femme, du moins presque, sans compter que lui et Lelia ne faisait pas partis du même monde. Elle était bien trop différente, elle appartenait au milieu riche et honnête, non au milieu riche usurpateur dans lequel vivait l’étudiant. Sa profession représentait tout pour elle, tandis que jun ne travaillait que pour assurer une bonne vie à ses parents, après tout qu’aimait-il ? Danser, mmh oui. Il avait toujours aimé le break dance, toujours apprécier les Battle de rue qu’il pratiquait plus jeune mais cela ne lui assurerait jamais un avenir sur et c’était avant tout ce qu’il recherchait. Alors oui, il avait abandonné en quelque sorte l’idée de désirer Lelia plus qu’il ne pouvait se le permettre, car soyons honnête que pourrait-il apporter de bien à cette femme. Que pouvait apporter un proxénète à une femme d’une telle classe si ce n’est des ennuis. Il réfléchissait beaucoup l’enfant, beaucoup trop mais après tout il était ivre, cela excusait sa soudaine philosophie. Dans une autre vie, il aurait probablement pu chercher à coucher avec sa cliente, juste ça. Mais lorsqu’il y pensait, l’idée même de sacrifier leur relation pour une vulgaire partie de jambes en l’air le dégoutait. Elle était bien trop respectueuse d’elle-même pour qu’il ne la respecte pas, beaucoup trop belle pour qu’il ne salisse son corps, beaucoup trop sincère pour qu’il ne lui mente. Ian se serait probablement moqué de lui en le voyant agir ainsi, seuls tous les deux dans son bureau et le voici en train de chercher un paquet de cartes. C’était risible, il en avait conscience mais que voulez-vous, il devait la satisfaire elle et nous se satisfaire lui, ce pourquoi il se contenterait de la divertir en parfait host. Histoire de se faire pardonner de l’incident, histoire de ne pas se montrer irrespectueux avec la jeune femme, histoire qu’un blanc ne s’installe pas entre eux.

« Je n'y connais rien en cartes... ». Ce n’était pas n’importe quelles cartes. Tarot, bataille, poker ? Trop peu pour lui, il voulait rire avec la jeune femme et non l’endormir. Ian lui avait offert le jeu de cartes, il y a quelques temps de cela. Histoire de pimenter ses relations avec les femmes mais jusque-là jun n’avait pas vu l’intérêt dans user. Deux piles, une action et une vérité. L’host ne savait pas en quoi consistait les actions pour ne jamais avoir pris la peine d’y jeter un coup d’œil, il avait tellement mieux à faire de ses journées que de lire de stupides cartes. Cela était une bonne chose pour sa cliente, le jeu se révélerait intéressant et inattendu. « Action ! » Il déglutit lorsqu’elle se réinstalla sur ses genoux. La première fois, il ne lui avait pas réellement laissé le choix mais cette fois-ci le petit regard espiègle de la jeune femme lui dévoila clairement les intentions de celle-ci. Elle se jouait de lui et le pire dans tout ça, c’est qu’il aimait ça. Jun aimait la sensation de la posséder, la sensation qu’elle était sienne là dans cette pièce sans personne pour venir les déranger alors même si il savait parfaitement qu’elle ne serait jamais sienne, il était plutôt heureux. Pourquoi n’aurait-elle pas eu peur ? Si jun n’avait pas désiré aussi fort tourné la page sur l’incident il lui aurait probablement répondu qu’une cliente n’avait pas à s’inquiéter pour un employé mais qu’il aurait parus plus normal qu’elle s’indigne et demande à ce qu’il soit viré mais visiblement la jeune femme n’était pas du même avis. « C'est quand vous voulez mon cher host. ». C’est vrai, les cartes leur faisaient face comme impatientes qu’ils ne commencent à se jouer d’elles. Repositionnant la jeune femme sur ses genoux de manière à ce qu’elle soit confortablement installée, il posa son menton dans le creux de son épaule tout en fixant les deux piles. « mmhh honneur aux femmes. N’as-tu pas dis action précédemment. » Question rhétorique. Sans attendre une quelconque réponse de la jeune actrice, il tendit son bras saisissant une carte sans pour autant la regarder. Il redoutait un peu l’intituler de l’action, et cela se révélait embarrassant, gênant ou même vulgaire ? Après tout junhei ne savait pas où ian avait trouvait ce jeu. Retournant la carte face à la jeune femme, il découvrit l’intitulé au fur et à mesure qu’il le lisait à voix haute. « Lèche le cou de ton voisin ou voisine de gauche pendant 10 secondes. » Relevant sa tête de l’épaule de la jeune femme, le coréen se sentit légèrement rougir, tandis qu’il tentait de se concentrer sur un objet futile. Embarrassant, pourtant habituellement il en aurait ris à pleins poumons mais là . . . Il posa la carte sur les jambes de sa compagne, passant ses mains sur son visage tout en remerciant le ciel qu’elle ne puisse voir son visage rosi. « Tu n’es pas obligé de faire cette action, après tout il y a pleins de cartes, tu peux aussi repiocher. » Sa main droite caressa délicatement l’épaule de la jeune femme tandis qu’il expirait délicatement. Elle avait les cartes en mains, c’était elle qui décidait, lui n’était qu’un host à son service et il comptait bien faire tout ce qu’elle lui demanderait de faire.



Ian: " jun, your hand smells like poo "
women are so stupid:
 

Revenir en haut Aller en bas

Seo Lelia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTRANGER

HUMEUR : joyeuse, toujours!
MESSAGES : 116

MessageSujet: Re: angel without wings;   Mer 29 Aoû - 16:09

Elle s'impatientait et redoutait à la fois le pire. Maintenant que Jun Hei l'avait délicatement repositionné sur ses genoux, la belle voyait la sentence s'abattre lorsque son cher host se saisit de la toute première carte en main. S'ils pouvaient apparemment jouer dans cette position, c'était que sans aucun doute que ce jeu se révélerait tout sauf formel ! La jeune femme déglutissait dans l'attente de ce suspense intenable. Pour autant, elle ne se plaignait pas de la situation et ne cherchait en aucun cas à l'éviter. Pourtant bien, et c'était le cas de le dire, elle avait toutes les cartes en mains. Elle pouvait tout arrêter du jour au lendemain. Cesser de le voir et reprendre sa petite vie de star, nouvellement sollicitée. Après tout, ses agents allaient finir par le découvrir tôt ou tard. Son manager avait vent de tous ses déplacements. Elle ne pouvait rien lui cacher, si bien qu'il connaissait son attachement pour cette boîte, même s'il ignorait encore tout l'envers de ce décors. C'était un fait qu'elle n'allait plus pouvoir lui cacher très longtemps... Puisque Lelia devenait de plus en plus populaire, ses virées nocturnes prendraient bientôt fin, et ce, pour le bien de sa carrière. Un scandale arrivait bien vite, et les clubs n'étaient pas un endroit fait pour les idoles. Certainement pas celui-là ! La jeune femme en avait conscience. Elle devait se faire une raison... et le mieux était de s'y prendre au plus vite, si elle ne souhaitait pas que sa réputation se ternisse. Un proxénète valait autant de risque ? Non, certainement pas. La jolie rousse avait toujours su ce qu'elle voulait dans la vie. Elle n'avait jamais hésité et avait toujours su prendre les bonnes décisions. Saine de corps et d'esprit. Il lui semblait pourtant avoir perdu un peu de son bon sens en rencontrant Jun Hei. Il fallait bien l'admettre. Maintenant qu'elle avait goûté à la tendresse de ce cher host... c'était devenu très dur pour elle d'y renoncer. Même si tout cela n'était que du bluff. Même s'il agissait uniquement ainsi pour la satisfaire et la rendre heureuse, car tel était son devoir... Elle ne voulait plus qu'il la relâche et voulait passer davantage de moments avec lui.

« Lèche le cou de ton voisin ou voisine de gauche pendant 10 secondes. » La sentence était finalement tombée, et en entendant l'énoncé du sujet, la belle pouffa alors d'un léger rire. Cela aurait pu être nerveux, sauf qu'il n'en était rien. Elle riait de bon cœur, pour la simple et bonne raison qu'elle ne s'était vraiment pas attendu à ça ! Ah donc il voulait jouer à ce genre de jeu ? Son host avait bien innové pour ce coup, elle le reconnaissait. Naturellement, la belle italienne étouffa la fin de son rire en placardant une main contre sa bouche. Il fallait qu'elle se retienne. Ce n'était pas très élégant de sa part, aussi drôle que cela puisse être. Elle ressentit le besoin de s'éclaircir doucement la gorge au moment où la carte retomba sur sa jambe. « Tu n’es pas obligé de faire cette action, après tout il y a pleins de cartes, tu peux aussi repiocher. » Encore une fois, Monsieur se montrait très prévenant, ce qui avait décidément le chic de lui plaire. Cette action l'avait effectivement fait rire, elle ne se voyait pas faire une chose aussi déplacée. Elle aurait été capable de tout et n'importe quoi s'il avait s'agit de son homme. Mais là, il s'agissait tout de même de Jun Hei. Tant bien, cela lui paraissait inconcevable, car à des années lumières de sa nature et de ses principes. C'était probablement une chose anodine pour certains, mais pas pour elle. « Je vais effectivement repiocher... En espérant que ce soit plus soft, quand même ! » C'était un peu de la triche dis-donc. Mais puisqu'elle en avait le droit... Les lèvres pincées par l'approche d'une crise de rire, la jeune actrice se contrôla de toutes ses forces lorsqu'elle attrapa une carte du bout de ses doigts. La première fois, elle l'avait lu dans sa tête. Premièrement pour se préparer psychologiquement, et puis, la demande lui paraissait plus accessible. Elle lut alors à voix haute. « Croque ton voisin ou ta voisine de droite à quatre endroits différents de son corps. » Sur ses dires, elle ne put s'empêcher de sourire. C'était bien la première fois qu'elle s'amuserait à jouer les vampires avec autant de légèreté. Bien décidé à prouver son courage, cette fois-ci, Lelia redisposa les deux précédentes cartes sur un coin de la table. Sans pour autant se détacher de ce dernier, elle prit appuie sur l'une des épaules à Jun Hei afin de ne pas perdre équilibre, et lui attrapa l'un de ses poignets. « C'est comme ça que font les vampires ? » dit-elle alors qu'elle le mordait délicatement, un sourire amusé sur ses lèvres. Par la suite, elle contempla sa réaction d'un regard pétillant. Sa prochaine destination lui parut aussi logique que la première, et elle approcha son visage du jeune homme pour venir lui mordre son cou. Sans lui faire mal, bien entendu. En levant les yeux elle se dirigea sur le lobe de son oreille et répéta la même action. L'envie de rire la transperçait à chaque instant. Mais c'est au moment de rechercher le dernier endroit que son sourire disparut. Elle était toujours aussi espiègle, cela étant dit. Mais son regard s'était comme assombrit d'une terrible envie. Oui, mais le devait-elle ? Lelia le détailla du regard, et sans s'en rendre compte, elle avait déjà glissé une main sur la joue de son partenaire et s'était silencieusement rapprochée de ses lèvres, les yeux instinctivement clos. Leurs lèvres s'effleurèrent au moment où ses dents se plantèrent légèrement sur la lèvre inférieure du jeune homme. L'action faite, l'un de ses pouces glissa à l'endroit même où elle l'avait mordu, comme si cela pouvait atténuer la douleur. Même si douleur, il n'y avait probablement pas. Elle murmura ces mots en s'écartant lentement de son visage. « Et de quatre... »




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: angel without wings;   

Revenir en haut Aller en bas
 

angel without wings;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « It’s not the wings that makes the angel. »
» Les faits et gestes des Wings.
» The Détroit Free Press : Couverture complète des Wings
» Blaue Angel
» [Musical Halloween] premier tour [Magisterockers VS Evil & Angel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
summer ☁ cloud ::  :: ϟ centre ville :: ❝ les bars :: » boîte de nuit-