AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ET VOILA LA VERSION 3 DU FORUM SOUS VOS YEUX ! VENEZ COMMENTER ♥ ET SIGNER LE RECENSEMENT

Partagez | 
 

 two years later;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Seo Lelia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTRANGER

HUMEUR : joyeuse, toujours!
MESSAGES : 116

MessageSujet: two years later;   Mer 1 Aoû - 10:43

( tenue )

La fin de journée se faisait sentir. Lentement mais sûrement. Lelia observait le ciel avec admiration. Très haut au-dessus d'elle, un hâle rosé recouvrait partiellement le bleu de l'horizon. Elle voyait le soleil se coucher toujours un peu plus vers l'ouest. Ce qui signifiait en autre la fin de cette épuisante journée. Ces derniers rayons dorés sur sa peau la rendait aussi joyeuse que mélancolique. Joyeuse dans le sens où elle en aurait enfin fini avec cette séance photos, organisée sur la plage. Non pas que les conditions étaient mauvaises, loin de là. Il avait fait beau toute la journée et le staff avec lequel elle collaborait se montrait particulièrement sympa avec elle. Non, c'est juste qu'il avait s'agit de cette plage. Celle qu'elle avait tant eu de mal à sortir de son esprit. L'équipe avait peut-être oublié ce léger détail, mais deux ans auparavant, un meurtre avait été commis dans les environs. Lelia était bien placé pour le savoir. Même si ça n'avait été que de loin – et grand dieu heureusement – la jolie rousse avait bien aperçue le corps inerte de la victime étendue sur le sable. Elle n'y était pas retournée depuis deux ans maintenant. Plus depuis ce drame. Mais voilà que le destin en avait décidé autrement. A cause du travail, la jeune femme était revenue sur sa promesse ; celle de plus jamais y remettre les pieds. C'était qu'elle était encore bouleversée par les évènements. Cette victime aurait pu être elle après tout. Avant que cela n'arrive, elle se souvenait avoir rencontré des personnes suspectes. S'il n'y avait pas eu quelqu'un avec elle à ce moment-là, qui sait ce qui aurait pu lui arriver ? Après, cela ne voulait pas forcément dire que ces types étaient les coupables. On pouvait difficilement suspecter quelqu'un sous prétexte qu'une personne se montre un tantinet trop... dévisageant ? Quoiqu'il en soit, Lelia voyait ces longues heures de shooting se terminer.

Devant elle, le photographe lui faisait signe d'approcher et sa voix hurla un fatidique « temps mort ». Mauvais présage. Cela voulait donc dire qu'il n'en avait pas encore eu assez... Une petite mimique embêtée au bout des lèvres, la jeune actrice se dirigea vers son supérieur et elle baissa prudemment la tête. Quelque chose lui disait que ce n'était pas pour la complimenter s'il l'avait fait venir jusqu'à lui. « Ma belle, je peux savoir ce qui t'arrive ? On aurait du boucler notre après-midi en deux heures. Mais là, on a vraiment pris plus de temps qu'il ne fallait... Tu m'as l'air perturbée. Est-ce que ça va ? ». Les gens étaient marrants. Ils posaient toujours des questions idiotes tout en sachant pertinemment la réponse. Évidemment que ça n'allait pas trop. Mais Lelia ne comptait pas lui faire une dissertation non plus. Ce n'était pas le genre de chose qu'elle s'amusait à raconter, et encore moins à lui. Elle s'en voulait tout de même de causer autant de tort à l'équipe et de rallonger le temps de travail de tout le monde. Que dire de plus qu'un simple « Désolée... ». Ce n'était que sa faute après tout. Elle aurait du se montrer plus professionnelle et attentive. Maintenant que le soleil était en train de tomber, ils ne leur restait plus beaucoup de temps pour boucler la séance. « Je t'accorde dix minutes de pause. Pas une de plus. Après il faudra vraiment terminer ça en vingts minutes. Je compte sur toi, hein. ». Une fois encore, elle n'ajouta rien et se contenta de baisser la tête. Ce dernier avait fini par l'abandonner sur place pour rejoindre le reste de l'équipe technique ; pause café oblige. Elle aurait été bien tentée d'en faire autant... Sauf qu'elle préféra plutôt s'isoler dans un coin, à l'abri de leurs regards critiques. Il fallait absolument qu'elle se change les idées. Qu'elle fasse le vide dans sa tête ou qu'elle pense à autre chose. Cela allait être difficile en dix minutes, mais elle pouvait le faire. Elle le devait. « Je reviens. Je vais juste faire un petit tour... ». C'est ce qu'elle annonça à sa maquilleuse au moment où elle entreprit de s'exiler ailleurs. Ooh elle n'irait pas bien loin, bien sûr. Elle n'avait pas énormément de temps devant elle.

C'est ainsi qu'elle en était venue à emprunter ce petit chemin le long de la côte. A contre sens de l'endroit où avait été implanté la tante de leur lieu de travail. Quelqu'un devait sûrement garder un œil sur elle, même de loin, la jeune femme restait relativement visible. Difficile de passer inaperçue avec une telle robe ! Elle lui donnait un air de déesse mais Lelia regrettait cependant de ne pas avoir pris avec elle un gilet ou une couverture à cause de la brise du soir. C'était que le degré de température avait considérablement chuté. Il faisait toujours plus frais en bordure de côte. « Han... Tae Hwan ? ». Elle ne rêvait pas... ou alors elle avait des hallucinations. Ou bien il avait un sosie. Ce qui restait encore à prouver. Mais au fur et à mesure qu'elle se rapprochait du jeune homme, la certitude n'en fut que plus grande. Il n'y avait pas d'erreur possible. Ça ne pouvait être que lui. Lui et sa guitare. Aah. Même ça, ça lui rappelait quelque chose. Mais elle tâcha de vite l'oublier. Vue comment elle se présentait à lui, elle se sentit hautement plus confuse. Il n'avait aucune idée de ce qu'elle faisait dans la vie, après tout. Ils n'avaient parlé que de musique... Et encore, parler était un grand mot. Elle espérait ne pas trop le surprendre. « J'ignorai te retrouver ici... Alors comme ça, tu joues aussi de la guitare ? ». Elle qui se plaignait des questions idiotes un peu plus tôt... Oui bon, c'était sous le coup de la surprise. Elle ne s'était jamais préparée à le voir ailleurs que dans un magasin de cd's. Voir même, dans un night-club.






Dernière édition par Seo Lelia le Sam 4 Aoû - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

Invité


MessageSujet: Re: two years later;   Jeu 2 Aoû - 11:59


La journée se finit petit à petit, dans une heure voire peut-être un peu plus, le soleil va disparaitre derrière l’horizon. Je tourne comme un lion en cage dans la villa, ne sachant pas quoi faire pour m’occuper. Accoudé à la fenêtre de ma chambre, j’observe la nuit qui tombe silencieusement. Un aboiement me tire de mes pensées, c’est Ha Ni … Elle doit sûrement être en train de gueuler après le chat des voisin, qui vient parfois squatter le jardin. Je suis sûr que si j’ouvre la baie vitrée, elle se jette à sa poursuite et le pauvre chaton n’aura qu’à bien se tenir. Elle n’est pas méchante, je pense que pour elle ce n’est qu’un jeu … Enfin je suppose. N’empêche que volontairement ou non, elle risquerait de lui faire du mal. C’est un gros berger shetland, pas très effrayant mais ... Lui n'est qu'un petit chaton d’un an à peine … Il ne fait pas le poids. Je descends les escaliers et je vois Ha Ni allongée près de la baie vitrée, à guetter le moindre mouvement dehors. J’esquisse un sourire, elle ne peut pas lui ficher la paix un peu. Je m’installe en face du piano et je commence à faire courir mes mains sur le clavier, mais vite lassé je me stop dans mon élan. Je suis seul dans cette grande villa –comme d’habitude-, je n’ai absolument rien à faire, à part jouer de la musique ou peut-être réviser mes cours. Une idée me traverse l’esprit. J’ai envie d’aller sur la plage ou dans le parc, pour jouer de la guitare. J’ai envie de sortir, car resté enfermé j’en ai ma claque. D’accord, je préfère la solitude à la compagnie d’une quelconque personne, mais ça ne veut pas dire, que rester entre quatre murs ne me dérange pas. Il y a bien des fois où j’ai envie de voir autre chose que la sobre décoration de la villa de mes parents … Enfin de mon père maintenant. Je monte dans ma chambre prendre ma guitare, que je pose délicatement sur le canapé, une fois de retour dans le salon. Mon estomac crie famine, alors je fais un détour par le frigo. Il n’y a rien d’extraordinaire, mais ça m’apprendra à toujours rechigner pour faire la cuisine. Finalement j’opte pour un paquet de ramen, une fois prête, je mange tranquillement. Apparemment Ha Ni s’est lassée de son ami le félin, à moins qu’il soit parti. Elle vient dans la cuisine en sautillant et se jette sur ses croquette, estomac sur pattes va ! Mon repas terminé, je laisse la vaisselle dans l’évier, tant pis je nettoierais plus tard. Je voudrais arriver à la plage avant qu’il ne fasse totalement nuit, histoire de pouvoir rester là-bas le plus longtemps possible. Me promener dehors en pleine nuit ne me dérange pas, mais jouer de la guitare dans le noir, ce n’est pas vraiment le plus pratique. J’imagine qu’il ne fera nuit noir que dans une bonne heure, peut-être un peu moins maintenant. J’enfile une paire de converse, mon manteau, car même si nous sommes en été, le soir il ne faut pas se laisser avoir par le vent frais qui s’installe en bord de mer. Je prends ma guitare et alors que je m’apprête à sortir, je vois Ha Ni qui frotte sa patte contre la porte. Ce qui je pense signifie « Si tu sors t’as intérêt à m’emmener avec toi ». Soit petit chipie. Je passe la sangle accrochée à ma guitare, sur mon épaule et je fais demi-tour, pour trouver la laisse d’Ha Ni, que j’accroche à son collier. Elle n’est pas sortie aujourd’hui et si je ne veux pas avoir une boule d’énergie surexcitée dans les pattes demain, il faut vraiment qu’elle aille courir sur la plage.

Je traverse les quelques rues qui séparent la ville et la plage. Ha Ni n’arrête pas de tirer sur sa laisse, mais je ne me laisse pas entrainer. Même si mon père –les rares fois où il est à la maison- la laisse faire ce qu’elle veut, car il ne veut pas s’en occuper. Ha Ni sait très bien qu’avec moi elle a plutôt intérêt de ne pas faire de conneries et de m’obéir. Certes elle est très joueuse, fofolle et elle adore courir, mais elle est obéissante, avec moi en tout cas. Quand je l’appel elle rapplique et quand je la gronde, elle se couche avec une patte sur le museau. Nous arrivons près de la plage. J’aperçois des lumières et des gens au loin, mais je vais dans la direction opposée. Plus éloigné, isolé, je veux être tranquille. Je lâche le fauve, soit j’enlève à Ha Ni cette laisse qui l’empêche de s’éloigner de moi et elle file comme une fusée vers la mer. À tous les coups, elle va revenir trempée, car mademoiselle adore se rouler dans l’eau … Je soupire et pars m’assoir sur un rocher, tout en vérifiant que j’ai toujours un œil sur Ha Ni, j’ai parfois l’impression de surveiller un gosse. Mais je préfère avoir ma Ha Ni, qu’un bambin, qui hurle, pleure et fait des caprices, y’a pas de doute là-dessus. J’accorde mon instrument et je commence à jouer un morceau, que j’aime beaucoup (Here). Je laisse ma voix accompagner la musique, mais je ne chante pas très fort et puis au pire des cas, je suis tout seul ici. Enfin c’est ce que je crois, jusqu’à ce qu’une personne prononce mon ton, sur un ton assez … Surpris ? Je lève la tête. Lelia ? Je fronce un peu les sourcils, plus par surprise, que par réelle contrariété de sa présence. Qu’est-ce qu’elle fait ici ? Et dans cette tenue, surtout … Ce n’est pas comme-ci il faisait chaud en ce début de soirée … Je me souviens alors, qu’après l’avoir quitté l’autre soir quand on s’est fait virer du nightclub –par ma faute, y’a pas à dire- je l’ai laissé sans aucune justification à mon geste. Après tout je l’ai aidé, alors qu’on n’est pas réellement ce qu’on peut appeler des amis … Je me suis dis, que je lui devais bien des explications, mais je n’arrive pas à formuler la bonne phrase. Il n’y avait aucune arrière-pensée quand je lui suis venu en aide, c’est juste, que je le veuille ou non, il m’arrive de penser que j’aimerais considérer Lelia, plus que comme une simple connaissance que je croise vaguement au magasin de CD’s … Sauf que si je ne lui dis pas, elle ne le devinera pas toute seule … Lelia, me sort de mes pensées en me posant une question toute simple. Un semblant de sourire se dessine sur mes lèvres, alors que je lui réponds :

- Euh … Oui, tout comme du piano et du violon, ajout de détails inutiles mais c’est sorti comme ça. Je ne sais pas si je le lui avais déjà dis, peu importe au final …

Toujours les mains autour de mon instrument, mais sans jouer une seule note, je cherche un moyen de relancer une conversation … Nous n’allons tout de même pas rester-là comme deux idiots ? Non …

- À vrai dire, je ne m’attendais pas à te voir ici non plus … ajoutais-je en détaillant sa tenue du regard.

Je me demande toujours ce qu’elle est venu faire ici. Je veux dire, une personne qui aurait planifié une ballade au bord de la mer aurait prévu un manteau ou un gilet, au vue des températures qui chutent le soir venu …

- Qu’est-ce qui t’amène dans le coin à cette heure-ci ? demandais-je bêtement.

C’est tout ce que j’ai réussis à sortir. Je ne fais aucun commentaire sur sa tenue vestimentaire, après tout elle fait ce qu’elle veut. Cependant je n’arrive pas à m’empêcher de me soucier, de savoir si elle a froid, mais je me tais … Ce n’est parce que je fais preuve de sympathie envers certaines personnes, que je dois le montrer … Des aboiements se font attendre un peu plus loin et Ha Ni revient en trottinant trempée de la tête aux pattes. Essoufflée, elle renifle Lelia, l'air de dire "T'es qui toi ?", puis elle s’allonge à mes pieds.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas

Seo Lelia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTRANGER

HUMEUR : joyeuse, toujours!
MESSAGES : 116

MessageSujet: Re: two years later;   Sam 4 Aoû - 13:12

Le vent continuait de souffler. Il faisait de plus en plus froid. Cependant, le sourire qu'abordait Lelia ne faillait pas pour autant. Mine de rien, elle était contente de retomber sur lui. Contente d'une pareille coïncidence. Il fallait croire que le destin s'acharnait désormais à les faire se rencontrer ailleurs que dans un magasin de cd's. Ce qui n'était pas à lui en déplaire. Toujours sans le quitter des yeux, un petit rictus se forma à la commissure de ses lèvres lorsqu'il répondit à son interrogation. Alors comme ça il savait aussi jouer du piano et du violon... Intéressant. Elle admirait profondément les gens sachant jouer d'un instrument. Surtout ceux qui jouaient du piano. Pourquoi cela ne l'étonnait guère, au final ? Il lui avait toujours parut passionné. Cela se ressentait encore plus maintenant qu'elle le surprenait avec une guitare entre les bras. Comment ne l'avait-elle pas deviné ? Preuve de sa naïveté ou de son potentiel né à ne jamais chercher plus loin que le bout de son nez ! Lelia n'était qu'une amatrice de musique classique, après tout. Puis pour sa défense, ce n'était pas non plus écrit sur son front qu'il était musicien. « À vrai dire, je ne m’attendais pas à te voir ici non plus … ». Il avait jugé bon de mettre un terme à ce silence. C'est vrai qu'ils n'allaient pas rester planter là comme des imbéciles. Un frisson la parcourut, si bien qu'elle se frictionna rapidement les bras dans l'espoir vain de se procurer un peu de chaleur. Elle se disait quelque part qu'elle avait tout intérêt à bâcler rapidement son shooting si elle ne voulait pas finir en glaçon sur pattes... Puis la voix de Tae Hwan la fit relever le menton. Ce qu'elle faisait ici ? Cela n'avait apparemment pas l'air évident. Bon d'accord, ce n'était pas non plus écrit sur son propre front qu'elle était mannequin. Il fallait croire que lui non plus, n'était pas très perspicace dans le genre. Le doigt pointé dans l'autre sens, la jolie rousse se tourna un peu pour appuyer sur ses dires. « Je suis en plein travail... Tu vois l'énorme tante là-bas ? Elle appartient à l'équipe pour laquelle je bosse. Je ne te l'ai jamais dis... mais je suis mannequin. ». Elle lui refaisait maintenant face avec un sourire timide aux lèvres. Naturellement, elle chercha à dévisager sa réaction et poursuivit. « Enfin... en vrai j'ai étudié pour devenir actrice. Mais je suis surtout mannequin. ». Ces deux branches étaient souvent liées. Un peu comme pouvait l'être un chanteur et auto-compositeur...

C'est alors que des aboiements se firent entendre. Un peu prise par surprise, la jeune femme eut un léger sursaut à l'approche de la chienne. Ses sourcils se froncèrent alors que l'animal lui tournait déjà autour, et un doux sourire fendit ses lèvres lorsque la bête se coucha auprès de son maître. C'était un beau toutou avec un magnifique pelage. « Je vois que tu n'étais pas seul... Très joli chien ! ». Elle était sincère même si elle était un petit plus pour les chats. Peu importe ! Au loin, la silhouette d'un homme habillé en gris l'interpela par son nom, et Lelia reconnut l'un des gars du service technique. Ce dernier lui faisait de grands signes. Ahh oui... Les dix minutes étaient vite passées... Elle allait devoir retourner à ses anciennes préoccupations, même si cela ne l'enthousiasmait pas plus que ça. Elle aurait aimé discuter un peu plus longtemps avec lui... « Désolée, je vais devoir y retourner... Je sais pas si tu seras toujours là, mais je devrai en avoir terminé d'ici 20 minutes. Donc... peut-être à tout à l'heure ? ». Elle ne voulait pas non plus imposer sa présence, même si le « tu m'attendras ? » lui avait de peu effleuré les lèvres. Sans plus s'éterniser, la belle italienne lui tourna le dos et elle accourut jusqu'à sa place initiale, sur le lieu du shooting. Le vent paraissait encore plus frais maintenant qu'elle s'était rapprochée de la mer. Elle regrettait sincèrement de ne pas avoir bu un café qui l'aurait réchauffé... Mais en même temps elle ne serait jamais tombé sur Tae Hwan, donc c'était presque un mal pour un bien. Le savoir dans les alentours suffisait à la motiver un tant soi peu. Avec un peu de chance, elle aurait quelqu'un avec qui converser lorsque tout cela serait terminé.

Vingts minutes. Cela avait bien pris vingts minutes, incluant le temps de désinstallation. L'équipe tout entière s'agitait autour d'elle pour remballer au plus vite leurs affaires. Le soleil était tombé et il faisait désormais nuit sur la plage. Pendant ce temps sous la tante, Lelia s'était changée et avait troqué sa longe robe pour un bon jean's délavé et un sweat bleu foncé, presque noir. Sa maquilleuse revint alors vers elle et lui apporta deux grands gobelets de café. Un pour elle, et un pour Tae Hwan, naturellement s'il était toujours dans les parages... En sortant de la tante avec ses cafés en main, l'un des techniciens se rapprocha d'elle et lui montra la fourgonnette ; celle dans laquelle elle était censé entrer. « Tout est prêt Mademoiselle Seo. Vous pouvez aller vous installer. ». Oui... sauf qu'elle ne comptait pas tout à fait partir... L'air hésitante, la jolie rousse zieuta brièvement par-dessus son épaule dans l'espoir d'y apercevoir son camarade du rayon instrumental. Difficile de voir réellement avec le peu d'éclairage présent. Les lumières s'éteignaient les unes après chaque manipulation technique. Elle lui répondit alors dans une dernière hésitation. « Allez-y sans moi. J'ai encore quelque chose à faire... Ne vous inquiétez pas, je rentrerai en taxi. ». Elle s'était montrée la plus rassurante possible malgré l'hébétude de ce dernier. Elle crut même pendant un instant qu'il n'allait pas la lâcher. Mais il finit par acquiescer et rapidement, le paysage devint désertique. Elle ne pouvait décidément pas partir s'il l'avait réellement attendu tout ce temps. Sa conscience en aurait pris un coup. Toujours armée de ses deux gobelets et de son sac à main à bout d'épaule, la jeune femme réemprunta le chemin qui l'avait conduit plus tôt jusqu'à lui. Elle pouvait aussi louer la présence des quelques lampadaires sinon elle se serait sentie bien mal à l'aise, seule, à l'écart de la civilisation.




Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

Invité


MessageSujet: Re: two years later;   Sam 4 Aoû - 21:29

Avec Lelia, nous n’avons jamais eu de vraie conversation … Enfin je veux dire en dehors de la musique. Nous ne nous sommes jamais rien confié de personnel, en dehors de la musique nous n’avons pas parlé de grand-chose en fait … D’ailleurs ça m’étonne qu’elle continue de vouloir discuter avec moi, alors qu’entre nous, je ne suis pas très bavard … J’essaie de faire des efforts en la présence de certaines personnes. Lelia en fait partie. Après tout elle partage elle aussi cet amour pour la musique et c’est l’une des choses les plus importes pour moi. Peut-être même LA chose plus importante pour moi … De plus Lelia aime la musique instrumentale, ce n’est pas avec n’importe quel élève de ma classe de musique, à la fac, que je peux parler de ce style musical. La génération d’aujourd’hui est plus branchées, Kpop, Pop, R’n’b, Rap, enfin je généralise peut-être, mais c’est mon ressentis. Dire que je ne m’intéresse pas du tout à ces styles serait mentir, car oui j’y porte de l’intérêt et j’en écoute, mais j’écoute aussi du classique et de l’instrumental … Elle me montre la direction opposé à l’endroit où nous sommes en m’expliquant qu’elle est en pleins travail et qu’elle est mannequin. Je relève un sourcil. Vraiment ? Pas que je ne la crois pas, c’est juste que ça me surprend. M’enfin bon, dans un sens je ne peux pas me venter de savoir beaucoup de chose à son sujet … Mise à part, qu’elle apprécie la musique instrumentale. Elle ajouta aussi qu’à la base elle a étudié pour être actrice, mais qu’elle fait surtout du mannequinat. Dans un sens ça explique sa tenue … Lelia est joliment habillée pour un shooting, voilà tout.

- Je vois … répondis-je simplement.

C’est un eu inutile, mais au moins, le silence n’a pas eu le temps de s’installer. Tout seul je me supporter tout le silence du monde, mais en la présence d’une personne que je connais –même très peu- je me sens un peu idiot, à ne rien dire. Même si pour moi rester muré dans mon silence est … Normal. Enfin bref. C’est à ce moment qu’Ha Ni décide de revenir sa petit «baignade nocturne » en ayant au préalable émis un aboiement lointain, comme pour nous prévenir de son arrivée. Lelia sursaute, mais semble rassurer en voyant que la chienne se pose à mes pieds et que ce n’est pas un animal errant. Non en effet je ne suis pas seul, elle ajoute qu’Ha Ni est un très joli chien, ce qui me fait sourire. Je m’apprête à répondre à Lelia, quant au loin un homme l’interpelle. Ce qui nous fait tourner la tête à tous les deux. Apparemment son shooting reprend bientôt. Elle s’excuse, puis elle ajoute qu’elle en aurait pour une vingtaine de minutes, alors … Peut-être à tout à l’heure.

- Ouais … Peut-être à tout à l’heure, dis-je alors que Lelia s’éloigne déjà.

Ces paroles, si Lelia les a entendus, ne l’avance pas à grande chose … C’est vrai je ne lui ai pas dit que je partirais, mais je ne lui ai pas assuré que je l’attendrais non plus … Dans un sens ça ne me ressemble pas de lui dire un truc du style « Oui, ne t’inquiètes pas je serais-là à ton retour ». En fait je ne sais pas moi-même si je vais l’attendre ou partir … J’opte cependant pour la première option. Si, je veux réellement apprendre à connaître Lelia, enfin plus que de simplement savoir qu’elle aime la musique instrumentale, pouvoir la considérer comme une fille avec qui je partage ma passion pour la musique certes … Mais aussi comme une amie. Oui, oui, j’ai bien dit que je voudrais voir Lelia comme une amie … Depuis les regards et les sourires timides échangés dans les rayons du magasin de musique, elle a en quelque sorte attisée ma curiosité et puis il y a eu cette fois où je l’ai aidé à la discothèque. Je ne lui ai jamais fournis d’explication, sur ce geste de ma part … Je ne sais pas si elle se pose la question, mais … J’arrête de réfléchir à ce sujet et je me remets à jouer le morceau que j’avais commencé avant que Lelia n’arrive.

Finallement quand je vois Lelia revenir, je suis toujours assis au même endroit. Ha Ni se lève et s’approche d’elle en trottinant. Elle s’est changée, elle ne porte plus la robe bleue de tout à l’heure, elle arbore une tenue plus chaude. L’éclairage n’étant plus très bon, je pose ma guitare à côté de moi. Je ne peux plus jouer, enfin il y a toujours les lampadaires, mais Lelia est là alors … Ce ne serait pas vraiment poli de l’ignorer. Quoiqu’en temps normal, ce n’est pas la politesse qui m’étouffe, mais là n’est pas la question. Je lève la tête vers la nouvelle arrivante et lui adresse un sourire.

- Tu as terminé ton shooting ? demandais-je alors que je sais que cette question est … Stupide.

Elle s’est changé alors évidemment qu’elle doit avoir fini … Je cherche quelque chose pour me rattraper, mais je ne trouve rien de très satisfaisant. C’est ça de ne pas parler avec grand monde, pour trouver un sujet de conversation, je ne suis pas le meilleur. Au hasard je lui demande :

- Ça fait longtemps que tu travails comme mannequin ?

Ouais, bon ok, j’aurais pût trouver mieux … Mais au moins elle me parlerait de sa « carrière » dans le mannequinat et qui sait peut-être que de fils en aiguille ça apporterait un nouveau sujet sur lequel on pourrait converser. Cependant je ne peux m’empêcher d’ajouter, en passant du coq à l’âne et en changeant totalement de conversation ...

- Tu sais la dernière fois … Au nightclub … Si je t’ai aidé c’est … Parce que je ne voulais pas qu’il t’arrive quelque chose …

Oui, je lui ai dit ça comme ça, mais au moins c’est fait et … Les mots sont presque sortis malgré moi. Et puis personnellement je n’aimerais pas qu’on me plante sans dire un mot, comme je l’ai fait la dernière fois avec Lelia … M’enfin en y réfléchissant ma phrase ne l’aidait pas réellement plus … Je ne voulais pas qui lui arrive quelque chose et la prochaine question qu’elle se poserait c’est … Pourquoi ? C’est inévitable … Une chose est sûre, je ne lui sauterais pas dessus pour lui faire un gros câlin, je ne suis pas ce genre de gars-là … Si je lui dit déjà, que je veux partager plus qu’une passion avec elle et que voudrais la voir comme une amie, ça sera déjà pas mal …
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Seo Lelia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTRANGER

HUMEUR : joyeuse, toujours!
MESSAGES : 116

MessageSujet: Re: two years later;   Lun 6 Aoû - 13:13

« Ouais... peut-être à tout à l'heure. » Ces paroles, elle ne les avaient pas entendus. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle abandonnait l'initiative de rester à la plage. Assister au départ des fourgonnettes lui proccurait un sentiment d'abandon, mais c'était bien ce qu'elle avait souhaité ; qu'ils partent sans elle. Non, la réelle frayeur en soi était de se retrouver seule dans cet endroit qui lui rappelait trop de mauvais souvenirs. Sauf qu'il était déjà trop tard pour regretter et pour leur courir après... Le mieux était de positiver et de rester optimiste. Puisqu'il faisait nuit et qu'elle n'y voyait plus très bien, la seule espérance qui la faisait continuer à avancer était cette mélodie. Parce qu'elle l'entendait jouer. Lui et sa guitare. La légère brise apportait le son acoustique jusqu'à elle et faisait écho dans son subconscient. Elle pouvait donc se rassurer de ne pas être seule. Au fur et à mesure que ses pas la rapprochait du jeune homme, elle devina une silhouette familière prendre forme et ne s'étonna guère d'y retrouver une seconde ; celle de son berger shetland. Le sourire aux lèvres, la jolie rousse se prononça d'une voix faible pour ne pas le surprendre. « Tae Hwan ? C'est moi. » La chienne fut la première à intervenir et à l'accueillir. En la voyant se rapprocher, Lelia ne put réfréner son envie de la toucher et elle lui caressa le sommet de la tête après avoir stabiliser l'un de ses gobelets entre son bras gauche et sa poitrine. Parce qu'elle avait toujours les mains pleines, et oui. Le bon point, c'était qu'elle était déjà plus sec que tout à l'heure ! Non pas que les chiens mouillés étaient un problème, c'était surtout que dans sa précédente tenue, on lui aurait fait payer cher pour se montrer aussi peu respectueuse. Elle lui sourit en douceur et s'installa près de Tae Hwan, se fichant bien de se salir pour le coup. Le sable se retirait facilement de toute manière. Il lui posa alors une question des plus évidentes qui la fit toutefois sourire. Elle avait déjà plus au moins deviné le personnage. Du genre renfermé et qui parlait peu. Ce genre de question ne l'étonnait pas tellement venant de lui. Elle sourit de nouveau. « Oui, enfin ! Et tiens c'est pour toi. J'espère que t'aime le café. » Cela allait les réchauffer un peu, surtout qu'elle en avait grandement besoin. Alors qu'elle lui tendait le gobelet, le musicien la lança dans un nouveau thème. Aah le mannequinat ? Ça l'intéressait tant que ça ? « Hmmm... Techniquement j'ai toujours fais ça, depuis toute petite ! Ma mère m'inscrivait à pleins de concours. J'ai appris tôt à poser devant un objectif... Mais de façon officielle, je dirai depuis que j'ai 15 ans. A Rome, je suis plutôt bien connue du milieu. » Elle ne se souvenait plus lui avoir déjà parlé de ses origines et de sa vie en Italie. Probablement pas, mais maintenant il le saurait. Il finirait bien par le comprendre au bout de quelques précisions. « Je vie à Incheon depuis deux ans. Je suis partie de chez moi pour débuter en Corée-du-Sud... Je pensais qu'être actrice ici serait plus facile, mais en fait, j'me suis un peu trompée. » Mais rien ne s'acquit facilement en ce bas monde, même issue d'un milieu de l'on dit noble. Elle préféra toutefois lui épargner ce détail. Pas son genre de se vanter de ses avantages sociaux, même s'il était clair qu'elle n'avait en rien l'air d'une fille banale. Elle lui demanda tout naturellement : « Et toi ? J'imagine que tu es encore étudiant. Dans la musique ? » C'était vite le placarder dans ce registre mais elle pouvait difficilement le voir ailleurs puisqu'elle ne connaissait ça que de lui.

Elle ne s'était absolument pas attendue à ce qu'il évoque aussi vite le thème de la dernière fois. A savoir, leur dernière rencontre en boîte qui avait marqué un drôle de tournant dans leur relation. Tout du moins pour elle. Lelia comprenait encore mal la motivation qui l'avait poussé à se battre ce soir-là. Pour la protéger, sans doute. Ce gars avait été des plus relous avec elle... Mais était-ce une raison suffisante ? S'ils avaient été dans le même groupe d'amis, l'explication aurait été plus rationnelle. Or, ce n'était pas le cas. Ils avaient fini par se faire virer tous les deux et la belle italienne l'avait ramené jusqu'à chez lui. Elle s'était de nombreuses fois demandé le comment du pourquoi. Peut-être allait-elle finir par le savoir plus tôt qu'elle ne l'aurait cru. En tout cas, il semblait vouloir en parler. « Tu ne voulais pas... parce que tu avais peur qu'il me colle toute la soirée ? C'est pas le premier boulet que je croise... et pas le dernier non plus ! Mais ça serait bien ! » Un léger rire lui échappa à cette pensée. Oui, elle préférait encore faire des élucidations plutôt que de lui demander pourquoi. Elle ne voulait pas le mettre mal à l'aise non plus. Ça ne semblait pas évident pour lui de s'expliquer. « On y va ? C'est pas que je m'ennuie mais il commence vraiment à faire froid... On sera moins dépaysé en ville. » S'il souhaitait trainer un peu avec elle, tout du moins. Peut-être qu'il allait juste vouloir rentrer chez lui, sachant qu'il avait son chien et sa guitare à transporter. La jeune femme se releva et attendit qu'il fasse de même pour emboiter le pas. C'était une chance que ce chemin soit éclairé. Elle aurait été capable de s'entremêler les pieds dans quelque chose, douée comme elle était. Suivre ces lampadaires la permettait de s'orienter. Elle savait qu'ils menaient vers une allée beaucoup plus piétonnes, et bientôt ils retrouveraient le chemin de la civilisation. Là où les voitures fusaient de partout, où les lumières scintillaient de milles feux.




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: two years later;   

Revenir en haut Aller en bas
 

two years later;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» FRATERNITIES, SEVEN YEARS LATER (demande de partenariat)
» Few years ago...
» 30 years, still young
» 30 YEARS STILL YOUNG
» 30 YEARS STILL YOUNG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
summer ☁ cloud ::  :: ϟ la plage :: ❝ la crique-