AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ET VOILA LA VERSION 3 DU FORUM SOUS VOS YEUX ! VENEZ COMMENTER ♥ ET SIGNER LE RECENSEMENT

Partagez | 
 

 and you're careful not to show it ; ft. ivick.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Seo Chae Rin
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ AUTORITÉ

HUMEUR : joyeuse, évidemment.
MESSAGES : 47

MessageSujet: and you're careful not to show it ; ft. ivick.   Lun 20 Aoû - 0:56

Si elle avait pu, Chae Rin aurait très certainement dormi plus longtemps. Elle était restée éveillée un peu trop longtemps la vieille - le défaut d’aller fêter on ne sait trop quoi, si bien que son réveil s’annonçait difficile. « Hey ! I just met you and this is crazy, but here’s my number, so call me maybe ? » Si normalement cette chanson la mettait de bonne humeur, ce n’était pas le cas lorsque c’était ça qui la réveillait. « Stupide chanson. » marmonna-t-elle en arrêtant l’alarme de son téléphone. La demoiselle mit un temps fou pour se lever et se trainer jusqu’à la salle de bain. En se regardant dans le miroir, elle put voir à quel point elle avait une mine affreuse. Génial, déjà qu’elle n’avait pas tellement de temps pour se préparer - comme quoi perdre son temps pour se lever n’était pas la meilleure des idées, il fallait qu’un défi de taille s’impose à elle. commençant par se démaquiller, étape qu’elle avait vraisemblablement sauter la veille, Chae Rin fila ensuite sous la douche. Même si elle avait tout particulièrement envie de rester sous l’eau, il fallut qu’elle sorte assez rapidement si elle ne voulait pas être en retard. Un soupir traversa ses lèvres elle avait une meilleure mine, mais ce n’était pas encore ça et en prime elle avait un mal de tête poignant. Tout en attrapant le nécessaire pour se préparer, elle avala deux cachets pour contrer la migraine. Ensuite vint la préparation en tant que telle ; sécher et placer ses cheveux, appliquer une légère dose de maquillage avant de sortir de la salle de bain, laissant donc la place à Lelia si cette dernière se levait pour se préparer. Une fois dans sa chambre, la policière chercha quelque chose de suffisamment propre pour aller travailler et se rappelant que puisque cette fois elle n’était pas seulement confinée à l’écriture de rapport, son uniforme était de mise. Elle ne put s’empêcher de se dire qu’ils avaient sérieusement besoin de les rendre plus fashion, mais elle n’avait pas tellement son mot à dire là-dessus alors l’idée lui passa rapidement.

Sachant très bien qu’elle allait être en retard, Chae Rin décida de passer acheter quelque chose à manger. Ça pouvait sonner étrange ou même idiot, mais la raison était en fait toute simple et assez logique ; tant qu’à être en retard autant en profiter, puis surtout, c’était plus facile de faire passer son retard avec des beignets. Oui, ça pouvait sembler comme une application pure et simple du cliché comme quoi les policiers ne faisaient que manger des beignes, mais elle n’y pouvait rien si ses collègue, mais surtout si son supérieur en raffolaient. « Une boite de beigne, n’importe lesquels et un café. » Ignorant le sourire amusé de la caissière, la demoiselle se contenta de jeter un coup d’oeil à son téléphone pour voir qu’elle heure il était. Heureusement pour elle, il n’était que cinq minute passé l’heure à laquelle elle devrait entrer au boulot et la boutique - bien américaine, se trouvait très près du boulot.
Café et boite de beignes en main, Chae Rin entra dans le commissariat avec un grand sourire aux lèvres. « Bon matin ! » Ses collègues répondirent avec un peu moins d’entrain - au moins elle avait le mérite d’être dans un meilleur état qu’à son réveil. Ce fut finalement son partenaire qui prit la parole en lui adressant automatiquement un reproche : « T’es en retard. » Haussant légèrement les épaules, elle se contenta de lui répondre : « De quelques minutes seulement puis j’ai amené des beignes quoi ! » Même si tout le monde, ou du moins la majorité esquissa un sourire en entendant ce qu’elle disait, la policière s’en tirait vraiment mieux qu’elle se l’était imaginé. C’était sans doute parce qu’il était tout de même rare qu’elle se laisse aller comme ça. Sans faire plus de cérémonie, elle gagna son bureau et adressa un énorme sourire à son partenaire. Elle savait bien que si quelqu’un se doutait bien la raison pour laquelle elle était en retard, c’est-à-dire les festivités de la veille et non son petit détour pour acheter les beignes, c’était bel et bien lui. Au moins, il semblait se sentir suffisamment indulgent pour lui épargner une foule de commentaires. Elle pouvait remercier sa bonne humeur naturelle, du moins c’était ce qu’elle se disait intérieurement.

« Chae Rin, tu dois faire un interrogatoire, il est dans la salle 1. » La voix autoritaire de son chef l’avait certes sortie de ce qu’elle était en train de faire, mais elle ne bougea pas pour autant. Elle détestait tout particulièrement les interrogatoires. D’abord parce que seuls quelques criminels ou supposés criminels ne la prenait au sérieux, la plupart du temps ils se contentaient de lui faire des propositions indécentes comme quoi ils voulaient bien se faire passer des menottes si elle était celle qui le faisait. Ensuite, elle détestait surtout cela parce qu’elle se savait observée au minimum par son partenaire, mais aussi bien souvent par son supérieur. Un soupir traversa ses lèvres lorsqu’elle se rendit compte qu’elle ne pouvait pas prendre son temps encore une fois. Son partenaire tenta de l’encourager avec son entrain habituel : « Tu sais bien qu’ils ne peuvent pas te résister bien longtemps. Puis si t’as besoin d’aide pour le faire parler, je suis là. » Elle ne craignait pas de ne pas réussir à le faire craquer, c’était seulement qu’elle n’aimait pas ça, par conséquent la motivation ne lui venait pas aisément.

Prenant le dossier sur l’affaire concernant la personne qu’elle allait interroger dans le but d’avoir un certain minimum d’informations en tête lorsqu’elle entrerait dans la salle, elle commença à le feuilleter. Le type s’appelait Baek Ivick, ce qui, heureusement, ne lui disait rien et comble de la chance le dossier n’était pas des plus complets. Elle pouvait voir les preuves tenues contre lui et ce qui semblait prouver qu’il était coupable à savoir le fait qu’il avait déjà fait de la prison. Si Chae Rin fut tentée de s’arrêter un moment pour admirer la belle coopération avec le service de police d’une ville américaine, elle se contenta plutôt de soupirer une énième fois avant de passer la porte.
Sans prendre le temps de regarder le jeune homme, la policière se dirigea vers la table qui se tenait au milieu de la salle pour y laisser tomber le dossier. Elle faisait dos à la vitre / miroir et elle fit de son mieux pour ignorer la présence des autres derrière elle alors qu’elle prenait la parole : « J’imagine que je perds mon temps si j’espère un aveu rapide qui pourrait nous avantager tous les deux ? » Bien que sérieuse, un mini sourire se trouvait sur ses lèvres alors qu’elle levait le regard en direction de son interlocuteur. Eh merde. Il était plutôt canon. Ne pouvaient-ils pas penser à la pauvre célibataire qu’elle était et lui donner des pauvres types moches à interroger ? Parce que, mine de rien, elle ne pouvait pas rester de glace face à de beaux représentants de la gente masculine. Tâchant de rester complètement neutre, ce qui ne fonctionne pas vraiment, elle enchaina : « Non parce que possession et probablement trafic de drogue c’est plutôt sérieux, mais avec un peu de coopération de votre part... » Ça ne fonctionnerait probablement pas, mais c’était la seule technique d’interrogatoire qui lui venait en tête pour le coup alors autant l’essayer.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
she's playing a hot game
Revenir en haut Aller en bas

Invité


avatar

Invité


MessageSujet: Re: and you're careful not to show it ; ft. ivick.   Lun 20 Aoû - 23:03

Pourquoi dormir quand on sait que la vie est courte et qu’il faut en profiter ? Pour Ivick, la vie était faite pour la vivre et non dormir, c’est d’ailleurs pour ça qu’il aimer se tuer au travail. Il était le genre de personne à toujours bouger d’un endroit à un autre et cette nuit-là, le jeune homme avait viser les night-club pour essayer de refourguer sa drogue. Il n’affichait que vingt-et-une heure sur la pendule du bar où il bossait, c’est à cette heure-ci que le jeune américain arrêta son service pour regagner son appartement plus ou moins miteux. Il traversa la ville qui était éclairer grâce aux lampadaire. Le sourire aux lèvres, Ivick passa devant une boutique où était disposait des costars en vitrine. Son but de soir avait changé. Il n’allait pas simplement vendre sa drogue.. Il allait aussi essayer de ramasser un maximum d’argent pour se payer ce fameux costar. La nuit était présente et le jeune homme approchait de chez lui, il approchait de ce quartier craint de tous.. Une fois devant son immeuble, il passa le seuil et monta les étages pour regagner son appartement. Une fois à l’intérieur, Ivick jeta sa veste sur le fauteuil et partie alors prendre une douche, pas bien longue d’ailleurs.

Il ressorti une dizaine de minutes après avec la serviette autour de la taille. Il se dirigea vers son armoire et en sorti un pantalon noir ainsi qu’un t-shirt de la même couleur et une veste rouge puis, il déposa tout ça sur le lit et partie allumer la musique. Il traversa son petit appartement toujours avec sa serviette autour de la taille puis il finit par s’approcher de sa chaine hi-fi et mettre la musique, après quoi il retourna dans la chambre. Il détacha la serviette et la laissa tomber au sol après quoi il enfila ces vêtements et retourna dans la salle de bain se passer un coup de peigne dans les cheveux. Il sorti de la pièce et parti à la cuisine manger un morceau de pain puis il s’avança vers sa chaine hi-fi et l’arrêta, après quoi, il attrapa ces clef qui était sur la table basse et sorti de l’appartement en refermant à clef derrière lui. Il descendit les escaliers rapidement, puis une fois devant la porte de l’immeuble, il s’arrêta et sortie son mp3 de la poche de sa veste. Il mit ces écouteurs, alluma le mp3 et mis une musique. Il ouvrit la porte et sorti en la laissant claquer derrière lui.

Il avança quelques mètres puis il finit par entré dans la rue voisine, s‘avançant jusqu’à un garage où plusieurs hommes montaient sagement la garde devant. Il s’avança vers eux en retirant un écouteur : « je viens voir le boss » avait-il dit d’un ton ferme et froid. Un des deux gorilles le conduit au fameux ‘boss ‘ et il n’en faut pas plus à ce dernier pour comprendre la raison de la venue d’Ivick ici. L’homme balança un petit tas de sachet de drogue sur le bureau et fit signe à Ivick de partir, chose qu’il fit sans attendre après avoir pris les petits sachets et les avoirs glisser dans la poche arrière de son pantalon. Il ressorti du local, remettant son écouteur dans l’oreille et changeant sa chanson, après quoi, il reprit la route vers les beaux quartiers de la ville. Bien que c’était en pleine semaine, on peut dire que les rues étaient bonder de monde, ce qui rassura le jeune américain qui comprit bien vite que les night-club devaient être également bonder de monde.. que du bon pour ces affaires. Après quelques longues minutes de marche, il s’arrêta devant un club, il l’observa l’établissement puis tout en s’appuyant contre un poteau, il sorti une cigarette et l’alluma. Toujours en gardant sa cigarette en bouche, il comptait le nombre de personnes qui entrer dans le club. Plus ils en rentraient, mieux c’était pour lui puis, une fois sa cigarette terminer, il la jeta par terre et se décida enfin à entrer dans l’établissement.

Il retira délicatement ces écouteurs des oreilles puis mis son mp3 dans sa poche et poussa la porte qui donner sur la grande piste de danse. Ivick s’avança au milieu de la foule pour atteindre le bar et ainsi, commander une vodka. Le barman lui servit le verre en moins d’une minute, ce qui ravis l’américain qui s’appuya au contoir avec son verre en main, tout en observant la foule. Ivick n’était pas un grand bavard, sauf lorsqu’il s’agissait de drague, là, vous êtes sure que monsieur n’a pas perdu sa langue, d’ailleurs, remarquant une jeune femme au physique plus qu’avantageux, il se rapprocha d’elle après avoir fini son verre. Comment vendre sa drogue dans un tel contexte ? Simplement à faisant quelques signes, oui, c’était simple avec Ivick. Il réussi a vendre deux petit sachet à la demoiselle et bien sûr, il ne lui en fallait pas moins pour que ça se finisse de façon plutôt ‘chaude’. La jeune femme n’hésita pas une seconde non seulement pour acheter le sachet mais aussi pour en consommer dans la minute qui suit. L’américain souriait, fier de ce qu’il venait de faire, maintenant, il lui fallait accomplir sa deuxième tâche de la soirée : foutre une nana dans son lit. Ivick est un homme, c’est comme ça et voyant que la cliente ne le lâchait pas, il en a profité.

Le romantisme ? Ivick ne connait pas, ni une ni deux, il prit la main de la jeune inconnu et l’embarqua dans les toilettes du club. Pas besoin de décrire la suite, c’est pas bien compliquer à deviner. Ce n’est qu’environs une vingtaine de minutes plus tard que le jeune américain ressorti des toilettes avec la jeune inconnu. Tout en lui tenant la main, il l’embarqua avec lui et sorti du club « maintenant, on finit chez moi veux-tu ? ». Il faisait son sourire charmeur et bien sûr, la jeune inconnu n’avait pu résister, entre la drogue et, il faut l’avouer, la belle gueule de notre ami américain. Les deux personnes partirent à pied jusqu’à l’appartement d’Ivick. Ce dernier tenant la main de la jeune inconnu qui avait du mal à tenir debout et qui en plus, disait n’importe quoi. Malheureusement pour lui, les choses allaient tourner au vinaigre..

Ça ne faisait que faisait qu’environs cinq minutes qu’Ivick avait quitté la boite et voilà qu’une voiture de police lui demanda de s’arrêter un instant. Ça sentait mauvais, très mauvais même. Ivick portait la drogue restant dans sa poche et la jeune inconnu tenait à peine debout car elle en avait consommée. Le jeune policier, trouvant la façon d’être de la jeune femme louche, se mit à fouiller son sac ainsi qu’Ivick et manque de chance, le jeune agent des forces de l’ordre était tombé sur ce qui ne fallait pas, à savoir, la drogue. En deux, trois mouvement, Ivick c’était retrouver à l’arrière de la voiture avec des menottes au poignet. « C’est partie pour la garde à vue ! » disait-il un air amusé. Le trajet qui fut de courte durée prenait fin devant le fameux poste de police de la ville. La jeune recru sortie Ivick de la voiture et le conduit dans la dite ‘cage’ jusqu’au lendemain matin.

Ce n’est que le lendemain matin qu’Ivick fut convoqué en salle d’interrogatoire. Toujours avec ce sourire enfantin sur les lèvres et ces menottes aux poignets, il avança vers la fameuse salle accompagné d’un agent. Une fois dans cette salle, le jeune homme s’installa sur la chaise puis s’adressa à l’agent de police « oh le bleu ! Donne-moi à bouffer, fait pas ton radin, je sais que vous, les poulets rotis, vous avez toujours un truc à bouffer ! ». Suite à ces mots, le jeune agent claqua la porte sans adresser un mot à Ivick, qui lui, de son côter, rigoler comme un gamin farceur. Les minutes passaient et le jeune dealeur s’impatienté, c’est alors qu’il se leva de la chaise et fit le tour de la pièce puis soudainement, il s’arrêta devant la fameuse glace fumer. Croyant que quelqu’un observer de l’autre côter, il se mit à faire le pitre. « ah ! putain de flic à la con… vous aimez jouer à Fantômas c’est ça ?! » avait-il dit en soupirant. Ennuyé que personnes ne « s’amuse » avec lui, il partit se rassoir sur sa chaise en soupirant à nouveau.

Après une bonne heure d’attente, un ou plutôt une policière passa la porte de la fameuse salle. Elle jeta un dossier sur la table et se mit à poser certaines questions à Ivick. « J’imagine que je perds mon temps si j’espère un aveu rapide qui pourrait nous avantager tous les deux ? ». Ivick sourit bêtement à ce que venait de dire la jeune femme, il ne faisait rien d’autre que sourire et bien sûr, pencher sa tête sur le côter pour essayer de relooker ces jambes ainsi que le reste de son corps. Il était clair d’une chose, Ivick ne voulait pas coopérer. « Non parce que possession et probablement trafic de drogue c’est plutôt sérieux, mais avec un peu de coopération de votre part... » La jeune femme continua son discourt sous les regards attentif d’Ivick qui ne voulait lui répondre. Un léger silence tomba dans la pièce puis soudainement, Ivick prit la parole d’un air enjouer. « AH ! Ouais ! Je vais coopérer mais seulement dans un lit avec toi très chère » il se mit à rire de plus belle jusqu’à s’arrêter d’un coup après quoi, il reprit à nouveau la parole « t’as de longues jambes…puis, entre nous, t’es bien la première flic que je croise à avoir un tel physique » Un clin d’œil par-ci, un clin d’œil par là, Ivick n’arrêtait pas. Il était à fois sur de lui, serin mais surtout têtu et provoquant. « Vous voulez que je parle ? Sortez donc la matraque et donnez-moi des coups ! »


Revenir en haut Aller en bas

Seo Chae Rin
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ AUTORITÉ

HUMEUR : joyeuse, évidemment.
MESSAGES : 47

MessageSujet: Re: and you're careful not to show it ; ft. ivick.   Jeu 23 Aoû - 1:56

Si elle avait pu, Chae Rin aurait préféré être suffisamment en retard pour éviter l’interrogatoire, sauf que ça n’avait pas été le cas, elle ne pouvait pas vraiment s’en sauver. Cela dit, elle ne comprenait pas pourquoi son supérieur lui laissait cette tâche qui, mine de rien, pouvait être assez important. Quoi qu’il en soit, puisqu’un non ne pouvait pas être une réponse satisfaisante, la demoiselle ne pouvait qu’aller en direction de la salle ou le suspect l’attendait. Au moins, elle pouvait remercier le ciel de lui avoir rappelé que quelque chose de trop décontracté n’irait pas pas pour la situation. Elle ne savait pas à quoi s’attendre pour ce qui était du suspect en tant que tel, mais elle pouvait être certaine que ce qu’elle portait en temps normal n’était pas approprié pour le boulot, surtout s’il fallait qu’elle se présente devant un quelconque suspect. Son uniforme de police - bien qu’associé avec un bon nombre de fantasmes, était plus indiqué pour la situation. Bon, elle serait tout de même la première à dire que c’était moche et qu’elle changerait le design de la chose pour le bien être de tous ses collègues, mais bon n’ayant pas l’autorité nécessaire pour faire les changements elle se contentait donc de rechigner de le porter dès qu’elle en avait l’occasion. Oui parce que rester un minimum bien habillée était réellement une priorité pour la demoiselle. Pas qu’elle avait forcément choisi le métier pour faire ça.
Choisissant d’ignorer le suspect alors qu’elle commençait son petit discours comme quoi elle préférait s’il pouvait faire un aveu qui les avantagerait. Après tout, elle n’avait pas envie de passer toute sa journée pour le briser et le faire avouer, déjà qu’elle n’avait pas un réel talent pour cela. Elle était meilleure sur le terrain à rechercher des preuves, pas à parler avec une personne pour extorquer un aveu quelconque. Ils auraient pu, au moins, envoyer son collègue qui était plus doué qu’elle. Certes, elle avait déjà fait ses preuves, grimpant les échelons et commençant par faire les trucs chiants, mais quand même. Ce n’était pas sa tasse de thé, mais elle s’efforçait de le faire. D’ailleurs tout allait bien tant que son regard n’était pas porté sur le jeune homme, mais plutôt sur le dossier qu’elle avait amené avec elle. Après tout, c’était les preuves qu’elle tenait pour le faire craquer, pas que ça risquait de fonctionner même s’il y avait contre lui des preuves et un passé suffisant pour le garder en garde à vue pour quelques jours. Du moins c’était l’avis de Chae Rin qu’elle n’était pas prête d’exposer tout de suite, il valait mieux attendre voir l’attitude qu’adopterait Ivick. Elle ne l’avait toujours pas regardé, mais il fallait qu’elle reste dans un rôle sérieux de policière qui n’avait pas besoin de le fixer. Elle savait très bien qu’au besoin il y avait d’autres paires de yeux pour l’observer, ce n’était pas ce dont elle avait besoin, elle.

Cela dit, elle ne pouvait pas non plus regarder ailleurs pendant tout le temps de l’interrogatoire si bien que son regard finit par se poser sur le jeune homme. C’était une mauvaise idée, il était beau, loin d’être un petit intello qui consommait de la drogue pour éviter le stress ou encore un laideron. Rien de tout ça, en plus, il fallait qu’elle le prenne alors qu’il était clairement en train de la reluquer. Pour une demoiselle célibataire - et surtout destiné au célibat, c’était difficile de passer outre un jeune homme attirant comme ça. Pas que ça changeait quelque chose au fait qu’il était possiblement un criminel ou quoi que ce soit, mais il restait tout particulièrement attirant. Un soupir traversa presque ses lèvres, mais elle le retint, terminant plutôt son discours, essayant de l'appâter avec une possibilité d’améliorer sa situation. C’était une mauvaise technique, mais c’était un début. Après tout s’il pouvait tomber pour ça elle serait reconnaissante envers le ciel. Bon s’il avait déjà fait de la prison il serait très capable de voir outre le petit jeu de cette façon. Lui laissant le temps de répondre à ce qu’elle lui avait dit, Chae Rin opta pour rester debout pendant un temps. Ça lui donnait un peu plus de prestance, même si ça ne fonctionnait pas particulièrement considérant qu’elle était un brin troublée de s’être retrouvé devant un homme attirant alors qu’elle devait l’interroger sérieusement.

Évidemment, il fallut que la chance ne soit pas de son côté et qu’Ivick ne la prenne pas du tout au sérieux. Tâchant de rester de glace devant la réaction du jeune homme, Chae Rin fronça légèrement les sourcils en entendant ce qu’il disait : « AH ! Ouais ! Je vais coopérer mais seulement dans un lit avec toi très chère » Elle aurait du voir venir cette réaction, mais elle fut tout de même surprise de voir une telle honnêteté pas que c’était une bonne chose. Normalement, elle n’aurait eu aucun problème à accepter une telle proposition après tout, aller sous les couettes avec un jeune homme aussi agréable au regard ne la gênait pas le moins du monde, pourtant, c’était simplement très déplacé vu la situation. Autant ne pas défaillir et garder le silence, même s’il décida de renchérir au déplaisir de la demoiselle. « t’as de longues jambes…puis, entre nous, t’es bien la première flic que je croise à avoir un tel physique » Elle allait le prendre comme un compliment, mais elle se contenta à nouveau de froncer les sourcils un peu plus. Évidemment, la policière n’était pas de glace vis-à-vis le jeune homme, d’autant plus que ce dernier se plaisait bien à se montrer bien provocateur en faisant des clins d’oeil. Bien contre elle, un sourire s’étira sur ses lèvres. Il fallait dire qu’elle était fière de son physique et un compliment faisait toujours plaisir. « Vous voulez que je parle ? Sortez donc la matraque et donnez-moi des coups ! » Cette fois, ce fut un haussement de sourcil qui exprima sa réaction. Des coups de matraques ? Bien sur, ça pouvait s’arranger, mais ce n’était pas la chose qu’elle pouvait répondre dans la présente situation.

Finalement, Chae Rin opta pour s’assoir sur la chaise devant celle où le suspect était installé pour lui répondre. « Bien que j’apprécie les compliments que vous me faites... » Un soupira traversa ses lèvres alors qu’elle cherchait la bonne chose à répondre d’intelligent, consciente qu’il y avait des gens qui l’observait. « C’est un brin déplacé. » Probablement que ça manquait de conviction dans cette affirmation, mais c’était tout de même ce que la demoiselle pensait - ou devrait normalement penser. Dans ce genre de moment, elle ne pouvait pas tellement faire de miracle s’il continuait en ce sens, mais bon, ce n’était pas sa faute à proprement parler, ce qui la rassurait d’une certaine manière. « Le mieux que je peux vous offrir, c’est de vous passer les menottes. » Dépendant des criminels, on leur en passait parfois avant l’interrogatoire, mais puisque ce n’était qu’une affaire de drogue, elle serait étonnée de voir qu’il serait déjà attaché. Elle ne craignait pas pour sa sureté dans tous les cas. Si elle pouvait déjà sentir les réactions de son supérieur et de son partenaire, l’offre qu’elle avait fait était très sérieuse. « Mais évidemment, seulement si j’ai droit à mon aveu. » Elle savait que ça n’arriverait pas aussi rapidement ou même qu’il y avait un bon risque que ça n’arrive pas du tout, mais puisqu’il parlait de recevoir des coups de matraques pour parler, elle pouvait toujours espérer que des menottes feraient l’affaire. La policière avait toujours un sourire sur les lèvres, ce qui brisait toute tentative de paraitre sérieuse, mais bon, ce n’était pas comme si ça avait déjà été sa force à un moment ou un autre. Néanmoins, elle remerciait sa chance de faire qu’elle était dos à la vitre, au moins ils ne pouvaient pas voir à quel point elle manquait un peu de sérieux, ce à quoi ils devraient s’être habitués de toute façon, elle n’était définitivement pas réputée pour un sérieux hors du commun, sauf pour ce qui était de l’affaire concernant ses parents.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
she's playing a hot game
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: and you're careful not to show it ; ft. ivick.   

Revenir en haut Aller en bas
 

and you're careful not to show it ; ft. ivick.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show
» The Uchuu Show e Youkoso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
summer ☁ cloud ::  :: ❧ les rps-