AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ET VOILA LA VERSION 3 DU FORUM SOUS VOS YEUX ! VENEZ COMMENTER ♥ ET SIGNER LE RECENSEMENT

Partagez | 
 

 crap that's the end;sojeong

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Kim Jin Guk
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTUDIANT

HUMEUR : franchement tranquille.
MESSAGES : 21

MessageSujet: crap that's the end;sojeong   Lun 27 Aoû - 1:11


« C'est bien mon garçon ! T'as bien bossé ! » des applaudissements se firent entendre autour de lui, ils paraissaient lointain, mais c'était bien lui qu'on applaudissait. Lui, Kim Jin Guk. Ce genre de situation était rare, jamais il n'était tombé sur une si bonne équipe. Le staff prenait tellement soin de lui, les acteurs n'étaient pas prétentieux, loin de là, il l'admirait pour son boulot, mais aussi pour son jeune âge. Il avait fini par parler avec tout le monde, à s'intégrer tout naturellement, des heures de boulot à se jeter contre des voitures et à se battre avec d'autre personne comme lui : des doublures. Il n'en avait jamais vu autant. Un film à grand budget, ce mois-ci il vivrait bien. Jin Guk eut un petit sourire puis il soupira, il était suspendu en hauteur, à l'envers, son baudrier proprement mis et ses mousquetons bien attachés, les bras dans le vide, ses doigts frôlaient l'eau du grand fleuve Han. C'était enfin terminé. Il avait l'air claqué, il n'y avait qu'à voir la tronche qu'il tirait, ses yeux se fermaient tout seul. Je suis fatigué, ne sait-il de penser. Il avait bossé dur et sa seule envie était de rentrer chez lui. Il ne prendrait pas de douche, il était bien trop claqué pour la faire, il se ruerait sur son canapé et pioncerait jusqu'a pas d'heure. Demain, il n'était pas de service et puis pour ce qui concerne les cours, c'était déjà réglé : il n'irait pas. On le remonta lentement à la surface, ses mains, son visage, s'éloignaient lentement du fleuve qui lui paraissait si proche il y a quelques secondes. L'odeur unique de ce fleuve lui manquait, cette odeur de fraîcheur, presque salée. Il ferma les yeux et comme par magie, et il sa tête était bien sur ses épaules. Il enjamba la rambarde, deux membres du staff le tenait par les mains pour l'aider. C'est bien mon gars, c'est bien mon gars. ne cessait-il de se répéter dans sa tête pour ce motiver, la fatigue ne devait pas l'abattre tout de suite, il n'en avait pas le droit. Son pied gauche toucha le sol, suivi du second. Il tenait enfin seul sur ses deux pieds. Il soupira et retira son harnais tandis que le staff le félicitait encore à base de tape sur les fesses, dans le dos, sur l'épaule. Il ne perdait pas le sourire, ça lui faisait plaisir de bosser et qu'on soit fier de lui surtout. Ça lui rappelait combien son père pouvait être fier de lui. Oui, il l'avait toujours trouvé très doué et ça même si sa mère trouvait ce métier dangereux, l'envie et la motivation y était et c'était le plus important. Il retira sa combinaison de motard, ainsi que son casque qu'il tendit à une fille plutôt mignonne. Elle était la maquilleuse des acteurs, pendant ses trois jours de tournage elle n'avait cessé de se moquer de sa poire en lui répétant maintes fois qu'elle n'aurait pas à toucher son visage, son visage n'apparaîtra même pas à l'écran - bon moyen de lui rappeler qu'il n'était qu'une simple doublure - Elle lui fit un petit clin d'oeil et s'en alla avec son casque. La moto remonta elle aussi à la surface, elle était bien amochée, il avait tourné tout de même quatre fois la scène, il s'était trouvé quatre fois sur cette putain de moto et c'était balancé dans le vide le même nombre de fois. Il n'en pouvait plus. Il s'étira en se tenant les épaules, malheureuse douleur. Le réalisateur ne tarda pas à venir vers lui, ils discutaient des scènes et des angles pris lors du tournage, des éléments qu'il couperait. Jin Guk hochait la tête de haut en bas tandis qu'il finissait enfin de retirer sa combinaison, laissant un débardeur noir et un jean de la même couleur sous ce vêtement chaud. Les voitures passaient et ne portaient qu'une très faible attention au tournage. Trop banal ici à Séoul. Tout le monde se félicita, il chercha de ses yeux, sa paire de basket puis sa veste en cuir qu'il enfila à la vitesse d'une tortue, il récupéra son sac à dos. Et après qu'on lui ait donné la somme convenue, il salua tout le monde et quitta avec regret la jolie maquilleuse qui lui glissa un bout de papier dans sa poche arrière : son numéro bien évidemment il n'était pas con, mais il fit comme s'il n'y avait pas fait attention et se dirigea d'un pas lent en direction du plus proche arrêt de bus. Il fallait qu'il retourne à Incheon et ça le plus vite possible. Il jeta un coup d’œil dans l'enveloppe, il se voyait comme un jeune riche, il avait de quoi payer le loyer le mois prochain - la fin du mois approchait - faire de bonnes courses et se remplir la panse. Le fait de penser à ce genre de choses le rendait vraiment heureux, ça faisait longtemps qu'il n'avait pas touché autant. Jin Guk arrêta un taxi, une fois bien installé il lui indiqua l'adresse à laquelle il voulait se rendre. De Séoul à Incheon il en avait pour une bonne heure, il s'assoupit pendant vingt minutes, puis lorsqu'il se réveilla, il s'amusa à envoyer des textos à la jolie jeune fille. Amusante, elle était vraiment mignonne avec lui, tellement naturelle. Il soupira et regarda un moment le paysage défiler devant ses yeux, il était bientôt 18 heures, au moins il avait terminé tôt. Il s'assoupit alors encore une fois et ça jusqu'à qu'il n'arrive à destination.

Son beau et magnifique Incheon. Rien ne changeait vraiment, enfin il n'en avait pas l'impression surtout. Il paya le chauffeur et sortit tranquillement de la voiture, toujours son sac sur son dos, le téléphone portable en main, toujours à envoyer de stupides textos mignons. Il passa dans le super-marché en bas de chez lui et y acheta quelques bricoles pour ce soir, il avait envie de se faire un bon riz accompagné du reste de ragoût qu'il avait dans le frigo. Il acheta aussi des chips et autres cochonneries dans ce genre au cas où il aurait une envie, le téléphone coincé entre son épaule et son oreille, un sourire stupide accroché sur les lèvres, cette maquilleuse ne pouvait déjà plus se passer de lui. Il passa à la caisse, paya et quitta le lieu avec son sac plein. Il arriva devant la porte d'entrée et il y cherchait encore ses clefs, jurant parfois à voix haute, il les perdait toujours, je peux vous assurer qu'il ne les trouva pas, il informa son interlocuteur de sa gourde. Elle rit. « Tu peux venir dormir à la maison si tu veux. A croire que tu l'as fait exprès. » ça le tentait bizarrement bien, surtout qu'il n'avait pas envie de dormir dehors. Oui, ça l'aura tenté jusqu'à que la porte ne s'ouvre devant ses yeux. Sa porte, oui. « bordel, pas elle. » soupira-t-il, oubliant totalement que l'autre était au bout du fil. Il ne fut surpris que deux secondes, c'était encore Su Jeong, sa belle et chère cousine, la pire chieuse qu'il n'avait jamais connue. Il raccrocha rapidement et glissa son portable dans sa poche pour ne pas qu'elle pose trop de questions, il était assez épuisé comme ça. Il entra dans son petit studio et il lui demanda de refermer la porte derrière lui à l'aide d'un mouvement de tête, lorsqu'il pénétra sur son territoire il aperçut ses clefs sur la table basse « alors c'est toi qui les avait. » ça n'était même pas une question, mais plutôt une affirmation à lui-même. Il retira ses baskets. « tu comptes squatter encore ce soir ? Si c'est le cas, c'est à ton tour de dormir sur le sol. » il retira sa veste, la balança sur le canapé et se dirigea vers le comptoir de la cuisine pour commencer à cuisiner le dîner.




Dernière édition par Kim Jin Guk le Mar 28 Aoû - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Kim Su Jeong
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ CITOYEN

MESSAGES : 25

MessageSujet: Re: crap that's the end;sojeong   Lun 27 Aoû - 23:34




« Nous avons lu que vous aviez eu un accident lors d’une tournée, avez-vous cicatrisé de cette fracture ouverte ? Je vois que vous portez des talons et ne semblez pas éprouver un quelconque problème à danser avec, votre genou semble quant à lui en bonne état donc pour ma part je ne vois aucun soucis à vous prendre pour la figuration de ce mv, toutefois je me dois d’en parler avec l’agent du groupe. Je vous re contacterai dans la semaine mademoiselle kim. » S’inclinant légèrement, la jeune coréenne attendit que l’on lui donne l’autorisation de quitter la salle d’audition avant de tourner le dos au jury. Se mordillant la lèvre inférieure, la jeune femme se concentra sur la porte qui lui faisait face, se faisant violence pour ne pas s’effondrer au milieu de la salle. Elle avait mal, son genou la brulait atrocement, si douloureux qu’elle en avait des hauts le cœur pourtant elle marchait parfaitement bien, avec classe et dignité. Ses petits talons frappant délicatement le sol. Sa main se posa doucement sur la poignée de la porte qu’elle abaissa tout en poussa tout naturellement celle-ci. Sujeong savait agir naturellement, le jury la regardait encore, elle le savait. Ils attendaient patiemment le moment où elle céderait et leur dévoilerait sa faiblesse.

Franchissant le seuil de la porte tout en prenant soin de refermer celle-ci derrière elle, la jeune femme soupira tout en s’appuyant sur la rambarde de l’escalier, descendant doucement celui-ci, elle passa une main dans sa chevelure laissant un petit gémissement s’échapper d’entre ses lèvres. Elle allait trop loin, toujours trop loin. Elle ne portait pas son attelle, n’utilisait pas ses béquilles, portait des talons et osait danser. Pourtant sujeong savait parfaitement ce qui l’attendait si elle continuait ainsi, les médecins étaient clairs, elle pouvait à tout moment perdre l’utilisation de sa jambe droite. C’était comme aimer une personne qui ne vous aimez plus, qui vous avez aimez si fort par le passé mais qui ne voulait plus de vous, comme lui courir après tout en sachant que vous ne la récupérerez jamais. Savoir qu’on était mais que l’on est plus. Vouloir mais ne plus pouvoir. La danse était toute sa vie. Elle avait essayé de mettre fin à ses jours, deux fois après son accident et les deux fois elle avait échoué, échoué par lâcheté, parce qu’elle n’arrivait pas à franchir ce cap, parce qu’elle était incapable de mettre fin à la douleur, parce qu’elle préférait souffrir en dansant que ne plus jamais danser. Quittant l’établissement, elle s’autorisa enfin à boiter tout en s’approchant délicatement de la chaussée faisant signe à un taxi de s’arrêter. Il lui fallait ses anti-douleurs, histoire de calmer les élans de douleur qui accaparaient son genou. Pénétrant dans le véhicule, elle fouilla dans son sac à main tout en s’adressant au chauffeur. « Pouvez-vous me conduire à Itaewon s’il vous plaît ? ». La jeune femme n’avait qu’une hâte vérifier son courrier, voir si une personne avait répondu à sa demande de colocation. Retirant ses clés de son sac à main, elle étouffa un juron en réalisant qu’il s’agissait de celles de son cousin. Il allait la tuer. « Excusez moi, pouvez-vous faire demi-tour, je vais à Kangnam finalement. » Elle avait passé la nuit précédente chez lui, à vrai dire elle venait souvent squatter chez lui sans raison précise, sûrement pour s’assurer qu’il ne l’oublie pas. Il était probablement le seul pour lequel elle se rendait malade. Constamment. Le pire c’est qu’elle ne s’en rendait pas compte, sujeong était innocente dans ses gestes et avait du mal à se rendre compte que son aîné avait lui aussi une vie.

Récemment elle s’était surprise à s’énerver lorsqu’elle le voyait en compagnie de jeunes femmes, mais elle s’était interdite de se poser plus de questions sur le sujet , elle avait juste besoin d’attention et ne supportait donc pas qu’on la délaisse pour autrui, c’est ainsi qu’elle avait préféré penser. Le taxi s’arrêtant dans le quartier où vivait le jeune homme, elle reversa la somme dû au conducteur avant de quitter l’habitacle du véhicule. L’odeur du bibimpap effleura ses narines tandis qu’elle se dirigeait vers le restaurant adjacent à la résidence de son cousin. Il n’allait pas tarder à rentrer, sûrement aurait-il faim et sûrement serait-il énervé, elle voulait minimiser les choses. C’est donc après avoir acheté deux gros bibimpap à emporter qu’elle pénétra dans la résidence. Au fond, la jeune femme craignait l’arrivée du coréen peut-être parce que ce soir, elle n’était pas d’humeur chieuse comme à l’habitude, qu’elle n’avait pas envie de faire face à la mauvaise humeur du garçon et qu’elle désirait se retrouver seule histoire de pleurer un bon coup avant de se goinfrer de cochonneries. Pénétrant dans l’appartement, elle referma la porte derrière elle avant de poser ses courses dans la cuisine. Et si elle partait maintenant ? Qu’elle le laissait tranquille après tout il serait probablement exténué puis elle n’avait vraiment pas envie de se prendre la tête avec lui ce soir. D’ailleurs pourquoi était-elle si persuadé qu’il était mieux pour elle qu’elle s’en aille ? Peut-être que la douleur la rendait faible, de mauvaise humeur, dépressive, lunatique, colérique. Déposant les clés sur la table, elle saisissait son sac à main avant d’empoigner la porte d’entrée. C’était une meilleure idée, il lui en voudrait moins si elle le laissait un peu seul. Quittant l’appartement les yeux baissés, sujeong ne le vit pas immédiatement. « bordel, pas elle. » Elle releva doucement sa petite tête distinguant ainsi le jeune homme qui lui faisait face. Jinguk semblait occupé au téléphone mais la phrase qu’il venait de prononcer s’adressait bien à elle. Se mordillant la lèvre inférieure, elle le vit ranger rapidement son smartphone comme pour éviter qu’elle ne lui pose encore des questions, ce qu’il lui reprochait si souvent. Elle le suivit dans le studio, refermant de nouveau la porte derrière elle, ses doigts s’entrelaçant dans un geste nerveux. Elle le sentait, elle dérangeait... Encore. « tu comptes squatter encore ce soir ? Si c'est le cas, c'est à ton tour de dormir sur le sol. » Deuxième assaut, elle déglutissait, une de ses mains venant frotter ses petits yeux humides. Elle ne se sentait pas à sa place, pas ce soir. D’habitude, elle se moquait de le déranger au final elle savait parfaitement qu’il l’aimait même si elle se révélait particulièrement chiante. Mais ce soir, l’accumulation de fatigue, de douleur et cette impression de n’être plus rien, ne lui permettait pas d’agir aussi futilement. Ses mains se refermant sur le bas de sa robe, elle inspira légèrement tout en baissant les yeux au sol. « Je venais juste te rendre les clés, je comptais partir quand tu es arrivé. Tu as de quoi manger dans la cuisine. » Elle avait chaud et froid à la fois, la douleur de son genou ne faisant qu’amplifier tandis que les larmes lui montaient. Elle tenta de faire un pas en avant mais se raviva presque soudainement. Une larme glissa le long de sa joue puis une seconde, elle fit un pas en avant tout en se mordant l’intérieure de la joue remerciant le ciel que le coréen ne puisse voir son visage. « J’ai assez accaparé ton temps libre, tu as une vie toi aussi. Désolé d’avoir été aussi collante ces derniers temps, cela ne se reproduira plus. » Un hoquet s’échappa d’entre ses lèvres tandis qu’elle effectuait un second pas en avant. Ce qui était fou avec cette fillette c’était son moral soit tout blanc soit tout noir, il lui suffisait d’un petit truc pour que tout aille mal et un petit truc pour que tout aille bien. Sujeong était pourtant simple à comprendre, toutefois ce soir il n’était pas question d’être lunatique ou non. La jeune danseuse avait abusé, son corps ne supportait pas les efforts de la journée et c’est maintenant qu’elle le ressentait. Tentant d’effectuer un nouveau pas de sa jambe droite, elle sentit son genou lâcher, la faisant chuter au sol. Elle eut le réflexe de mettre ses mains en avant, amortissant ainsi le choc de ses genoux contre le carrelage mais ceci n’empêcha pas la douleur qui s’en suivit. Elle gémit, les larmes roulant le long de ses douces joues et pourtant elle ne tourna pas la tête vers son cousin. Ce soir elle ne veut de la pitié de personne, elle ne veut pas qu’on la voie comme la danseuse ratée qu’elle est, elle ne veut pas qu’on lui rappelle à quel point elle est pitoyable, juste qu’on la laisse seule, demain ça ira mieux. Demain, elle sourira, elle n’aura plus mal mais ce soir laissez là tranquille. Juste cinq minute, le temps d’évacuer et elle partirait. Alors jinguk laisse la tranquille, ce soir elle ne squattera pas encore chez toi.





Revenir en haut Aller en bas

Kim Jin Guk
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTUDIANT

HUMEUR : franchement tranquille.
MESSAGES : 21

MessageSujet: Re: crap that's the end;sojeong   Mar 28 Aoû - 15:08

Il avait rêvé de ce jour. De cette nuit pour être plus exact. La fin du calvaire, le boulot était enfin terminé, le repos à gogo. Il s'était imaginé rentrer dans la plus grande tranquillité, il se serait rapidement ôté de ses vêtements et se serait dirigé en direction de la salle de bain : sous la douche et puis après ça, il se serait affalé sur le canapé à dormir devant les infos. Il n'y avait pas mieux comme berceuse que ces bonnes vieilles infos. Enfin, ça n'était qu'un rêve. En arrivant il n'avait pas eu l'idée de prendre une douche, il voulait juste s'allonger et oublier ses jours de tournage infernale. L'équipe avait beau être sympa, le boulot avait été plus difficile que tout ce qu'il avait pu connaître dans sa minable carrière de cascadeur. Elle restait tout de même une bonne expérience à ajouter à son cv. Jin Guk, gémit de douleur, il avait l'impression que son dos lâcherait dans les minutes qui allaient suivre et qu'il se briserait en mille morceaux. Cette simple image l'attrista tellement qu'il se tapota lui-même le dos après avoir retiré sa veste faite de cuir. Ses bras finement musclés firent leur apparition, il y avait quelques cicatrices, mais rien de très grave contrairement à son dos ou ses jambes. Il ne porta guère attention à sa cousine, qu'es qu'elle avait décidé de lui faire comme numéro ce soir : la cousine jalouse ? La cousine soudainement retombée en enfance ? Enfin, il pouvait s'attendre à tout avec elle et ça à n'importe quel moment. Il était déjà prêt mentalement, elle pouvait même le frapper si elle en avait envie, il ne ronchonnerait pas. Lui, le garçon qui n'aime pas qu'on touche son visage. « Je venais juste te rendre les clés, je comptais partir quand tu es arrivé. Tu as de quoi manger dans la cuisine. » de quoi manger ? Il regarda son sac, puis le sac posé sur le comptoir, il s'avança lentement du sac comme s'il contenait une bombe et il fut surpris d'y voir ce plat que sa mère savait si bien cuisiné après le ragoût : le bibimpap. Aujourd'hui c'était vraiment son jour, après la grosse paie, le voilà gâté niveau gastronomie. Il n'en demandait pas autant. Un simple « merci. » s'échappa d'entre ses lèvres, il ne se retourna pas mais il avait le sourire aux lèvres et puis en plus elle ne comptait pas passer sa nuit ici. Finalement, sa cousine n'était pas si catastrophique, elle pouvait être tellement adorable et compréhensible. Il aurait aimé la prendre dans ses bras, mais comme gros crétin qui se respecte il préféra ne pas se retourner et continuer sur sa mission : j'te jure, j'te boude.

« J’ai assez accaparé ton temps libre, tu as une vie toi aussi. Désolé d’avoir été aussi collante ces derniers temps, cela ne se reproduira plus. » lui qui pensait être libre et tranquille n'avait encore rien vu, la soirée ne faisait que commencer. Il s'arrêta de bouger, faisant en sorte que les sacs n'émettent plus ce son de froissement. La voix de la jeune fille se brisait. Elle pleurait? Elle souffrait? S'il voulait en être sûr c'était simple, il n'avait qu'à se retourner, mais il n'eut pas la force. Une alarme dans la tête du jeune coréen, ses yeux se fermèrent et son coeur se serra. Sa famille a toujours été importante et malgré le fait que sa chère cousine soit un peu énervante par moment, il n'aimait pas la savoir triste à cause d'il ne sait quelle raison. Un homme ? Il espérait bien pour elle que ça ne soit pas un homme. Elle savait très bien comment il réagissait sur ce sujet, il était violent. Il détestait vraiment les hommes qui s'approchaient de sa cousine et ça depuis tout jeune, elle était à lui, rien qu'à lui et même si lui arrivait de ne pas la traiter comme une princesse il se disait être le seul homme à pouvoir prendre soin d'elle. Il pouvait être très doux et souriant avec elle, vous ne le savez juste pas. Le talon qui claque contre le sol, puis plus rien. Un bruit sourd et c'est à ce moment-là où l'étudiant se retourna, elle venait de rejoindre le sol. Il marcha d'un pas précipité vers elle et s'accroupit rapidement et saisit d'un geste vif le visage de Su Jeong. Il relâcha la pression sur ses joues pour éviter de lui déformer le visage. Elle pleurait, il en était sûr. Pauvre fille. Il n'était pas du genre à empêcher son entourage de pleurer, de dire des vieilles répliques comme : « c'est rien, ne pleure pas. » parce que si on pleure, c'est qu'il y a bien évidemment quelque chose. Quelque chose qu'on aimerait bien évacuer. Il passa une main dans les cheveux de la belle, elle pouvait les sentir le long de ses racines, dégageant ses quelques mèches qui tombaient jalousement sur ses yeux « c'est quoi cette fois-ci ? » sa voix vénielle brisa le silence et il reprit sur le même ton « ton genou ? » il fixa son genou, ça pouvait bien être ça et si c'était le cas il lui ferait une fois de plus la morale, il n'en avait rien à foutre. Mais il préférait que la cause soit son genou, il serait moins soûlé que si c'était un garçon. Il écarta sa main des cheveux de la jeune fille et se préféra la séparer de son talon gauche. Il se demandait bien comment les filles pouvaient porter ce genre de choses. « tu as encore forcé dessus n'est-ce pas ? c'est pas en forçant que ça s'arrangera, j'te l'ai déjà dis. je te le dis tout le temps, t'es sourde ou c'est juste histoire de m'emmerder ? » il envoya valser la première chaussure jusqu'à l'entrée, montant bien son énervement. Il retira la paire droite et elle suivit le même trajet. « et puis c'est quoi cette tenue ? » il venait de réaliser. Lent à la détente le garçon. A croire qu'il ne se ferait jamais au style vestimentaire trop osé de Su Jeong. « je dormirais sur le sol ce soir. » il lui annonçait la couleur, elle dormirait bien chez lui encore une fois. Tant pis, il ne pouvait pas la laisser dans cet état.




Dernière édition par Kim Jin Guk le Mer 29 Aoû - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Kim Su Jeong
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ CITOYEN

MESSAGES : 25

MessageSujet: Re: crap that's the end;sojeong   Mar 28 Aoû - 23:34

Elle avait priée pour ne plus jamais retomber dans la dépression, priée pour ne jamais craquer devant les membres de sa famille, priée pour remonter la pente. Elle était tellement belle lorsqu’elle souriait, tellement belle lorsqu’elle sautillait partout en chantonnant à tue-tête, tellement belle lorsqu’elle était heureuse. Elle détestait tellement cette sensation de faiblesse, sentir que l’on n’avance pas , que l’on ne fait que reculer et que personne d’autre que soi-même ne peut nous venir en aide. Pourtant la belle sujeong faisait tout pour garder la tête haute, se montrant enfantine, chiante et collante avec les personnes qui lui étaient cher, agissant de manière à ce que l’on ne remarque pas son mal être. Cela ne marchait visiblement pas, elle en exaspérait plus d’un en passant par ses parents, elle les insupportait, trop gamine, trop immature, trop irréfléchie. Et elle se battait pour ne pas se morfondre pour survoler les reproches, les petites remarques blessantes et ne pas se plaindre comme ils le faisaient tout pour un oui ou pour un non. Cette fillette se battait bien plus que l’on pouvait l’imaginer, elle ne demandait pas grand-chose au final, juste que l’on s’occupe d’elle par envie et non pas devoir. Car oui, sujeong n’était pas aveugle cela faisait bien un an qu’elle les voyait agir, tous sans exception, acceptait sa présence de peur qu’elle ne rechute, de peur qu’elle ne recommence à se mutiler, de peur qu’elle ne tente de mettre fin à ses jours de nouveau. Elle avait envie de crier, d’hurler qu’elle ne recommencerait pas, qu’il était tant qu’ils lui laissent tous une seconde chance, qu’ils oublient son état de faiblesse et qu’il la voit comme une adulte et non comme une enfant. Elle souffrait tellement du jugement d’autrui et le simple fait de broyer du noir l’énervait, elle se faisait elle-même pitié. La douleur physique n’était rien comparée à ce qu’elle ressentait psychiquement parlant, même son cousin semblait fatigué d’elle. Là accroupie au sol, sujeong ne savait plus si les larmes qui coulaient le long de ses douces joues représentaient la douleur physique causée par son genou ou la douleur psychique causée par ce manque profond de reconnaissance. Elle se sentait ridicule et le pire dans tout ça c’est qu’elle n’aurait su exprimer par des mots son ressentis.

Sujeong entendit les pas précipités de son cousin mais n’y prêta guère attention trop focaliser sur la douleur de son genou. Il saisissait son doux visage d’un geste vif, elle ne réagissait pas le regard perdu dans le vide, ses dents se refermant sur sa lèvre inférieure tandis qu’elle se battait intérieurement pour refouler l’élan de douleur qui tentait de s’emparer d’elle. Il passa une main dans ses cheveux, elle frissonna comme rassurée, calmée. Jin guk avait toujours eu cet effet apaisant sur elle, enfin disons plutôt que chaque geste du jeune homme avait un effet sur la coréenne, chaque geste et chaque parole. Elle réagissait toujours extrêmement vite face aux actes de celui-ci, il était le seul à avoir autant d’influence sur sa petite personne et cela n’était pas constamment bénéfique bien au contraire. « C’est quoi cette fois-ci ? » Une larme perla au coin de son œil tandis qu’elle déglutissait difficilement. C’était ce genre de petite réflexion qui la blessait, ce genre de réflexion qui sous entendait une lassitude bien présente chez le coréen. Il lui enleva son talon gauche tout en lui faisant la morale. « tu as encore forcé dessus n'est-ce pas ? C'est pas en forçant que ça s'arrangera les choses, je te l'ai déjà dis. Je te le dis tout le temps, t'es sourde ou c'est juste histoire de m'emmerder ? » Elle l’écoutait sans l’écouter, son regard toujours dans le vide tandis que ses yeux s’asséchaient lentement, était-ce vraiment nécessaire qu’elle laisse ses larmes couler devant lui ? Elle n’aurait qu’à pleurer lorsqu’elle serait chez elle, lorsqu’elle n’aurait pas besoin de faire face à quiconque et que ses pleurs n’attireront pas la pitié d’autrui. Il envoyant valser la chaussure montrant son mécontentement et faisant ainsi sursauter la jeune femme. Elle passa nerveusement une main dans sa chevelure puis sur son visage comme pour se ressaisir pourtant la douleur était belle et bien toujours présente quoique beaucoup moins intense que lors du choc contre le carrelage. « et puis c'est quoi cette tenue ? » Elle baissa les yeux sur sa robe affichant une moue boudeuse tout en se frottant les yeux, l’une de ses mains se posa sur son genou qu’elle malaxa délicatement son visage se déformant sous les grimaces qu’elle affichait. « je dormirais sur le sol ce soir. » Elle leva pour la première fois la tête vers le coréen, les yeux écarquillés, un hoquet s’échappant d’entre ses lèvres. Il était strictement hors de questions qu’elle dorme ici, intérieurement elle lui en voulait de ne pas se montrer plus compatissant ou du moins de ne pas chercher à cacher le fait qu’il ne supportait plus sa présence chez lui mais elle ne se sentait pas apte à se disputer avec lui et encore moins à pleurer dans ses bras, tout ce qu’elle désirait c’est qu’il la lâche , qu’il la laisse et qu’il soit un peu plus franc avec elle, mais il ne fallait pas en demander trop. Sans lui adresser la moindre parole, sujeong se positionna à quatre pattes, son genou droit relativement levé de manière à ne pas toucher le carrelage et son bras tendu afin d’attraper sa chaussure la plus proche. Elle sentit sa fine robe remonter délicatement sur ses petites fesses rondes mais ne chercha en aucun cas à l’abaisser. Inguk avait déjà probablement vu son petit postérieur ce n’était donc pas une petite partie de celui-ci qui allait le choquer de toute manière la situation ne prêtait guère à ce qu’il porte attention au sous vêtement de l’asiatique, même si porter un string sous un robe aussi courte n’était pas une bonne chose. Saisissant la chaussure, elle se repositionna en position assise tout en glissant la chaussure à son pied. « j’ai bien compris que je t’emmerdai inguk, s’il te plait cesse de te préoccuper de moi par devoir et de me voir comme une enfant.» S’essuyant les yeux d’un revers de la main, elle expira silencieusement. Son ton était légèrement froid mais restait respectueux. Elle ne voulait pas entraîner une quelconque engueulade entre eux, juste lui dire clairement ce qu’elle pensait. Se relevant lentement, la jeune femme posa la pointe de son pied droit au sol histoire de maintenir un bon équilibre tandis qu’elle remettait correctement sa robe. « oui j’ai forcé sur mon genou et alors ? Arrêtes de me faire des leçons de morales, de me voir comme une membre de ta famille que tu te dois de protéger. Je suis une femme maintenant inguk, je m’habille comme je veux, je fréquente qui je veux et je dors où je veux. Ce soir ce ne sera pas chez toi que je dormirai. » Cela ne lui ressemblait pas de parler ainsi, habituellement elle parlait plus comme une enfant , elle se plaignait , elle faisait sa gamine ou piquait des colères mais jamais depuis son accident elle n’avait oser parler ainsi à son cousin. Elle n’était pas énervé, elle avait juste mal, mal à en crever , mal à en pleurer mais sujeong préférait qu’il pense qu’elle en avait après lui à 1oo% plutôt qu’il comprenne que le problème ne venait pas que de lui. C’était plus simple de lui laisser penser qu’elle ne voulait plus le voir pendant un moment, ainsi peut-être arriverait-elle à prendre du recul sur cette relation et l’empêcher de s’inquiéter pour elle. Néanmoins elle pensait chaque parole qu’elle lui adressait, si son genou ne lui avait pas autant fait mal, elle serait sans doute en train de s’engueuler avec lui mais elle n’en avait pas la force. Avançant d’un pas, elle se sentit presqu’immédiatement vaciller, décidant donc de rejoindre le sol avant de ne tomber de nouveau. « bon, d’accord laisses moi juste cinq minutes, ne fais pas attention à moi, j’irai dormir chez daejung, il n’habite pas loin et cela ne l’a jamais dérangé de partager son lit avec moi. » Une petite réflexion dissimulée qu’elle lui adressa non sans le vouloir. Inguk avait toujours refusé qu’ils dorment ensemble comme si la jeune femme le repoussait, le pire dans tout ça c’est qu’elle s’était même amusée à porter des petites nuisettes histoire de voir l’effet que cela escompterai sur son cousin mais le discours était toujours le même, un dans le lit et un par terre. Tant pis, ce soir elle se contentera d’aller dormir sur le canapé de son meilleur ami mais ça elle n’était pas obligé de le préciser à inguk.



Revenir en haut Aller en bas

Kim Jin Guk
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❧ ÉTUDIANT

HUMEUR : franchement tranquille.
MESSAGES : 21

MessageSujet: Re: crap that's the end;sojeong   Mer 29 Aoû - 14:58

Un caractère très protecteur qu'il ne se connaissait pas. Il ne s'en rendait même pas compte pour tout vous dire. Parce que ça n'était pas vraiment dans ses habitudes. Il était rare de le voir amoureux, il était aussi rare qu'il soit jaloux. Avec sa famille, ça l'avait toujours été par contre, il se souvient même avoir tapé un scandale à sa grande soeur lorsqu'il vivait encore sous le toit de la famille Kim. Elle avait beau avoir ce visage sérieux, cette grande intelligence et ce métier qui l'a mettait au-dessus de tout le monde, il l'avait toujours désigné comme une joueuse. Elle fréquentait beaucoup les garçons, dormait beaucoup chez eux et en avait présentait une bonne masse à la famille, à la fin, Jin Guk n'en pouvait plus. Il y avait des jours où elle ne se présentait même pas à la maison et il avait beau la harceler via message, elle ne répondait jamais. Très rancunier, il lui arrivait de lui faire la gueule ou de lui taper des morales à deux balles. Il avait beau être plus jeune qu'elle, c'était plus fort que lui. Ça le soûlait vraiment qu'elle agisse de cette façon, qu'elle ne se respecte même pas. Pour Su Jeong, c'était le même régime. Il ne pouvait pas la voir aux bras d'un autre homme et même s'il la traitait bien, il ne supporterait peut-être même pas qu'elle sourit à un autre, ça le rendait vraiment fou et le pire dans tout ça, c'était qu'il ne s'en rendait même pas compte. Il se trouvait à la limite parfait et juste un peu protecteur envers les femmes de sa famille, ce qui était normal, mais sinon normal. Et il trouvait ça encore plus normal, parce que sa mère ne cessait de lui dire qu'il se devait de les protéger pour ne pas qu'elles fassent n'importe quoi. Il s'était prêtait au jeu et avait fini par l'apprécier. C'est pour ça qu'il lui faisait la morale, c'était pour ça qu'il se sentait obligé d'agir de cette façon. C'était encore son genou, il en était presque sur. Il se demandait bien ce qu'elle foutait pour qu'elle arrive toujours à souffrir de cette façon. Il la savait passionné de danse, mais pas au point de forcer dessus, il fallait être fou. Tandis qu'il la déchaussait, il lui faisait la morale comme toujours. Ça l'énervait vraiment qu'elle ne l'écoute pas, parce qu'elle finissait toujours par en chialer et sous son toit en plus de ça - comme si ça le dérangeait haha - il balança la seconde chaussure valsé contre un mur et il posa son regard sur sa tenue. C'était bien trop court, comment pouvait-elle marcher dans la rue avec cette tenue ? Qu'es qu'elle voulait à la fin ? Attiser l'oeil des pervers ? En la voyant bouder, elle lui décrocha un faible sourire. C'était toujours la même chose et comme toujours le beau coréen ne se rendait même pas compte du fait que son caractère soit totalement déplacé et énervant. Il voulait tout contrôler. Dans tous les cas, elle dormirait ici, il se fera même un plaisir de dormir sur le sol, juste pour ne pas qu'elle parte. Il ne se le pardonnerait jamais s'il la laissait partir. Cette première nouvelle eu l'air de choquer la jeune fille, il le voyait bien dans ses grands yeux. Il ouvrit la bouche pour prendre de nouveau la parole, mais les gestes de la jeune fille le fit taire. Lorsqu'elle se mit à quatre pattes il cru qu'elle allait le remercier, oui, il a vu la vierge le petit. Mais lorsqu'il la vit tendre le bras comme une damné en direction de sa chaussure il comprit très vite qu'elle ne voulait pas passer sa nuit ici. S'il le prenait mal ? Non, pas vraiment, après tout c'était son choix. Ouais c'était son choix et puis il était bien trop occupé à reluquer le beau fessier de la caissière qu'il n'arrivait même pas à l'arrêter. Un string. Non mais quel boulet cet enfant. Il cligna à plusieurs reprises les yeux comme pour se ressaisir, il n'avait pas le droit de la regarder de la sorte, elle restait avant tout: sa cousine, sa cousine préférée même, il ne se pouvait de la regarder de la sorte. « j’ai bien compris que je t’emmerdai jinguk, s’il te plait cesse de te préoccuper de moi par devoir et de me voir comme une enfant.» le dénommé Jin Guk ne dit rien, il la regardait remettre sa chaussure, pensif. Elle ne l'emmerdait plus maintenant, maintenant qu'il savait qu'elle n'allait pas bien, ça ne l'emmerdait plus trop et puis elle est une enfant, une enfant totalement stupide de ne pas écouter ses conseils, de ne pas rester proche de lui. Il se leva le premier et sourit en la voyant faire de même. Tu ne pourras pas tenir debout. pensait-il au plus profond de lui. « oui j'ai forcé sur mon genou et alors ? Arrêtes de me faire des leçons de morales, de me voir comme une membre de ta famille que tu te dois de protéger. Je suis une femme maintenant jinguk, je m'habille comme je veux, je fréquente qui je veux et je dors où je veux. Ce soir ce ne sera pas chez toi que je dormirai. » il serra le poing, se mordant sévèrement l'intérieur de la joue. Elle n'avait pas tort après tout et c'était peut-être d'affronter la réalité en face qui l'énervait comme pas possible. C'était peut-être tout ça. La colère montait en lui, qu'es qu'il pouvait bien dire à ça ? Rien. Il ne pouvait rien dire.

Il se contenta de faire le sale gosse, il boudait. Il passa une main dans ses cheveux, il tira doucement dessus, puis plus fortement, il avait la haine. Tellement la haine, qu'il ne fit pas attention au fait qu'elle ai rejoint le sol à nouveau. « bon, d'accord laisses moi juste cinq minutes, ne fais pas attention à moi, j'irai dormir chez daejung, il n'habite pas loin et cela ne l'a jamais dérangé de partager son lit avec moi. » Dae Jung ? C'était qui lui ? Partager son lit avec ce mec, ce mec qu'il ne connaissait même pas ? Guk soupira, elle le cherchait et en plus elle lui balançait des piques sur le fait qu'il n'ait jamais voulu dormir avec elle. Il avait ses raisons, c'est tout, qu'elle ne cherche pas plus loin. Il s'avança en direction de la table basse, il pris ses clefs et se dirigea vers la porte d'entrée. Il la ferma à clef. Qu'elle essaye à présent de sortir. Au début, ça ne l'avait pas dérangé qu'elle s'en aille, mais maintenant, maintenant qu'un garçon se cachait derrière tout ça, il ne voulait plus qu'elle s'en aille. Elle pouvait toujours rêver. Il s'approcha de la jeune fille et agita la petite clef devant son visage. « toi, tu restes ici. » sale gosse. il s'accroupit à nouveau devant elle, fier de son acte. « arrête de faire la grande avec moi, tu sais très bien que tu ne peux pas bouger, alors reste ici. reste avec moi, parce que je ne veux pas te voir partir. » sa voix était beaucoup plus douce que précédemment. C'était bien la première fois qu'il faisait ce genre de déclaration à sa cousine, il se sentait mal. Il s'humecta les lèvres en se relevant, il se caressa les épaules de ses deux mains avant de ne la porter comme une princesse, il la posa tranquillement sur le canapé lit qu'il avait, juste en face de la télévision. « je vais faire de quoi bouffer, j'ai la dalle. » ses yeux dans les siens, il n'arriva pas à soutenir le regard plus longtemps, il tourna la tête après avoir allumé la télévision et se remettre au boulot. Il avait envie de faire du riz, tiens. Il fit donc bouillir l'eau en lisant le dos la boîte de céréales en se tenant le dos. Il le sentait vraiment mal.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: crap that's the end;sojeong   

Revenir en haut Aller en bas
 

crap that's the end;sojeong

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» you're full of crap ▲ Cheryl
» crap Ϫ blurring the lines between real and the fake (finished)
» (+) Who has two thumbs and doesn’t give a crap ?
» City of crap and shitty life, damn fortunately you're here; ft. Jaxson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
summer ☁ cloud ::  :: ϟ les habitations :: ❝ quartier moyen :: studio de kim jin guk-